Il y avait douze apôtres, n’est-ce pas?

En fait, c'est plus compliqué que cela.

Une première complication découle du fait que Judas Iscariote est mort et a été remplacé par Matthias (Actes 1,12-26).

Vous pouvez alors vous dire : «Bon, il y avait treize apôtres au total, mais seulement douze à la fois ».

Qu’en est-il de Paul?

Certains (au moins une partie de la communauté protestante) ont suggéré que, puisque le Nouveau Testament ne rapporte aucun fait ou geste de Matthias, son élection n'était pas valide et que Paul était donc le réel remplaçant de Judas. Ce qui fait en sorte que l’on peut maintenir qu’il n’y a eu que douze apôtres à la fois.

Cependant, cela est un mauvais argument.

L'Eucharistie de Viktor Vasnetsov
Dans mon précédent billet, j'ai décrit comment les réformateurs protestants ont créé la doctrine de sola scriptura (ce terme signifie l'écriture seule). Évidemment, les protestants prétendent que cette doctrine n'a pas été créée par les réformateurs et qu'elle a toujours été crue par les chrétiens depuis le tout début du christianisme. Cette affirmation est manifestement erronnée et frôle le ridicule quand on considère les faits suivants.

1. Lorsque le christianisme et né, la Bible comprenait uniquement l'Ancien Testament, puisque le Nouveau n'avait pas encore été rédigé. Si les premiers chrétiens avaient fondé leur foi sur la Bible seule, ils n'auraient pas su grand chose sur Jésus, à part quelques références prophétiques que l'on retrouve dans l'Ancien Testament.


Lectures de la liturgie

Les aveugles voient

Les voies de Dieu ne sont pas nos voies, entendons-nous dans la première lecture d'aujourd'hui. Jésus illustre cela dans l'Évangile : l'aveugle en vient à voir et les pharisiens se font aveugles.

L'aveugle représente toute l'humanité. « Plongé dans le péché depuis sa naissance », il est fait nouvelle création par la puissance salvatrice du Christ.

1Jésus vit, en passant, un aveugle de naissance. 2"Maître, lui demandèrent ses disciples, est-ce que cet homme a péché, ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle?" 3Jésus répondit: "Ni lui, ni ses parents n'ont péché, mais c'est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. 4Il faut, tandis qu'il est jour, que je fasse les œuvres de celui qui m'a envoyé; la nuit vient, où personne ne peut travailler. 5Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde." 6Ayant ainsi parlé, il cracha à terre, fit de la boue avec sa salive, puis il l'étendit sur les yeux de l'aveugle, et lui dit: 7"Va, lave-toi dans la piscine de Siloé (mot qui se traduit: Envoyé)." Il partit, se lava, et s'en retourna, voyant clair. 
Saint Jean Chrysostome
Comme les Juifs n'avaient pu comprendre la hauteur des enseignements de Jésus-Christ, en sortant du temple, il guérit un aveugle. Il veut en se dérobant à leurs regards apaiser leur fureur, et en même temps amollir leur dureté par le miracle qu'il va faire et confirmer la vérité de ses paroles : « Et comme Jésus passait, Jésus vit un homme qui était aveugle de naissance, » etc. Remarquons qu'en sortant du temple, il a le dessein formel d'opérer une œuvre qui fit connaître sa divinité, car c'est lui qui vit l'aveugle, ce ne fut point l'aveugle qui vint le trouver, et il le considéra avec tant d'intérêt, que ses disciples le remarquèrent et lui firent cette question : « Maître, est-ce cet homme qui a péché ou ses parents ? »
Saint Augustin
Rabbi veut dire maître, ils lui donnent le nom de maître, parce qu'ils voulaient apprendre de lui ce qu'ils ignoraient ; et ils proposent cette question au Seigneur comme à leur maître.
Si vous vous renseignez au sujet d’indulgences plus anciennes (comme par exemple celles que l'on trouve sur les images saintes d'avant les années 1960), vous verrez qu’ils contiennent souvent une référence à un certain nombre de « jours » d’indulgence.

Qu'est-ce que ces jours représentent ? Si vous avez une indulgence de 500 jours, qu'est-ce que cela signifie? Est-ce que cela veut dire que vous sortirez du purgatoire 500 jours plus tôt que si vous ne l’aviez pas obtenue ?




Frappant le Rocher

Les cœurs des Israélites ont été endurcis par leurs difficultés dans le désert.

Bien qu'ils aient vu Ses miracles, dans leur soif, ils se plaignent et mettent Dieu à l'épreuve dans la première lecture d'aujourd'hui. Une crise qui est également rappelée dans le Psaume.

5Il vint donc en une ville de Samarie, nommée Sichar, près du champ que Jacob avait donné à son fils Joseph. 6Or, là était le puits de Jacob. Jésus fatigué de la route, s'assit tout simplement au bord du puits: il était environ la sixième heure. 
Saint Jean Chrysostome
En s'éloignant de la Judée, Nôtre-Seigneur reprenait la suite de ses premiers desseins : « Et il s'en alla de nouveau en Galilée. » Jésus vient chez les Samaritains, pour le même motif que les Apôtres, repoussés par les Juifs, allèrent chez les Gentils ; cependant, pour ôter toute excuse aux Juifs, les Samaritains ne sont point le but principal de son voyage, et il ne vient chez eux qu'en passant, c'est ce que l'Evangéliste exprime en disant : « Or, il lui fallait passer par la Samarie. » Cette contrée fut ainsi appelée, parce que la montagne de Samarie, qui donna son nom à la ville qu'on y bâtit, s'appelait Somer, du nom de son ancien possesseur. Les premiers habitants de cette ville et de cette contrée ne s'appelaient pas autrefois Samaritains, mais Israélites. Dans la suite des temps, ils transgressèrent les lois de Dieu, le roi d'Assyrie ne voulut plus les laisser dans leur pays, il les emmena à Babylone et dans la Médie, et le repeupla de colons tirés de diverses provinces assyriennes. Mais Dieu voulant prouver que ce n'était point par impuissance qu'il avait livré les Juifs aux mains de leurs ennemis, mais pour les punir de leurs crimes, envoya contre ces peuples barbares et idolâtres des lions qui dévastaient le pays. Le roi d'Assyrie, en ayant été instruit, leur envoya un prêtre Israélite pour leur enseigner le culte et les lois du Dieu des Juifs. Toutefois ils ne renoncèrent pas entièrement à leur impiété, et ils revinrent insensiblement au culte des idoles, ils y mêlaient cependant le culte du vrai Dieu. Ils prirent le nom de Samaritains, de la montagne même de Samarie.


Écoutez-le

L'Évangile d'aujourd'hui dépeint Jésus comme un nouveau et plus grand Moïse.

Moïse avait également pris trois compagnons sur une montagne et le septième jour, il avait été couvert par les nuées de la présence de Dieu. Il avait lui aussi parlé avec Dieu et son visage et ses vêtements étaient devenues rayonnant pendant cette rencontre (voir Exode 24;34).

1Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l'écart sur une haute montagne 2Et il se transfigura devant eux : son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. 3Et voilà que Moïse et Elie leur apparurent, conversant avec lui. 4Prenant la parole, Pierre dit à Jésus : " Seigneur, il nous est bon d'être ici; si vous le voulez, je ferai ici trois tentes, une pour vous, une pour Moïse et une pour Elie. " 
Saint Rémi
Six jours après cette prédiction, Notre-Seigneur accomplit dans sa transfiguration sur la montagne, la promesse de cette apparition glorieuse qu'il avait faite à ses disciples. « Et six jours après , dit l'Évangéliste, Jésus prit Pierre, Jacques et Jean », etc.
Saint Jérôme
On se de mande comment, d'après saint Matthieu, ce fut six jours après que Jésus prit avec lui ses disciples, tandis que saint Luc compte huit jours d'intervalle. La réponse est facile: saint Matthieu ne compte que les jours pleins qui séparent ces deux événements, tandis que S. Luc compte de plus le premier et le dernier jour.
Comment les harmonies cachées dans les Évangiles prouvent
que leurs auteurs ont dit la vérité au sujet de Jésus ?
Il est évident que les quatre Évangiles s'accordent sur les principaux faits sur la vie de Jésus :

• Il a vécu en Palestine au premier siècle.
• Il a voyagé à travers la Galilée et la Judée.
• Il a fait des miracles.
• Il a enseigné.
• Il a été crucifié à Jérusalem, à Pâque, sous l’administration de Ponce Pilate.
• Il est ressuscité des morts.
• Et ainsi de suite…

Tout ce qui est évident.



L’histoire des deux Adam

Dans la liturgie d'aujourd'hui, le destin de la race humaine est raconté par l'histoire de deux «types» d'hommes : le premier homme, Adam, et le nouvel Adam, Jésus (voir 1 Corinthiens 15,21-22.45-59).

L'argument de Paul dans l'épître est construit sur une série de contrastes entre «un» ou «une personne » et « les nombreux » ou «tous». Par la désobéissance d’une personne, le péché et la condamnation sont entrés dans le monde et la mort en est venue à régner sur tout. Par l'obéissance d'une autre, la grâce a surabondé, tous étaient justifiées, et la vie en est venue à régner pour tous.

1Alors Jésus fut conduit par l'Esprit dans le désert pour être tenté par le diable. 2Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. 
Saint Jean Chrysostome
Après avoir été baptisé dans l'eau par Jean-Baptiste, le Sauveur est conduit par l'Esprit dans le désert, pour y être baptisé dans le feu de la tentation (cf. Is 4, 4). Alors, dit l'Évangéliste, " Jésus fut conduit par l'Esprit dans le désert. " Alors, c'est-à-dire aussitôt que le Père eut fait entendre cette voix du haut du ciel : " Celui-ci est mon Fils bien-aimé. "
Saint Jean Chrysostome
Qui que vous soyez, qui après le baptême vous trouvez en butte à de plus fortes tentations, ne vous en troublez point. Ce n'est pas pour rester oisif, mais pour combattre que Dieu nous a revêtus d'une armure divine. Il ne défend pas à la tentation d'approcher de vous, pour vous apprendre premièrement que vous êtes devenu beaucoup plus fort ; secondement pour que la grandeur des grâces que vous avez reçues ne soit pas pour vous un principe d'orgueil ; troisièmement pour faire connaître par expérience au démon que vous avez rompu entièrement avec lui ; quatrièmement pour augmenter la force dont vous êtes revêtu ; cinquièmement pour vous donner une juste idée du trésor qui vous est confié (cf. 2 Co 4, 7), car le démon ne viendrait pas pour vous tenter, s'il ne vous voyait élevé à une plus grande dignité.
MESSAGE DE SA SAINTETÉ
FRANÇOIS
POUR LE CARÊME 2014
Il s'est fait pauvre pour nous enrichir par sa pauvreté (cf  2 Cor 8,9)

Chers frères et sœurs,

Je voudrais vous offrir, à l’occasion du Carême, quelques réflexions qui puissent vous aider dans un chemin personnel et communautaire de conversion. Je m’inspirerai de la formule de Saint Paul : « Vous connaissez en effet la générosité de notre Seigneur Jésus Christ : lui qui est riche, il est devenu pauvre à cause de vous, pour que vous deveniez riches par sa pauvreté » (2 Co 8, 9). L’Apôtre s’adresse aux chrétiens de Corinthe pour les encourager à être généreux vis-à-vis des fidèles de Jérusalem qui étaient dans le besoin. Que nous disent-elles, ces paroles de saint Paul, à nous chrétiens d’aujourd’hui ? Que signifie, pour nous aujourd’hui, cette exhortation à la pauvreté, à une vie pauvre dans un sens évangélique ?