Il y a beaucoup de bons arguments en faveur de l'existence de Dieu et chacun a ses forces et ses difficultés. Alors que certains arguments sont devenus plus populaires, certaines confusions s’y sont glissées. Ce qui peut parfois affaiblir l’argumentaire en faveur de l’existence de Dieu, même parmi les catholiques et les autres chrétiens qui veulent connaître et défendre la vérité.

Cela peut avoir des conséquences négatives pour l'apologétique chrétienne, car lorsque des arguments sont mal compris, ils peuvent facilement être écartés. Il est important de ne pas présumer que, parce qu’une personne a reçu une éducation dans la Foi, qu’elle est alors préparée à tous les défis.

Par exemple, il y a quelques années, la fille d'un populaire apologète chrétien a perdu la foi lorsqu'elle s'est trouvée incapable de répondre à une question théologique. Comme il ressort clairement de son propre compte rendu, la question elle-même comportait une certaine confusion au sujet de la loi naturelle et des commandements de l’alliance de Dieu, mais elle ne reconnut pas l’erreur. Il faut se demander ce qui se serait passé si elle avait été plus consciente des distinctions qui lui auraient permis de relever le défi avec confiance.

Ceci est le premier article d'une série de trois dans laquelle nous allons clarifier certaines de ces confusions.

Les arguments cosmologiques

Les arguments cosmologiques procèdent à partir de l'existence du cosmos pour aller vers son créateur. L'idée de base est que tous les effets nécessitent une cause et l’élément clé dans beaucoup de ces arguments est qu'une « régression infinie » (une quantité infinie réelle) ne peut pas être utilisée pour multiplier les causes et éviter une cause ultime (un créateur). Bien que deux des formes les plus populaires de l’argument (horizontal et vertical) reconnaissent qu’une régression infinie ne peut pas contourner une cause première, ou un créateur, elles ont des raisons différentes de le dire.

Le populaire athée Richard Dawkins, un scientifique qui a été critiqué même par certains collègues athées pour ses raisonnements philosophiques souvent insatisfaisants, a commis cette erreur quand il a (imprudemment) attaqué Thomas d’Aquin. Commentant plusieurs arguments tirés des « cinq voies », Dawkins conclut que « ces arguments reposent sur l'idée d'une régression [infinie] et invoquent Dieu pour y mettre fin. Ils font l'hypothèse totalement injustifiée que Dieu lui-même est immunisé contre la régression » (The God Delusion, p. 101). L’un des problèmes du cas de Dawkins est qu’il présente les formes d’arguments cosmologiques « verticales » de saint Thomas d’Aquin comme si elles étaient de type « horizontal ». Saint Thomas d'Aquin, en fait, n'a eu aucun problème avec l'idée d'une série infinie de causes indépendantes - il a seulement objecté qu'il existait une chaîne causale infinie sans cause efficiente (première) (voir Somme Théologique I. Q.46, A.2).

Un argument cosmologique "horizontal"

L'argument cosmologique le plus populaire aujourd'hui est l'argument cosmologique « horizontal » ou Kalam. Il soutient que l'existence de l'univers est un effet dont la cause est Dieu, le créateur:

1. Tout ce qui commence à exister a une cause de son existence.
2. L'univers a commencé à exister.
3. Il ne peut y avoir un nombre infini de causes.
4. Par conséquent, l'univers a une cause première de son existence (Dieu).

Le cœur de cet argument réside dans l'impossibilité (prémisse 1) d'une régression infinie de causes ou d'événements. Un nombre infini de choses ne peut exister, car un « nombre infini » est une contradiction, nulle part observée dans la nature. Si l'univers n'avait pas de commencement, alors le nombre de causes ou de moments antérieurs à aujourd'hui serait une quantité infinie de moments - mais il ne peut y avoir réellement une quantité infinie de moments, de sorte que l'univers doit avoir commencé et a donc été amené à commencer par quelque chose qui n’a pas de cause (et qui est en dehors de l'univers). Cette cause est Dieu.

La différence avec un argument cosmologique "vertical"

Le problème ci-dessus de la régression infinie a parfois été appliqué de manière incorrecte à d'autres arguments cosmologiques, tels que l'argument de la contingence, qui lui est « vertical », et qui est basé sur les écrits de saint Thomas d'Aquin. Saint Thomas, cependant, a en fait nié la validité d'argumenter pour le début de l'univers basé sur une régression infinie! Son argument cosmologique « vertical » fait en réalité une affirmation complètement différente de la version « horizontale » :

1. Au moins un être contingent (c’est-à-dire un être existant dont l’existence n’est pas nécessaire ou qui pourrait ne pas exister) existe.
2. Les êtres contingents doivent avoir une cause externe à leur existence.
3. Un nombre infini d'êtres contingents ne peut pas expliquer l'existence de tous les êtres contingents.
4. Par conséquent, un être nécessaire (un être qui ne peut pas ne pas exister) existe (Dieu).

Le problème est que même un nombre infini d'êtres contingents ne peuvent expliquer l'existence d'un seul être contingent (de la même manière que postuler un nombre infini de wagons de train n'explique pas le mouvement du premier wagon de train - il doit y avoir un moteur). Le problème n'est pas qu'il ne peut y avoir un nombre infini de choses (saint Thomas d’Aquin a soutenu que cela pourrait être possible). Au contraire, c’est que même un nombre infini d’êtres contingents ne pourrait jamais justifier leur propre existence.

Pourquoi est-ce important ?

La connaissance de ce type d'arguments permet de répondre avec précision, ce qui contribue à rendre le dialogue fructueux. Bien qu'il puisse sembler insensé d'insister sur une telle précision, la terminologie est importante, car les mots et les idées sont étroitement liés. La confusion sur le fonctionnement de ces arguments peut avoir des effets négatifs et durables. Confondre tout simplement deux types d’arguments appartenant à la même catégorie peut leur donner l’impression de manquer de consistance ou de force. Ceci, à son tour, pourrait conduire à un abandon injustifié d'une conclusion raisonnable - dans ce cas-ci, que Dieu le Créateur existe.

Maintenant que nous avons dissipé la confusion populaire entre deux formes populaires de l'argument cosmologique, nous examinerons dans le prochain article les arguments issus du dessein de l’univers.


Cet article est une traduction française personnelle de l’article « Clarifying Arguments for God, Part One: Cosmological » de Douglas M. Beaumont pour Catholic Answers.

histoire-eglise-catholique-au-canada