L'organisation de l'Église


Le but de cet article est de mettre en lumière les Églises Catholique Orientales en union avec Rome, tout simplement parce que plusieurs ne sont pas au courant de leur existence. Il s'agit d'une brève introduction à un sujet très vaste.

Ces évêques sont tous Catholiques
*cliquez sur les photos pour agrandir
Tout d'abord, un peu d'histoire et de géographie! L'empire Romain était séparé en deux partie, l'Ouest de langue et de culture Latine et l'Est de langue et de culture Grecque. Les deux entités évoluaient chacune de leur côté, jusqu'au point où elles sont devenues deux empires distincts, puis l'Ouest est tombé au main des barbares en 476, rendant les différences encore plus grandes entre les deux. Ces différences ont eu des conséquences importantes sur l'Église, nous y reviendrons. L'Église a vue le jour dans ce contexte. En partant de Jérusalem, les Apôtres sont allés aux quatre coins de l'empire et même en dehors afin d'y établir des Églises, qui ont par la suite développées leur rites propres. Il y avait donc cinq Patriarcats (siège d'une Église) dans l'empire: Rome, Constantinople, Antioche, Alexandrie et Jérusalem. Puis une Église en dehors de l'empire: l'Arménie. Chaque Patriarcat était indépendant mais lorsque des décisions importantes devaient être prises pour toute l'Église, ils se rassemblaient en concile oeucuménique. Avec le temps, il y a eu quelques schismes à cause d'hérésie comme en 451 puis ce qu'on appelle le grand schisme de 1054 ou l'Ouest et l'Est se sont séparé, devenant Catholique et Orthodoxe. Rome se trouva donc seule de son côté, tout les autres patriarcats étant à l'Est. La carte suivante est un bon résumé de la situation de l'Église au premier millénaire:

Les cinq patriarcats originaux dans le contexte socio-politique romain
Au fil des années, certains groupes Orthodoxes se sont entendu avec Rome pour retrouver la communion avec le Pape, tout en gardant leur propres rites et leur indépendance. Une exception est l'Église Maronite qui a toujours été en communion avec Rome. Ces Églises ont leur propre code de droit canonique et elles se gèrent elles-même en choisissant leurs évêques. Les Catholiques Orientaux compte pour environ 3% des Catholiques, l'Église Catholique Ukrainienne est la plus importante en nombre. Bien qu'elles composent une petite partie de L'Église Catholique, ces Églises sont égale en dignité, ce qui veut dire que leur rites et leur traditions théologiques sont aussi valable que ceux de L'Église Catholique Romaine. Le jour où le schisme sera guéri, les Églises Catholiques Orientales seront réintégrées avec leurs contrepartie Orthodoxe, c'est à dire que L'Église Catholique Ukrainienne sera réunifiée avec l'Église Orthodoxe Ukrainienne, de même pour toutes les autres Églises. Le diagramme suivant montre la répartition des différentes Églises selon leur rite et leur Patriarcat d'origine:

Le vidéo suivant montre quelques partie de la liturgie divine (la messe) de rite Byzantin dans une paroisse Catholique Ukrainienne située à Toronto:

Plusieurs Églises Orientales sont située en pays majoritairement musulmans et vivent sous le risque de persécution. Je voudrais terminer cet article en vous demandant d'offrir une courte prière pour nos frères Catholiques et Orthodoxes vivant la persécution au moyen orient. Priez aussi pour la réparation du schisme.

9 commentaires:

  1. Avez-vous remarqué à 2:57 qu'ils font le signe de la croix de droite à gauche? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui! ça fait partie de leurs traditions, j'ai des amis Ukrainiens et lorsqu'il font le signe de croix, droite à gauche (en terminant sur le coeur). Même la position de la main est importante: http://www.lucascleophas.nl/wp-content/uploads/2012/09/Sign-of-the-Cross2.jpg
      le pouce, l'index et le majeur joints ensemble symbolisent la Trinité. Les deux autres doigts collés et repliés symbolisent la nature humaine et la nature divine parfaitement unie dans la personne du Christ. Il y a beaucoup de symbole subtil, ce que je trouve très intéressant!

      Supprimer
  2. C'est merveilleux le chant en grec à 9:00, ensuite en latin à 9:30, où l'on chante successivement dans chacune des langues "Christ est ressuscité des morts".

    RépondreSupprimer
  3. Je trouve tellement triste l'échec de la réunification des lefebvristes avec l'Église catholique. Ce sont en fait les "orthodoxes" les plus proches de nous. Je crois (je spécule) que Benoit XVI savait très bien que la réunification avec l'ensemble des orthodoxes devait passer en premier par la réunification des "orthodoxes" (levebvristes) les plus proches de nous (catholiques). Cela pourrait expliquer les efforts qu'il a fait en ce sens.

    Dans l'apparition de Notre-Seigneur à Myrna, celui-ci dit : "L'Église est le Royaume des Cieux sur la terre. Qui l'a divisée a péché, et qui s'est réjoui de sa division a péché. ". Il est question d'apparitions ayant eu lieu à Soufanieh et qui sont approuvées par l'ordinaire du lieu (miracles à l'appui).

    Et justement, il me semble que de part et d'autres (catholiques et orthodoxes) plusieurs se réjouissent de la division (c'est-à-dire qu'il s'y sentent confortable). Prions pour que cela cesse, et acceptons la croix comme nous l'a dit notre nouveau saint-père dans sa première homélie.

    RépondreSupprimer
  4. Ce n'est que partie remise pour les Lefebvristes. C'est vraiment dommage qu'ils aient manqué le bateau à cause de leur entêtement légendaire. Mais à les écouter, on est porté à croire qu'il y a déjà une union d'esprit sinon de droit. Leur statut canonique est irrégulier, mais est-ce le seul élément qui conditionne l'unité avec l'Église, du moins au sens mystique? D'autres groupes, parfois totalement hérétiques, ont un statut canonique parfaitement régulier, mais j'hésiterais à les considérer en pleine union avec l'Église, encore moins que les orthodoxes en tout cas. C'est ma compréhension de Unitatis Redintegratio.

    RépondreSupprimer
  5. Miguel , Merci infiniment , justement la semaine passée , j'avais même posé cette question dans le forum "la cité ctholique" car je ne comprenais pas pourquoi , les patriarches maronites et autres participaient aux conclave , car je me disais qu'ils n'étaient pas en communion avec l'Eglise de Rome

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Jean Rodrigue. On peut également remercier Jean-François qui est l'auteur de cet article. Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Mr Sangaré,
    Effectivement, il y a quelques semaines, deux amis se sont joint à moi dans cette initiative d'évangélisation. Vous pouvez consulter leur profil à droite de l'écran. Comme vous pouvez voir, ils écrivent tous deux des articles de grandes qualités.

    RépondreSupprimer
  8. ok Matthieu et Miguel , je vous remercie tous ainsi que Jean-François du fond du coeur , j'apprend beaucoup a propose de la Foi grâce à vous, tous , union de prière

    RépondreSupprimer