Passage de la Bible : le Baptême des enfants

Bien qu'il n'y ait pas d'âge pour entrer dans l'Église et devenir chrétien, l'Église Catholique a depuis longtemps la tradition de baptiser les enfants dès les premières semaines après la naissance. Cette pratique est quelques fois contestée par certains chrétiens, qui prétendent voir dans ce geste l'imposition de la Foi à une personne qui ne peut pas encore en manifester volontairement le désir.

Il ne faut pas oublier que c'est le rôle du sacrement de la Confirmation qui est de confirmer, à un âge plus avancé, de façon personnelle, la Foi de l'enfant qui a été baptisé par ses parents. Vous remarquerez que souvent, ces chrétiens qui protestent contre le baptême des enfants n'offrent pas le sacrement de la Confirmation et ont tendance à nier la réalité salvifique du baptême. Le but de cet article est de démontrer, à l'aide de passage biblique, que le baptême des enfants est une réalité sous-entendus dans la Bible.

Dans sa lettre aux Colossiens, on peut lire Saint-Paul comparer le baptême à la circoncision. Comme la circoncision était pratiquée le 8e jours après la naissance et signifiait l'entré dans l'alliance avec Dieu, je ne vois pas pourquoi le baptême, qui est l'entré dans l'Alliance avec le Christ, ne pourrait pas être donné aux enfants.
Colossiens 2, 11-12: En lui vous avez reçu une circoncision, non humaine, non chirurgicale, qui vous enlève tout ce corps charnel. C'est la circoncision du Christ, le baptême, où vous avez été ensevelis avec lui.

Dans les Actes et la lettre aux Corinthiens, on peut lire qu'à plusieurs reprises des maison complètes se font baptiser. Comme le mot « maison » désigne une famille ou même une réalité un peu plus large, il est tout à fait probable que des enfants en bas âge aient été baptisés.
Actes 16, 15 : Elle se fait baptiser avec toute sa maison, après quoi elle nous invite avec insistance: "Si vous croyez que j'ai bien la foi au Seigneur, venez donc et restez dans ma maison." Elle nous y obligea presque.
Actes 16, 32 :  Alors ils lui annoncent la parole du Seigneur comme à tous ceux de sa maison
1 Corinthiens 1, 16: Pardon! j'ai encore baptisé la famille de Stéphanas. A part ceux-là, je ne me rappelle aucun autre.

Dans certains passages, on peut voir la Foi d'un adulte sauver leur enfant. Donc, un enfant peut être baptisé (et sauvé) grâce à la Foi de ses parents en attendant qu'il puisse mieux comprendre sa démarche personnelle.
Matthieu 15, 28: Alors Jésus lui fait cette réponse: "Femme, ta foi est grande, que la chose se fasse comme tu le veux." Et dès ce moment-là sa fille fut guérie.

De plus, on ne pourrait pas prétendre ne pas contredire les paroles de Jésus lorsqu'il dit en Matthieu 19, 14 : «Laissez les enfants et ne les empêchez pas de venir près de moi. Sachez que le Royaume des Cieux est pour ceux qui leur ressemblent ». Ce qui les priveraient de l'entré dans l'Église et de l'Alliance avec Jésus.

Il y a aussi un autre point que je voudrais soulever dans cet article. J'ai entendu plusieurs fois autour de moi le raisonnement suivant : « Je ne fais pas baptiser mes enfants, ils décideront plus tard s'ils le désirent ou non ». Je trouve ce raisonnement un peu défectueux pour 2 raisons :
1) Nous inscrivons nos enfants à l'école même s'ils ne nous l'ont pas demandés. Nous le faisons quand même en croyant que l'instruction ainsi acquise leur sera profitable. En tant que parent, je ne vois pas pourquoi le même raisonnement ne serait pas applicable au baptême, si je le fait avec la conviction que cela lui apportera quelque chose de positif.
2) Certaines personnes voient le baptême comme quelque chose que l'on fait et qui est ensuite terminé. Cela n'est pas le cas car il est plutôt un point de départ dans la vie du Christ et de l'Église. Il n'est donc jamais trop tôt pour commencer et ils auront ensuite toutes leurs vies pour l'approfondir.

72 commentaires:

  1. Jésus a dit :
    "Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé"

    Ici c'est clair la foi PERSONNELLE se place avant le bapteme, c'est en réponse a notre foi que nous pouvons etre baptisé.

    Nous voyons le meme schema dans actes 8

    L'eunuque demande a philippe :
    Voici de l'eau, qu'est ce qui m'empeche d'etre baptisé ?
    et Philippe lui dit : Si tu crois de tout ton coeur, CELA T'EST PERMIS.

    Nous voyons encore une fois que c'est la foi personnelle de l'eunuque qui peut permettre le bapteme, et non la foi de Philippe.

    Donc le bapteme des nouveaux nés est totalement anti-scriptuaires.

    RépondreEffacer
  2. Bonjour,
    Honnêtement, je ne vois pas en quoi les deux passages que vous citez interdisent le baptême des enfants et mérite d'être traité de pratique anti-scripturaire. La Foi personnelle, je suis entièrement d'accord pour les personnes ayant atteint l'âge de raison. Cependant qu'en ai-t-il des petits enfants et des bébés?

    Dans le livre des Actes justement, on y voit plusieurs maisons complètes se faire baptiser. Doit-on conclure que toutes ces familles sont sans enfants? La circoncision, qui était l'entré dans l'Ancienne Alliance, nécessitait-elle d'avoir atteint l'âge de raison et la Foi personnelle? Certainement pas puisqu'elle était pratiqué le 8 jour. D'ailleurs au 3ième siècle, il y a eu un débat sur le baptême à savoir si on devait le faire le 1er jour ou attendre au 8e jour comme la circoncision de l'Ancienne Alliance. Nous sommes là bien loin de l'âge de raison.

    Permettez moi de citer ce que dit St-Pierre dans Actes 2 versets 38 et 39 : Pierre leur répondit : "Repentez-vous, et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés, et vous recevrez alors le don du Saint Esprit. Car c'est pour vous qu'est la promesse, ainsi que pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera."

    Je vous invite à consulter ce site pour plus de détail à savoir pourquoi les catholiques baptisent les enfants : http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19801020_pastoralis_actio_fr.html

    Cordialement,
    Miguel

    RépondreEffacer
  3. Vous opposez vos raisonnements et ceux de votre église a ce qui est écrit.

    Selon les écritures le baptême EST PERMIS si la personne crois de tout son cœur.

    Vous me citez Actes 2v 38, mais cela confirme encore une fois qu'il n'est pas permit de baptiser les enfants car Pierre dit bien qu'une autre condition au baptême et la repentance.


    "Repentez vous ET soyez baptisé."

    En baptisant les nouveaux nés vous faites le contraire de ce qui est écrit :

    Baptême du nouveau né puis foi.
    Baptême du nouveau né puis repentance .

    RépondreEffacer
  4. Bonjour,

    Vous citez le verset 38, mais vous ne lisez pas le verset suivant que j'ai cité : «Car c'est pour vous qu'est la promesse, ainsi que pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. »
    Pierre dit bien que cela est aussi pour vos enfants. Je ne crois pas que cela contredis sa phrase précédente sur le baptême. Même au verset 38, il dit que « chacun de vous » se fasse baptiser, il n'est donc pas question d'exclusion des enfants.

    Miguel

    RépondreEffacer
  5. Mr Morin je parle des baptêmes que l'Eglise catholique effectue sur les nouveaux nés, pas des baptêmes d'enfants qui sont en age de réaliser qu'ils sont pécheurs et qui peuvent mettre leur foi en Jésus-Christ.

    Pour les enfants en age de comprendre et qui ont répondu positivement a l'appel de Dieu le baptême est PERMIS comme le dit Philippe :
    "Si tu crois de tout ton cœur, CELA T'EST PERMIS."

    Nous voyons bien la que le baptême est PERMIS lorsqu'on croit de tout son cœur.

    LA FOI VIENT DONC AVANT LE BAPTÊME.

    L'Église catholique elle baptise les nouveaux nés avant la confession de foi.

    RépondreEffacer
  6. Pemettez-moi de vous citer un passage du document plus haut qui éclairera votre objection.
    Pour ce qui et du verset d'Actes 8, 37, vous verrez qu'il a retiré du texte plusieurs traductions récentes du Nouveau Testament car il était absent de plusieurs manuscrits anciens et semblait n'être une glose.

    Baptême et acte de foi

    17. Observant que dans les écrits du Nouveau Testament, le baptême suit la prédication de l'Évangile, suppose la conversion et s'accompagne de la profession de foi, et qu'en outre les effets de la grâce (rémission des péchés, justification, régénération et participation à la vie divine) sont généralement rattachés à la foi plutôt qu'au sacrement (28), certains proposent que la succession " prédication-foi-sacrement " soit érigée en norme. En dehors du cas de danger de mort, on l'appliquerait aux enfants et on instaurerait pour eux un catéchuménat obligatoire.

    18. Certes, la prédication apostolique s'adressait normalement à des adultes, et les premiers baptisés furent des hommes convertis à la foi chrétienne. Comme ces faits sont rapportés par le Nouveau Testament, cela peut engendrer l'opinion qu'on n'y considère que la foi des adultes. Cependant, on l'a rappelé plus haut, la pratique du baptême des enfants s'appuie sur une tradition immémoriale, d'origine apostolique, dont la valeur ne peut être écartée ; et, de plus, le baptême n'est jamais administré sans la foi : pour les enfants, il s'agit de la foi de l'Église.

    D'autre part, selon la doctrine du Concile de Trente sur les sacrements, le baptême n'est pas un pur signe de la foi; il en est aussi la cause (29). Il opère dans le baptisé " l'illumination intérieure ". La Liturgie byzantine l'appelle " sacrement de l'illumination ", ou même simplement " illumination ", c'est-à-dire foi reçue, envahissant l'âme pour que tombe, devant la splendeur du Christ, le voile de l'aveuglement (30).

    Baptême et appropriation personnelle de la grâce

    19. On dit encore que toute grâce, puisqu'elle s'adresse à une personne, doit être consciemment accueillie et faite sienne par celui qui la reçoit, ce dont le petit enfant est bien incapable.

    20. En réalité, l'enfant est une personne bien avant qu'il soit en mesure de le manifester par des actes de conscience et de liberté, et comme tel, il peut déjà devenir par le sacrement de baptême fils de Dieu et cohéritier du Christ. Sa conscience et sa liberté pourront ensuite, dès leur éveil, disposer des énergies déposées dans son âme par la grâce baptismale.

    RépondreEffacer
  7. Baptême et liberté de l'enfant

    21. On objecte aussi au baptême des petits enfants qu'il constituerait une atteinte à leur liberté. Ce serait contraire à leur dignité de personne que de leur imposer pour l'avenir des obligations religieuses que, plus tard peut-être, ils seront amenés à récuser. Mieux vaudrait ne conférer le sacrement qu'à l'âge où l'engagement libre est devenu possible. En attendant, parents et éducateurs devraient se tenir sur la réserve, et s'abstenir de toute pression.

    22. Mais une telle attitude est bien illusoire: il n'existe pas de pure liberté humaine, qui serait exempte de tout conditionnement. Déjà au plan naturel, les parents font pour leur enfant des choix indispensables à sa vie et à son orientation vers les vraies valeurs. Une attitude soi-disant neutre de la famille à l'égard de la vie religieuse de l'enfant serait en fait une option négative, que le priverait d'un bien essentiel. Surtout, quand on prétend que le sacrement de baptême compromet la liberté de l'enfant, on oublie que tout homme, même non baptisé, a envers Dieu comme créature des obligations imprescriptibles, que le baptême vient ratifier et élever dans l'adoption filiale. On oublie aussi que le Nouveau Testament nous présente l'entrée dans la vie chrétienne non comme une servitude ou une contrainte, mais comme l'accès à la vraie liberté (31). Certes, il pourra arriver que l'enfant, parvenu à l'âge adulte, renie les obligations découlant de son baptême. Les parents, malgré la souffrance qu'ils peuvent en éprouver, ne doivent pas se reprocher d'avoir fait baptiser leur enfant, et de lui avoir donné l'éducation chrétienne, comme c'était leur droit et leur devoir (32). Car, malgré les apparences, les germes de la foi déposés dans son âme pourront un jour reprendre vie, et les parents y contribueront par leur patience et leur amour, par leur prière et le témoignage authentique de leur propre foi.

    RépondreEffacer
  8. Merci pour la citation du document, cela prouve bien encore une fois que l'église catholique se contrefiche de l'enseignement des écritures, elles édictent ses propres doctrines qui sont en opposition a ce qui est clairement enseigné par Jésus-Christ s'écartant ainsi de la foi :

    Jésus a dit :
    "Faites des nations des disciples,
    baptisez les au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,
    et enseignez-leur a garder tout ce que je vous ai prescrit.

    Remarquez bien l'ordre donné par notre Seigneur Jésus-Christ.

    1.Faire des disciples.
    2.Baptiser les disciples.
    3.Les enseigner a garder tout ce que le Seigneur Jésus nous a prescrit.



    L'église catholique en baptisant les nouveaux nés qui ne sont même pas encore disciple, n'obéit pas a l'enseignement de Jésus-Christ.

    RépondreEffacer
  9. Bonjour,

    Je ne vois pas en quoi nous agissons contrairement aux écritures en baptisant les nouveaux nés selon le passage que vous citez. Je remarque que vous semblez établir une succession chronologique avec cette énoncé. On pourrait aussi l'interpréter dans le sens où le moyen de faire des disciple est par le baptême. Dans cette interprétation, la chronologie que vous proposé perd son sens.

    De plus, le baptême des nouveaux-nés n'est pas seulement pratiqué par les catholiques. Il y a d'autres églises réformés, prétendument fondé sur la Bible comme vous, qui baptisent aussi les nouveaux-nés et qui n'y voient pas de contradiction avec la Bible.

    Miguel

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Le baptême des bébés est répandu depuis le 2è siècle du christianisme. On le trouve dans l'église catholique et des églises protestantes. Luther et Calvin, les pères du protestantisme, ont conserver cette tradition chrétienne. Mais d'autres églises refusent ce baptême, dont les églises pentecotistes, baptistes et advantistes.
      1. La Bible ne tranche pas la question, car elle ne parle pas explicitemenent du baptême des enfants.cependant le baptême des enfants peut être supposé dans le cas où l'on baptisait quelqu'un et "toute sa famille avec lui", ce qui semble inclure les enfants (actes 16, 15 et 53)
      2. Jésus à dit: "laissez venir à moi les petits enfants" (Matthieu 19, 14) . L'expérience prouve que le petit enfant peut vivre très tôt de la grâce divine (dès 3-4 ans). L'Écriture le suggère d'ailleurs : "ta majesté est chantée par la bouche des tout petits" (psaume 10, 22). Dieu n'attend pas que les enfants aient l'âge de la raison pour leur conférer sa grâce.
      3. Pour ce qui concerne surtout les réalités africaines, force est de reconnaître que des bébés peuvent être pris en sorcellerie dès le sein maternel. Si Satan peut avoir une telle emprise sur les enfants, pourquoi Dieu ne pourrait-il pas y exercer lui aussi son oeuvre de salut par le baptême?
      4.Bien évidemment, le baptême n'est pas une prison ou une contrainte imposé à l'enfant. Dieu nous a créés pour la vie et la liberté. Le baptême n'est que la semence de la vie divine. Ce sera à l'enfant d'y répondre plus tard par son engagement personnel. En ce sens, le baptême reste un ENGAGEMENT et une RESPONSABILITÉ PERSONNELLE de l'homme face à Dieu. C'est ainsi que le baptême demeure "l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu" et une exigence de sainteté.
      En presentant leur enfant au baptême, les parents,doivent s'engager à veiller et éduquer celui ci dans sa vie chrétienne dès son plus jeune âge.

      Effacer
  10. Honnêtement, pensez-vous qu'en baptisant les nouveaux nés vous en faites des disciples, c'est a dire des personnes qui ont acceptés Jésus comme sauveur et Seigneur ?

    Votre interprétation dans le sens que le moyen de faire des disciples est par le baptême, me fait penser au baptême forcés que l'église catholique a pratiquée étant persuadé qu'un nouveau né baptisé était un nouveau né sauvé.
    C'est une hérésie.

    Quand aux église réformés qui pratiquent le baptêmes des nouveaux nés elles sont autant dans l'erreur que l'Église catholique.

    RépondreEffacer
  11. Bonjour,
    Je crois qu'en baptisant mon enfant, cela est le seul moyen d'effacer le péché originel en attendant qu'il puisse participer par lui-même à cette grâce reçu par le baptême.

    Je crois qu'il y a plus qu'un problème de période de baptême dans cette discussion. Je ne crois pas que nous ayons la même vision sur l'action et l'implication du baptême. Vous parlez de baptême et de salut. Pour un enfant qui ne peut pas pêcher car il n'a pas atteint l'âge de raison, il est certain qu'il est sauvé s'il est baptisé. Cependant, si un adulte pêche gravement (mortellement) après son baptême et qu'il n'en a par la suite aucune contrition ni pardon (confession), il ne sera pas sauvé.

    Bien sûr, je crois que je viens de toucher plusieurs points de divergence entre l'église catholique et vous dans cet énoncé. J'aurais quelques questions pour vous pour m'aider à bien situer votre position. Qu'est-ce qui arrive à un enfant qui mourrait avant son baptême car ses parents auraient attendu à plus tard. Croyez-vous qu'il est sauvé même s'il a le péché originel et aucun péché personnelle ? Où alors vous croyez que le péché originelle n'existe pas et qu'il n'y a de toute façon rien à purifier donc il est sauvé ? Ou alors vous pensez qu'il n'est pas sauvé ? Croyez-vous que le baptême accompli une action quelconque sur le baptisé ou si ce n'est qu'un symbole ?

    Miguel

    RépondreEffacer
  12. Bonjour Miguel,

    Votre connaissance sur le baptême est très éclairante pour moi. En effet, je fais baptisé mes enfants le plus tôt possible mais j'avoue que je me suis posé des questions sur le bienfondé du baptême des bébés. Je les fais tout de même car pour moi dans le baptême il y a une grâce reçue, un don vital et pour moi refuser le baptême d'un nouveau né reviendrait à refuser de l'allaiter au motif qu'il ne peut pas comprendre qu'il a besoin d'être allaité pour vivre.

    Par contre, votre dernier commentaire me donne la chair de poule. Dans ce dernier commentaire, le baptême m'apparaît comme une recette de cuisine. Dieu m'apparaît comme un assureur et présente des clauses pour pouvoir bénéficier de l'assurance : si ceci cela alors ..., sauf si ceci cela alors .... (en sont exclu ...). Croyez-vous que Dieu est comme cela ? Croyez-vous que l'Eglise qui prie chaque jour "pour les hommes qui se sont endormis dans l'espérance de la résurrection et pour tout les hommes qui ont quitté cette vie, reçois-les dans ta lumière auprès de toi" voit Dieu comme cela ? Le baptême est si beau, si magnifique : c'est la gratuité de l'amour, amour des parents pour leur enfant, amour des prêtres pour leur communauté, amour de Dieu pour ses créatures et.... amour du tout-petit pour tout ce qu'il reçoit. Et là le baptême de ce commentaire m'apparaît comme un papier qu'il faudrait avoir pour être en règle. Et ce baptême me semble laid. Etre en règle, ce n'est pas de l'amour, c'est de la tyrannie. Et qui peut prétendre être en règle avec Dieu ? Pour moi personne. Y compris la Vierge Marie. En effet, pour moi on ne dit pas : "je ne suis pas en règle avec Dieu" parce que j'ai péché. Je dis : "je ne suis pas en règle avec Dieu" car cette notion n'existe pas pour Dieu. En effet, le péché n'a rien à voir avec être en règle : le péché est un manque de grâce. Même si la péché est dû à un acte volontaire. Présenter le péché comme un état "pas en règle" reviendrait à dire qu'un enfant n'est pas en règle avec ses parents parce qu'il est devenu sourd en se mettant la tête dans un ampli durant une rave. Et pour moi le baptême c'est redonner cette grâce qui fait défaut dès la naissance. Grâce qui pourra refaire défaut suite à un péché et qui sera restauré par la confession. Et la différence de la Vierge Marie par rapport à nous, c'est qu'elle n'a jamais manqué de grâce.

    Et enfin, le passage par la mort est un passage qui permet à tout homme de retrouver cette grâce qui lui fait défaut, donc peu importe combien il lui en manque. La différence par rapport à notre monde, c'est que dans l'autre monde, ce qu'est la grâce et la vie avec Dieu apparaît clairement. Ainsi dans ce monde tout homme est capable d'accepter ou de refuser cette grâce en pleine connaissance de cause et ainsi le choix pris à ce moment-là est définitif.

    RépondreEffacer
  13. Bonjour,

    Pour préciser ma pensée concernant le point personne est en règle y compris la Vierge Marie qui peut sembler ambiguë ce que je veux dire c'est que personne n'est en règle avec Dieu car tout le monde est en règle avec Lui. Ce qui ne veut pas dire que nous ayons tous part à la même grâce. Et c'est aussi pour cela je pense que la grâce s'appelle la grâce et non le dû.

    RépondreEffacer
  14. Bonjour Ludovic,

    Désolé si mon commentaire a pu paraître légaliste. Vous avez raison, en tant que chrétien, nous sommes toujours appelés à dépasser le stade de l'obéissance à des règles. On doit arriver a voir aussi l'esprit derrière la règle et à faire le bien par amour de Dieu et du prochain. Je n'irais cependant pas jusqu'à dire que suivre une règle est mauvais car Dieu nous a donné des règles et des commandements.

    Il est important de mentionner que Dieu seul est le maître du salut et qu'il donne sa grâce et sauve qui il veut. Nos règles ne peuvent pas limiter Dieu. Nous pouvons toujours avoir confiance que Dieu nous jugera avec justice et miséricorde car il connait nos cœurs.

    J'ai écris ce commentaire pour tenter de faire préciser à mon interlocuteur anonyme ce qu'il croyait de l'action et des implications du baptême. Il est vrai que c'est questions peuvent paraître froides, fades et légaliste, mais je ne connais pas d'autre moyen pour pouvoir identifier clairement sa position. Si vous avez une autre façon à me suggérer pour y parvenir, elle sera la bienvenue et elle me sera très utile.

    Cordialement,
    Miguel

    RépondreEffacer
  15. Vous dites :
    "Pour un enfant qui ne peut pas pêcher car il n'a pas atteint l'âge de raison, il est certain qu'il est sauvé s'il est baptisé. "


    Vous ne suivez pas l'enseignement de Jésus qui demande qu'on baptise les croyants et vous me traitez de légaliste !! Etes vous sérieux ?

    C'est vous le légaliste, nous sommes sauvés par la foi,lorsque nous croyons, et pas en pratiquant un rite quelconque.



    Quand au baptême qui enlève le péché originel du nouveaux né c'est encore une hérésie de l'église catholique, car Pierre dit concernant le baptême qu'il ne débarrasse pas de la souillure de la chair, mais qu'il est l'engagement d'une bonne conscience.

    Pierre dira aussi dans actes 10:47 :
    Peut on refuser l'eau du baptême a ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous ?
    Cela prouve encore une fois que Pierre comme Philippe et les autres apôtres suivaient l'enseignement de Jésus Christ en ne baptisant que des croyants.

    RépondreEffacer
  16. Désolé Miguel j'ai lu un peu trop vite vous me traitez pas de légaliste, mais se sont vos questions que vous trouvez légaliste.

    Concernant vos questions, je crois que comme un enfant est innocent jusqu'à l'age de raison, Dieu ne le condamnera pas a la perdition, lors du jugement je pense qu'il sera déclaré innocent.

    RépondreEffacer
  17. Bonjour,

    Je comprends que si vous ne croyez pas au péché originel, baptiser des enfants en bas âge ne doit pas faire beaucoup de sens pour vous. Je connais certains passages de la Bible qui parle du péché originel. Si vous le voulez, j'aimerais savoir comment vous interprétez ces passages.

    1 Corinthiens 15, 21-23 :
    Car, la mort étant venue par un homme, c'est par un homme aussi que vient la résurrection des morts.
    De même en effet que tous meurent en Adam, ainsi tous revivront dans le Christ.

    Romais 5, 12-15
    Voilà pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort a passé en tous les hommes, du fait que tous ont péché -; car jusqu'à la Loi il y avait du péché dans le monde, mais le péché n'est pas imputé quand il n'y a pas de loi ; cependant la mort a régné d'Adam à Moïse même sur ceux qui n'avaient point péché d'une transgression semblable à celle d'Adam, figure de celui qui devait venir... Mais il n'en va pas du don comme de la faute. Si, par la faute d'un seul, la multitude est morte, combien plus la grâce de Dieu et le don conféré par la grâce d'un seul homme, Jésus Christ, se sont-ils répandus à profusion sur la multitude.

    Cordialement,
    Miguel

    RépondreEffacer
  18. Bonjour,

    Le baptême tel que voulu par Dieu est effectué après qu'une personne se soit repenti de ses péchés. Donc le baptême ne peut concerner les nouveaux nés qui n'ont aucune conscience de leur état pêcheur.

    RépondreEffacer
  19. Bonjour Rico,
    J'aurais aimé que vous expliquiez un peu davantage pourquoi vos arrivez à cette conclusion. Si vous regardez dans les commentaires de cet article. Vous verrez que j'ai donné quelques unes des raisons de l'Église. On pourrait ainsi poursuivre la discussion un peu plus loin.

    RépondreEffacer
  20. Si vous regardez le ministére de jésus-Christ vous vous apercevez des le début qu'IL commenca a precher la repentance et la foi :
    "Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche." (Matthieu 4:17)

    "Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez - vous, et croyez à la bonne nouvelle." (Marc 1:14-15)

    La repentance et la foi sont donc les conditions nécessaire qui est demandé par Dieu avant le bapteme.

    RépondreEffacer
  21. Bonjour Rico,

    Premièrement, je crois que l'on peut s'entendre sur un point : Si on a conscience des ses péchés, il faut absolument s'en repentir avant de recevoir le baptême. Je suis 100% d'accord avec vous sur ce point et je crois que les passages de la Bible que vous citez le démontre très bien.

    Cela nous mène ensuite à une deuxième question : Peut-on baptiser une personne qui n'a pas un certain âge pour avoir pleinement conscience des ses péchés?

    Personnellement, je ne vois aucun endroit dans la Bible où Jésus ou les Apôtres refusent le baptême à une personne parce qu'elle est trop jeune. De plus, j'ai cité des passages où il est possible que des enfants aient été baptisés, (exemple des passages ou des « maisons » entière étaient baptisés). Cependant, j'admets qu'on ne peut pas être absolument certain que c'était le cas uniquement à partir de ces passages. Il y a un passage (également cité plus haut) où le baptême était comparé à la circoncision qui était l'entré dans l'ancienne alliance qui était effectué le 8e jour après la naissance. Je vous pose donc la question à savoir pourquoi Dieu acceptait-il l'entré dans l'alliance des nouveaux-nés dans l'ancienne alliance et la refuserait-il dans le nouveau ? Je vous invite aussi à relire les commentaires ci hauts pour plus de détails.

    Je crois donc qu'il y a plus d'évidence, même en se limitant à la Bible, que le baptême des nouveaux-nés est la volonté de notre Seigneur. Ce ne sont pas les seules raisons pour lesquelles l'Église le fait, vous pouvez consulter les documents cités plus haut pour plus de détails. D'ailleurs, le baptême des nouveaux-nés n'est pas seulement une pratique des catholiques mais aussi de plusieurs communautés chrétiennes réformés.

    Si vous croyez avoir des passages bibliques qui condamnerait cette pratique, veuillez m'en faire part et nous les examinerons si vous le voulez bien.

    Cordialement,
    Miguel

    RépondreEffacer
  22. Bonjour,


    Il n'y a aucun passage biblique qui interdit le baptême des nouveaux nés, comme il y a aucun passage biblique qui interdit de participer a la sainte cène habillé en clown !


    Il faut bien comprendre ce que signifie le baptéme pour savoir si nous pouvons accepter de baptiser tel ou tel personne.

    Nous prenons le baptême comme signe que nous nous sommes repentis et que nous avons acceptés Jésus-Christ.
    C'est ce que Jésus a prêché "repentez vous et croyez ..."

    Comme je vous l'ai dit les conditions de Dieu sont tres clair, c'est la repentance et la foi en Jésus-Christ, un nouveau né ne peut remplir ces deux conditions car il n'a aucune conscience de son état pécheur et de la nécessité d'etre sauvé, le baptéme pour lui ne sert strictement a rien.

    Seule les personnes qui se sont repentis et qui ont acceptés le Christ comme leur sauveur et Seigneur doivent etre baptisées.

    RépondreEffacer
  23. Bonjour,

    En effet, comme vous le soulignez, les divergences de points de vue sur le baptême des enfants n'est souvent que la pointe de l'iceberg de plusieurs autres points de divergences. Je crois que, très souvent, la divergence du baptême des enfants repose souvent sur d'autres divergences comme la signification du baptême et du péché originel. Permettez-moi de vous résumer la position catholique.

    Pour les catholiques, le baptême est un sacrement. C'est à dire qu'il est un signe, mais pas seulement un signe. C'est un signe extérieur qui manifeste un effet réel de la grâce chez le baptisé. Nous croyons aussi qu'avant de commettre un péché personnel, le genre humain a hérité du péché originel de la chute d'Adam tel qu'on peut le lire en romain 5, 12 : « Voilà pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort a passé en tous les hommes, du fait que tous ont péché. »  ainsi que la Parole de Jésus : « "Nul s’il ne renaît de l’eau et de l’Esprit ne peut entrer dans le Royaume de Dieu" Nous célébrons donc ce sacrement pour purifier l'homme du péché originel et le faire ainsi entrer dans la vie de la grâce du Christ.

    Je serais intéressé à connaître votre point de vue sur le péché originel car c'est souvent de là qu'origine la divergence. Car, je suis prêt à l'admettre, cela fait moins de sens de baptiser un enfant s'il n'y a pas de péché originel puisqu'il n'a pas encore pu pécher.

    Merci de l'intérêt que vous portez à ce blogue
    Miguel

    RépondreEffacer
  24. Voici un extrait du passage du catéchisme sur le baptême des adultes et des enfants :

    IV. Qui peut recevoir le baptême ?

    1246 " Tout être humain non encore baptisé, et lui seul, est capable de recevoir le Baptême " (⇒ CIC, can. 864; CCEO, can. 679).

    Le Baptême des adultes

    1247 Depuis les origines de l’Église, le Baptême des adultes est la situation la plus courante là où l’annonce de l’Évangile est encore récente. Le catéchuménat (préparation au Baptême) tient alors une place importante. Initiation à la foi et à la vie chrétienne, il doit disposer à l’accueil du don de Dieu dans le Baptême, la Confirmation et l’Eucharistie.

    1248 Le catéchuménat, ou formation des catéchumènes, a pour but de permettre à ces derniers, en réponse à l’initiative divine et en union avec une communauté ecclésiale, de mener leur conversion et leur foi à maturité. Il s’agit d’une " formation à la vie chrétienne intégrale... par laquelle les disciples sont unis au Christ leur Maître. Les catéchumènes doivent donc être initiés ... aux mystères du salut et à la pratique d’une vie évangélique, et introduits, par des rites sacrés, célébrés à des époques successives, dans la vie de la foi, de la liturgie et de la charité du Peuple de Dieu " (AG 14 ; cf. OICA 19 et 98).

    1249 Les catéchumènes " sont déjà unis à l’Église, ils sont déjà de la maison du Christ, et il n’est pas rare qu’ils mènent une vie de foi, espérance et charité " (AG 14). " La Mère Église les enveloppe déjà comme siens dans son amour en prenant soin d’eux " (LG 14 ; cf. ⇒ CIC, can. 206; ⇒ 788, § 3).

    Le Baptême des enfants

    1250 Naissant avec une nature humaine déchue et entachée par le péché originel, les enfants eux aussi ont besoin de la nouvelle naissance dans le Baptême (cf. DS 1514) afin d’être libérés du pouvoir des ténèbres et d’être transférés dans le domaine de la liberté des enfants de Dieu (cf. Col 1, 12-14), à laquelle tous les hommes sont appelés. La pure gratuité de la grâce du salut est particulièrement manifeste dans le Baptême des enfants. L’Église et les parents priveraient dès lors l’enfant de la grâce inestimable de devenir enfant de Dieu s’ils ne lui conféraient le Baptême peu après la naissance (cf. ⇒ CIC, can. 867; CCEO, can. 681 ; 686, 1).

    1251 Les parents chrétiens reconnaîtront que cette pratique correspond aussi à leur rôle de nourricier de la vie que Dieu leur a confiés (cf. LG 11 ; 41 ; GS 48 ; ⇒ CIC, can. 868).

    1252 La pratique de baptiser les petits enfants est une tradition immémoriale de l’Église. Elleestattestée explicitement depuis le deuxième siècle. Il est cependant bien possible que, dès le début de la prédication apostolique, lorsque des " maisons " entières ont reçu le Baptême (cf. Ac 16, 15. 33 ; 18, 8 ; 1 Co 1, 16), on ait aussi baptisé les enfants (cf. CDF, instr. " Pastoralis actio ").

    RépondreEffacer
  25. Bonjour,

    Nous sommes d'accord sur ce point nous ne pouvons entrer dans le royaume de Dieu,si nous ne sommes pas né de nouveau.

    Or comme pour le baptéme l'enseignement de Jésus est clair concernant la nouvelle naissance.
    Lors de son entretien avec Nicodéme Jésus ne dit pas que c'est le bapteme qui nous fait naitre de
    nouveau, mais que c'est la foi en Lui qui nous fait passer de la mort a la vie.
    "Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne
    périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle."

    Ainsi pour naitre de nouveau (entrez dans le royaume des cieux) Jésus demande deux choses :
    La repentance et la foi
    "Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle."

    Ce n'est que lorsque nous avons rempli ces deux conditions que Dieu nous demande de nous faire
    baptiser.

    "Repentez-vous, ET que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ"
    "


    "QUAND ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus Christ, hommes ET femmes se firent baptiser




    Comment un nouveau né peut-il se repentir et croire à la bonne nouvelle ?

    RépondreEffacer
  26. Bonjour,

    J'aimerais bien savoir pourquoi vous semblez ériger en dogme le fait qu'une confession de foi individuelle est absolument nécessaire préalablement au baptême. Bien que cela doit requis pour un adulte, je ne vois pas ce qui vous fait tenir à ce point à cela au point de refuser le baptême à quelqu'un qui serait trop jeune ou trop aliéné mentalement pour avoir une telle prise de conscience. Pour ce qui est du baptême des nouveaux-nés, il n'y a pas totalement absence de foi car il y a au départ la foi des parents qui élèveront leur enfant dans la foi jusqu'à ce qu'il puisse à son tour faire acte de foi.

    Il y a aussi ce passage dans actes 2, 38-29 lorsque Pierre dit le jour de la Pentecôte que le baptême est aussi pour les enfants de ceux qui l'écoute :
    Pierre leur répondit : " Repentez-vous, et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés, et vous recevrez alors le don du Saint Esprit. Car c'est pour vous qu'est la promesse, ainsi que pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. "

    De plus, historiquement, l'Église croit que le baptême des enfants était l'enseignement des Apôtres puisque des textes remontant au deuxième siècle nous témoignent de cette pratique. Voici deux témoignages datant du 2e siècle jusqu'au 4e siècle:

    Hippolyte de Rome : « Baptisez d’abord les enfants. S‘il peuvent parler, laissez leur le faire. Sinon, laissez leurs parents ou leurs proches parler pour eux » (La Tradition Apostolique 21/16)

    Origène : « L'Église a reçu des Apôtres la tradition de donner aussi le baptême aux enfants » (Commentarii in romanos 5,9)

    Cyprien de carthage : « Et voilà pourquoi, frère très cher, notre concile a été d’avis que personne ne devait être écarté par nous du baptême et de la grâce de Dieu, qui est à tous miséricordieux, bienveillant et doux. C’est ce que l’on doit observer et mettre en pratique à l’égard de tous, mais surtout nous croyons qu’on doit l’observer à l’égard des enfants, qui ont par cela même plus de titres à notre Assistance et à la Miséricorde divine, que, dès l’instant de leur naissance, ils ne font autre chose que prier par leurs cris et leurs larmes. Nous souhaitons, frère très cher, que vous vous portiez toujours bien. » (Epitre 64)

    Jean Chrysostome : « Pour cette raison, nous baptisons les enfants, bien qu’ils n’aient pas de péchés personnels : de sorte que leur soient donnés sainteté, justice, adoption, héritage, fraternité avec le Christ, et qu’ils puissent devenir ses membres » (Catechese ad illuminados)

    RépondreEffacer
  27. Aussi, il ne faut pas oublier que ce que l'on retrouve dans le Nouveau-Testament est la prédication de la première génération de croyants. Les Apôtres devait inévitablement commencer par convaincre et baptiser les adultes. Et c'est pourquoi les textes n'insistent pas sur le baptême des enfants. C'est n'est qu'un peu plus tard, lorsque des enfants ont commencer à naître dans ces familles où les parents avaient été baptisés, que l'Église a du réfléchir sur cette question.

    Je suis pleinement conscient que certaines communautés chrétiennes évangéliques préfèrent mettre l'accent sur la conversion de l'homme plutôt que sur la grâce de Dieu pour le baptême, ce qui les poussent à repousser le baptême à un âge plus avancé. Sachez que l'Église catholique reconnait le baptême de tous les chrétiens qui sont fait au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

    Je remarque que vous n'avez pas répondu aux questions que je vous avais posé. Cela m'aiderait beaucoup pour poursuivre la discussion, si vous le voulez bien.

    Cordialement,
    Miguel

    RépondreEffacer
  28. Bonjour,

    Contrairement à ce que vous pensez le péché originel n'est pas ôté lors du baptême des nouveaux nés. Vous n’avez aucun texte des écritures qui enseignerait cela.
    C’est toujours suite à la prédication de l’évangile que les hommes et des femmes sont sauvés et se font baptiser :

    « Quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus Christ, hommes et femmes se firent baptiser. »

    La seule façon d'être sauvé c'est par la foi :
    Ce n’est que lorsqu’une personne se repent et croit au Seigneur Jésus qu'elle est sauvée. C'est ce qu'a toujours enseigné Jésus et les apôtres.

    « Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. »

    Le baptême en dehors de la repentance de SES péchés (les siens pas ceux des autres) et de la foi (Sa foi au Christ et pas celle d’un autre) ne peut nous sauver.
    Le baptême en dehors de la foi et de la repentance n’est qu’un rituel qui ne peut ôter le péché du nouveau né.

    Il est normal que j’érige en dogme l’enseignement de Jésus et des apôtres, c’est sur eux que ma foi se repose.
    Vous me citer des hommes comme Origène, Cyprien et d’autre … je vous retourne votre question : pourquoi érigez vous en dogme leur écrits ? Est-ce sur eux que vous mettez votre foi ou sur l’enseignement de Jésus et de ses apôtres ?

    Rappelez-vous ce qu’a dit Paul :
    « Si quelqu'un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème! »

    Le baptême des nouveaux nés qui enlèverais le péché originel est un autre évangile nous n’en voyons aucune trace dans les écritures.

    RépondreEffacer
  29. Bonjour,

    Je ne veux pas changer de sujet et j'essaie de rester le plus près possible du baptême des enfants, mais je 
    dois vous avouez que votre affirmation qui dit que le péché originel existe réellement mais n'est pas effacé par le baptême me surprends. C'est un peu comme si l'infini sacrifice du Christ en croix ne serait pas suffisant pour effacer ce péché, ce qui me semble à première vue un peu étrange. Personnellement, c'est la première fois que j'entends cette explication et je doute que cette interprétation soit partagé par beaucoup de chrétiens.
     
    Pour arriver à votre interprétation du texte biblique vous vous appuyez sur certains versets, que je considère entièrement vrai, mais au détriment de d'autres passages que je vous ai montrés qui laisse présager le contraire. Vous semblez pourtant les ignorer pour en arriver en une induction logique qui, partant de ces versets que vous avez sélectionnés, vous mène au principe qu'on ne peut pas baptiser les enfants.

    Maintenant voici ce qui, selon moi, est le plus important. Vous déclarez que votre interprétation de la Bible, qui refuserait le baptême aux enfants, était celle enseignée par Jésus et les Apôtres. C'est précisément pour cela que je vous cite des chrétiens qui datent du tout début de l'Église. C'est pour prouver l'interprétation catholique des textes bibliques. Car voyez-vous, si je peux trouver des chrétiens de tous les temps et de tous les lieux qui ont prêchés une interprétation des textes bibliques qui approuvent le baptême des enfants, alors je crois que cela a beaucoup plus de chance d'être l'enseignement authentique des Apôtres qu'une interprétation que je pourrais faire aujourd'hui personnellement en lisant la Bible. Cette trace historique est le gage d'une transmission fidèle du message authentique des Apôtres jusqu'à nous. Car, je crois que vous serez d'accord sur ce point, il y a plusieurs chrétiens qui lisent la même Bible qui ont des interprétations bibliques différentes de ces passages dont nous discutons. Je ne parle pas seulement ici de catholiques, mais plusieurs églises réformés et basés elle aussi  uniquement sur la Bible.

    Je vous suggère de faire un petit exercice, si vous le voulez bien. Essayer de trouver dans la littérature historique, des chrétiens de tous temps et de tout lieux qui prêchaient contre le baptême des enfants (ce que vous sembler être venu faire sur ce blogue). Si vous en trouvez, je serai heureux de vous les affichiez sur ce blogue et nous les examinerons. Si vous n'y parvenez pas, je me demande comment vous pouvez affirmer que cela était réellement les enseignements des Apôtres. Car, vous en conviendrez, à priori, votre conviction personnelle ne vaut pas plus ou pas moins que la mienne ou de celle de pasteur Gilbert au coin de la rue qui n'est pas d'accord avec aucun d'entre nous.
     
    Amicalement,
    Miguel

    RépondreEffacer
  30. Bonjour,

    Miguel, je pensais avoir été clair dans mon dernier commentaire:
    Ce que j'ai dit c'est que le baptême d'eau sans la repentance et la foi du baptisé ne sert a rien.

    Le baptême pour un croyant signifie qu'il a mis sa foi en Christ en se repentant et en se convertissant. Il est impossible pour un nouveau né d'effectuer ses étapes.

    Il me semble également que le commandement de Jésus est clair:
    "faites des nations des disciples, baptisez les (les disciples) au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit"
    Il faudrait être de mauvaise foi pour comprendre que dans ce commandement Dieu demande de baptiser les nouveaux nés, Jésus demande ici de baptiser les disciples.

    De même Jésus a dit : "Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé "
    Encore une fois Jésus ne nous demande pas de baptiser des nouveaux nés mais des croyants.

    Vous n'avez aucun commandement de Jésus qui demanderais de baptiser des nouveaux nés, le commandement de Jésus pour baptiser ne concerne que les croyants.


    Si vous avez des versets ou Jésus demande de baptiser des nouveaux nés merci de me les montrer.

    RépondreEffacer
  31. Bonjour,

    Il n'y a pas de passage qui disent explicitement de baptiser ou pas les enfants dans la Bible. C'est pourquoi cela relève de l'interprétation que l'on se fait de ces textes. Permettez-moi de vous résumer ce que je comprends de votre raisonnement selon vos explications. N'hésitez pas à me corriger si vous voyez que je ne comprends pas bien.

    Étape 1 :Vous baser votre interprétation sur les passages suivants :

    - Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle
    - Repentez-vous, ET que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ

    - QUAND ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus Christ, hommes ET femmes se firent baptiser


    Étape 2 :Deuxièmement, vous faites alors une induction logique (former une règle générale à partir de cas particuliers) qui vous en fait venir à la conclusion : La foi personnelle et pleinement consciente en Jésus est nécessaire préalablement au baptême.

    Étape 3: À partir de cette règle, vous en venez à la conclusion que les enfants, étant incapable de faire un tel acte de foi, ne peuvent pas recevoir le baptême.

    Est-ce que je vois juste ?

    Le point avec lequel je ne suis pas d'accord (et plusieurs chrétiens aussi) est sur l'induction que vous faites à la deuxième étape où vous ériger la règle « La foi personnelle et pleinement consciente en Jésus est nécessaire préalablement au baptême » pratiquement en dogme. Vous prétendez que cela est fondé uniquement sur la Bible, mais ce n'est pas vraiment le cas, cela reste une interprétation d'induction logique de votre part. Je crois que cette interprétation pousse le texte un peu trop loin. Je vais vous expliquez pourquoi.

    RépondreEffacer
  32. Selon moi, cette induction ne tient pas compte de tous les passages bibliques et ne serait plus valide si on ajoutait d'autres passages de la Bible dans ce raisonnement (à l'étape 1). Mais supposons, pour le moment, que l'on accepte votre interprétation. Cela voudrait dire qu'obligatoirement tous les points suivants doivent être vrai, car si un seul est faux, votre induction logique ne tient plus et vous devez l'assouplir ou la modifier.

    1- Il ne doit pas y avoir eu aucun enfant dans la maison de Lydia car toute sa maison s'est fait baptisé dans Actes 16, 15
    2- Il ne doit pas y avoir eu aucun enfant dans la famille du gardien de prison car toute sa famille s'est fait baptisé dans Actes 16, 33
    3- Il ne doit pas y avoir eu aucun enfant dans la famille de Stéphanas car toute sa maison s'est fait baptisé dans 1 Corinthiens 1,16
    4- Il ne doit pas y avoir eu aucun enfant dans les proches et les amis intimes que Corneille avait rassemblé car toute sa maison s'est fait baptisé dans Actes 10, 24.48
    5- Lorsque Jésus dit au petits enfants de venir à lui, cela n'inclut pas le baptême ? (Marc 10,13-16)
    6- Lorsque Jésus prit en imposant les mains (signe sacramentel) sur les petits enfants, est-ce qu'il ne viole pas cette règle de confession de foi préalable ? (Matthieu 19,13).
    7- La promesse de Pierre doit exclure le baptême dans Actes 2, 28-29 car cette promesse inclus aussi les enfants? Pourtant, ne parle-t-il pas justement du baptême...
    8- La règle que vous formuler impliquerait aussi que le baptême soit refuser aux handicapés mentaux, des personnes qui ont également besoin de la grâce de Dieu du baptême et qui peuvent être incapable d'un tel acte de foi avec pleine conscience.

    Je crois qu'il est peu probable que les 4 premières affirmations soient tous vrai, quoique je vous accord que ce n'est pas totalement impossible. Pour les 4 suivantes, je crois que cela friserait la contradiction, ce qui n'est pas possible pour les textes bibliques (je crois que nous sommes d'accord là-dessus). Je crois donc que la solution qui harmonise le mieux tous les textes bibliques est la suivante : La profession de foi est préalable au baptême pour ceux qui peuvent la faire, mais le baptême peut aussi être donné au enfants ou ceux qui, pour une autre raison, n'ont pas encore l'usage de leur raison. C'est pourquoi, dans l'Église catholique, si un adulte veut se faire baptiser, il devra d'abord aller en catéchèse et lorsqu'il comprendra la foi et la professera, sera baptiser. Si par contre, un enfant est élevé dans la foi par ses parents, il peut être baptiser dès la naissance puisque sa foi grandira dans ce contexte et s'actualisera au cours de sa vie. Il y aussi d'autre raison, mais puisque vous semblez uniquement ouvert au raisons bibliques, je n'irai pas plus loin.

    Je voulais vous félicitez de garder cette discussion dans le respect et dans le sujet comme vous le faites. Cela n'est pas facile et je parle ici aussi pour moi. Je trouve cette discussion intéressante bien que nos points de vues diverges. Le ton n'est pas toujours facile à discerner dans une communication écrite mais j'espère que vous ne lisez pas d'arrogance ou de haine dans mes réponses. Je vous assure que je les écrits avec une intention amicale.

    Paix en Christ,
    Miguel

    RépondreEffacer
  33. Bonjour Miguel,

    Vous reconnaissez vous-même qu'il n'y a aucun passage demandant explicitement de baptiser les nouveaux nés, et que cette doctrine du " baptême des nouveaux nés" pratiquée dans certaines églises ne relève que de l'interprétation que l'on se fait des textes.

    Or vous serez sans doute d'accord avec moi pour dire que notre foi ne doit pas être basée sur des" inductions logiques" car cela pourrais amener a toute sortes de confusion mais sur l'enseignement de Jésus-Christ et des apôtres.

    Si nous lisons ce que Jésus demande par rapport au baptême nous pouvons alors nous appuyer avec certitude sur les écritures pour affirmer que la doctrine du baptême institué par J.C n'est pas basée sur des inductions logique mais sur son commandement.

    Quel est donc le commandement de Jésus-Christ sur le baptême ?
    Il se trouve dans Matthieu 28:19
    "Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit"
    Ici Jésus commande aux apôtres de faire des DISCIPLES et de baptiser les DISCIPLES au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit"
    Or qu'est ce qu'un disciple selon l'enseignement de Jésus :
    "quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple."
    Luc 14:27


    Donc nous en concluons selon le commandement de Jésus-Christ que Dieu demande de baptiser des DISCIPLES c'est a dire des personnes qui se sont repentis et qui suivent Jésus, et non des nouveaux nés.

    RépondreEffacer
  34. Bonjour Rico,

    Je comprends votre position bien que je ne la partage pas. Je vous ai laissé exprimer votre avis et j'ai aussi donné un aperçu des raisons de l'Église et certaine de mes réflexions. Je comprends que votre église veule mettre l'accent sur l'aspect de conversion et de profession, ce qui n'a rien de mal en soit, mais je trouve cette position trop réductrice et met en ombre la réalité de la grâce du baptême qui est un don gratuit de Dieu. D'ailleurs, l'Église catholique, et d'autre Églises, offrent le sacrement de la Confirmation lorsqu'on arrive à un âge plus mature et qu'on désire vraiment professer sa foi. Cet article vous propose quelques passages de la Bible où l'on peut voir ce sacrement :
    http://miguelmorin.blogspot.com/2010/01/passage-de-la-bible-le-sacrement-de-la.html

    J'aimerais aussi vous proposer un bon article écrits par des protestants qui, je suppose, engendrera en vous moins de méfiance que le catéchisme de l'Église catholique sur la question du baptême à l'adresse suivante :
    http://www.museeprotestant.org/Pages/Notices.php?scatid=85&noticeid=955&lev=1&Lget=FR

    Pour ma part, je n'ai plus rien à ajouter à cette discussion.
    Merci beaucoup pour votre contribution sur ce blogue.

    Miguel

    RépondreEffacer
  35. Bonsoir Miguel,

    J'aimerais également terminer cette discussion en vous proposant de méditer un passage dans Matthieu 19:13 :

    "On Lui présenta alors de petits enfants, afin qu'Il leur imposât les mains et pria pour eux. Et les disciples les repoussaient.
    Mais Jésus leur dit: Laissez ces petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à Moi; car le royaume des Cieux est pour ceux qui leur ressemblent.
    Et leur ayant imposé les mains, Il partit de là."

    Vous pouvez remarquer dans ce passage que Jésus ne baptise pas les petits enfants ni ne demande aux disciples de les baptiser.
    Non Jésus les bénit en leur imposant les mains, puis quitte le lieu.

    Les disciples de Jésus ne baptisaient que des disciples comme cela est écrit dans Jean 4:1 "
    "Jésus apprit que les Pharisiens avaient entendu dire qu'il faisait plus de disciples et en baptisait plus que Jean -"

    Cordialement,

    Rico

    RépondreEffacer
  36. Bonjour. J'ai trouvé vos commentaires très intéressant et je me demandais si pour Rico les personnes handicapées mentales ou physiques, qui ne peuvent prendre des décisions toutes seules, ont le droit d'être baptisées ?

    RépondreEffacer
  37. Bonsoir. Je me joins au commentaire de Sylvie : je ne pense pas que Dieu fasse une ségrégation entre ceux qui peuvent se repentir et ceux qui reconnaissent le pécher, tout du moins dans le cadre du baptême. Cela serait rejeter la puissance même de notre Seigneur. Ces considérations sont sans doute bassement humaines. Laissons nos enfants se faire accueillir au sein de la communauté chrétienne. La foi peut se construire et s'intégrer au fil d'une réflexion construite durant l'enfance... autant que cela soit parmi vous, non?

    RépondreEffacer
  38. Merci Miguel pour ce blog. et merci à ceux qui y participent de bonne foi. En comprénant le sens profond du baptême et son rôle, l,on ne peut que se réjouir de voir un enfant se faire baptiser pour en bénéficier.

    RépondreEffacer
  39. Il est intéressant de noter que même parmi des groupes qui prétendent se fonder uniquement sur le texte de la Bible, on ne s'entend pas sur le baptême des enfants. Les Protestants ont ce que j'appellerais des "traditions interprétatives". Si vous appartenez à un groupe qui rejette le baptême des enfants, vous défendrez ce point de vue bec et ongles parce que vous croyez que c'est la seule interprétation possible de la Bible. Si vous appartenez à un groupe qui pratique le baptême des enfants, vous serez aussi convaincu qu'un Catholique que la Bible enseigne qu'il faut baptiser les enfants. Ce qui est bizarre, c'est que les Protestants ne reconnaissent généralement pas l'existence de leurs traditions interprétatives et croient sincèrement que leur interprétation provient d'une exégèse impartiale et objective. Chacun croit que si on lit la Bible avec un esprit ouvert et qu'on délaisse ses préjugés, on adoptera la même interprétation que lui. On se retrouve avec autant d'interprétation dites "objectives" qu'il y a d'interprètes.

    RépondreEffacer
  40. Anonyme:

    Merci pour votre commentaire. Je trouve aussi que de baptiser les nouveau-nés est une belle preuve que nous croyons que la grâce du baptême est un don totalement gratuit de Dieu.


    Mr Arseno:

    Vous avez bien raison. Je crois qu'ils ont une certaine rétissence à utiliser le terme tradition, car plusieurs croient, à tord, que cela est condamné par Jésus. Si on examine les Évangiles, ont peut voir que Jésus ne condamne pas toutes les traditions, mais seulement les traditions des hommes qui nous éloignent de la Parole de Dieu. Si on prends par exemple le concept protestant du "sola scriptura" (totalement inconnu du christianisme des 15 premiers siècles), que l'on érige cette doctrine en dogme et qu'il n'est pas dans la Bible, cela est une vraiment une tradition... qu'on ose se l'avouer ou pas...

    RépondreEffacer
  41. Bonjour Miguel,
    J'ai trouvé très intéressante votre initiative. Je vous voudrais vous féliciter pour votre persévérance dans ce débat et surtout votre capacité à exposer d'une manière claire la doctrine de l'Eglise catholique sur le Baptême. Je pense que nous sommes tous appelés, à l'heure du dialogue interreligieux, à respecter la conviction des uns et des autres. A partir du moment que nous n'avons pas les mêmes présupposés épistémologiques, scripturaires et herméneutiques avec nos Frères-séparés, il sera toujours difficile pour eux de partager cette foi au baptême des nouveaux-nés. Si le baptême des enfants n'est pas un mal en soi et s'il est le signe de l'amour et de la grâce gratuite de Dieu offerte aux hommes, je ne vois aucun inconvénient à ce qu'on le pratique. De toute façon, l'Eglise catholique reconnaît que Dieu sauve par des voies que Lui Seul connaît! La Sola Scriptura au lieu d'être hermétique, doit plutôt s'ouvrir à l'herméneutique car l'Esprit est à l'oeuvre et c'est Lui Seul qui nous introduira dans la Vérité tout entière. Meilleurs Voeux à toutes et à tous.

    RépondreEffacer
  42. je suis prêtre de l’Église catholique romaine. je n’adhère pas au baptême des enfants par principe mais par une certitude fondée sur la parole de Dieu, la tradition apostolique et la logique humaine. merci à tous ceux qui ont participer au débat. merci à Miguel. en voulant trop "redresser" l'autre tu as failli te "tordre" dans un légaliste déshumanisant. mais l'esprit de ton discours est claire. je suis aumônier des enfants à la paroisse saint Ambroise du Jubilé d'Angré ( république de cote d'ivoire). je voudrais te féliciter. tu m'as conforté dans la forme de raisonnement que j'avais sur le baptême et même m'a permis d'aller plus loin. Que Dieu te bénisse Miguel.

    RépondreEffacer
  43. Bonjour,

    Merci pour vos bons mots d’encouragements. Je suis content d’avoir pu vous aider dans votre réflexion. Vous avez raison au sujet de votre remarque sur le légalisme d’un de mes commentaires. Mr Ludovic m’avait aussi fait la même remarque. J’ai posé toutes ces questions sur le baptême (plutôt légalistes je l’admets) à mon interlocuteur pour le faire réfléchir et aussi me permettre de mieux comprendre sa position sur ce que le baptême est et ce qu’il accomplit. Malgré l’aspect légaliste de ces questions, elles sont utiles pour faire la lumière sur certains points, ce qui facilité le dialogue par la suite. Si l’Église a pris soin de définir assez précisément ces doctrines, ce n’est pas pour qu’on les utilise de façon légaliste, mais afin de s’assurer de l’unité de notre foi. La grâce de Dieu sera toujours au-dessus de notre attitude légaliste même si cette dernière nous parait juste. La parabole des travailleurs de la onzième (Mt 20,1-16) heure en est un bel exemple.

    Miguel

    RépondreEffacer
  44. Cher frère, que la paix de Dieu Père, Dieu Fils Jésus Christ et Dieu saint esprit soit avec vous ! Bonjour ! J’ai suivi votre discussion sur le Baptême de nouveau-né et je pense que c’est une question très intéressante. Moi, je suis une simple laïque protestante (église réformée) et je suis d’accord sur le baptême des nouveau-nés une petite remarque à Mr Daniel Arseno. Mais j’ai une petite remarque aussi sur le péché originel, pour Mr Rico (anonyme). Si vous vouliez bien Mr Rico, pourriez-vous lire et réfléchir sur les versets que je vous montre ci-dessous:
    - Premièrement : Genèse 8 h 21 « … Yahvé respira l'agréable odeur et il se dit en lui-même: "Je ne maudirai plus jamais la terre à cause de l'homme, parce que les desseins du cœur de l'homme sont mauvais dès son enfance, plus jamais je ne frapperai tous les vivants comme j’ai fait. … »
    - Deuxièmement : Jérémie 44 : 7-8 « … 7 Et maintenant, ainsi parle Yahvé, le Dieu Sabaot, le Dieu d'Israël : pourquoi vous causer à vous-mêmes un si grand mal ? Vous allez faire exterminer du milieu de Juda hommes et femmes, enfants et nourrissons , sans qu'il vous subsiste un reste, 8 parce que vous m'aurez irrité par l'œuvre de vos mains, encensant d'autres dieux sur cette terre d'Égypte où vous êtes venus séjourner, travaillant ainsi à votre extermination et devenant pour toutes les nations de la terre un objet de malédiction et de raillerie… »
    - Psaumes 58 : 4 « … 4 Ils sont dévoyés dès le sein, les impies, égarés dès le ventre de sa mère, ceux qui disent l'erreur ;… »
    Voila les trois versets, et je vous invite de lire tous les versets dans les chapitres cités ci-dessus. J’en trouve beaucoup, mais je ne cite que trois exemples seulement. J’ai une petite question pour vous Mr Rico anonyme et à vous tous qui partage la même croyance à Mr Rico… ! Pour les nourrissons(Enfant qu’une femme allaite au sein) ou les bébés cités dans les versets, est-ce qu’ils vont directement dans le Royaume de Dieu après leurs morts charnels ? Parce que Mr Rico a bien précisé que les enfants sont acceptés dans le Royaume de l'Éternel à cause de leurs innocences. Deuxième question : dans le texte de Jérémie 44 : 7-8…, je vois bien qu’à cause des erreurs des parents les nourrissons sont victimes de la colère de l'Éternel, explique-moi bibliquement ce passage ?s’il vous plaît !
    Je crois que, en tant que une simple laïque, Dieu n’accepte jamais les péchés à n’importe qui et n’importe quel âge…, Romains 6 :23 « …23 Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur. … »
    Je ne pense pas que Dieu nous a aimés et nous a sauvés à cause de notre intelligence ou même à cause de notre capacité de distinguer le mal et le bien, non, il nous a aimés par son amour pur et son Fils nous a donné sa vie pour notre vie, pour notre âme ! Donc, ici ce n’est pas la question d’intelligence ou de la capacité de distinguer le mal ou le bien, mais c’est la question surtout de notre vie et notre âme… !
    Amicalement !

    RépondreEffacer
  45. Bonjour Croyant Chrétien

    Merci de votre intérêt pour ce blogue. Je ne sais pas trop si vous aurez une réponse de Mr Rico, car cette discussion a presque deux ans. Ne vous gêner pas pour laisser des commentaires ou des questions aussi sur d’autres articles ou si vous voulez suggérer des sujets d’article. Je suis curieux de savoir de quelle confession chrétienne vous êtes.

    Miguel

    RépondreEffacer
  46. Bonjour !
    Dieu ne crée pas de confusion dans la compréhension de sa parole. En ce qui concerne ses instructions et ses commandements il est extrêmement explicite. Mais en ce qui concerne les secrets du royaume des cieux il use de parabole MATTHIEU 13: 10-11
    Dans I Pierre 3:21 le baptême signifie l'engagement d'une bonne conscience envers DIEU. Une personne ne peut en aucun cas engager la conscience d'une autre?
    Dieu recommande au parent de montrer à l'enfant la voie qu'il doit suivre pour qu'il ne s'en détourne pas Proverbes 22: 6. On envoie son enfant à l’école pour l’instruire mais on n’ira jamais composer ou passer son examen à sa place, c’est de la triche.
    Pourquoi le baptême ?
    Luc 3:3 Repentance et rémission des péchés.
    Luc 3 : 8 Il y’a des résultats attendus du baptême : Luc 3 :10-14
    Le Baptême a des préalable que ne peuvent remplir un nouveau-né encore moins une personne à la place de l'autre :
    - Actes 2 : 41 il faut accepter la parole de Dieu pour être baptiser (pour accepter il faut l’avoir entendu)
    - Actes 8 :26-38 Quelque chose peut empêcher quelqu’un de recevoir le baptême : cette chose est de n’avoir pas cru de tout son cœur (« si tu crois de tout ton cœur, cela est possible »)
    - Actes 2 : 37-38 Il faut avoir le cœur touché par la parole et se REPENTIR pour accéder ensuite au baptême Actes 3 :19 la condition pour avoir la rémission de ses péchés c’est le repentir et la conversion
    - Actes 15 : 9 Avoir la foi, c’est par la foi que le cœur est purifié
    - I Pierre 3 : 21 l’âge de la conscience ? La capacité à prendre des décisions et a engagé son âme et son cœur ?
    Se marie ton à la place d’une personne avec pour prétexte que la personne finira bien par épouser ce conjoint(e) ? Pourquoi ne signe-t-on pas l’acte de mariage de son enfant, lui ayant trouvé un époux et ne créé-t-on un acte de confirmation au mariage préalablement contracter ?
    Je n’espère pas convaincre, ce rôle revient au Saint-Esprit ; puisse chacun d’entre nous ne pas prétendre compléter ce Dieu aurai supposément avoir oublié d’expliciter. Si Dieu voulait le baptême des enfants, il aurait été on ne peut plus claire sur la question et Christ le modèle aura été baptisé à sa naissance. Ayons le pour unique modèle
    Que croyons nous faire : nous assurer du salut de l’enfant ou gagner du temps pensons nous être plus conscient de la nécessité ou de l’urgence des choses plus que Dieu.
    Romains 8 : 28-30 Dieu a prédestiné la vie de chaque personne et ceux qu’il a prédestiné il les a appeler par l’évangile (2thessaloniciens 2 : 14). Ne croyons pas accomplir le plan de Dieu en prétendant anticiper pour faire confirmation plus tard.

    RépondreEffacer
  47. Bonjour,

    Je crois que nous sommes tous d’accord sur le fait que toute personne en âge de comprendre doit absolument répondre aux critères que vous décrivez. Le problème est qu’on ne trouve pas dans la Bible la situation où Jésus ou ses Apôtres baptiseraient ou refuseraient le baptême à des enfants. Je comprends vos préoccupations à ce sujet.

    Dans toutes les discussions que j’ai eues à ce sujet, je n’ai jamais rencontré de chrétiens qui acceptaient la doctrine du péché originel et qui voyaient un effet salvifique réel du baptême et qui refusaient le baptême aux enfants. Je crois que ces deux questions sont à la base de nos conceptions différentes. Et je crois que si on rejette l’un ou l’autre (péché originel ou effet salvifique du baptême), en effet le fait de baptiser les enfants ne fait pas vraiment de sens.

    Si par contre, on accepte ces deux enseignements, il est alors tout à fait naturel de baptiser les enfants, puisque, même s’ils n’ont pas commis de péché personnel, ils ont tout de même irrité de la nature humaine teintée du péché originel entré en ce monde par Adam (Rm 5,12). En effet, nous ne devenons pas pécheur en commettant des péchés, mais nous commettons des péchés parce que nous sommes pécheurs. Voici quelques versets en ce sens :

    Éphésiens 2,3 :… et nous étions par nature enfants de colère, comme les autres.

    Romains 5,12 : Ainsi donc, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort. Et ainsi la mort a passé dans tous les hommes parce que tous ont péché.

    Pour la réalité régénératrice (salvifique) du baptême, je cite ici une parole tout droit de la bouche de Jésus : « En vérité, en vérité, je te le dis, nul, s'il ne renaît de l'eau et de l'Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu » (Jn 3,5).

    Le Seigneur m’a fait cadeau de deux enfants et, en tant que père (chef spirituel de ma famille), je me sens responsable du salut de mes enfants. Je crois que cela n’est pas une chose qui est écartée de la vision biblique puisque Saint Paul dit dans sa première lettre aux Corinthiens (7,14) : «Car le mari infidèle est sanctifié par la femme, et la femme infidèle est sanctifiée par le mari; autrement vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils sont saints. »

    Qu’en pensez-vous?

    Miguel

    RépondreEffacer
  48. Bonjour frères et soeurs,
    Anonyme, j'ai bien lu les commentaires que tu as mis.
    En effet, il me semble que ta conception du baptême est réductrice dans le sens qu'il doit suivre un certain ordre.
    Quand Jésus dit dans Marc : "celui qui croira et sera baptisé sera sauvé", pourquoi le voir comme un ordre chronologique qu'il faut suivre. La conjonction " et " ne veut pas nécessairement dire qu'il y a un ordre chronologique. Pourquoi ne pas comprendre " et " comme une conjonction de coordination, ce qui veut dire que les deux conditions doivent être remplies, l'un et l'autre, pas nécessairement, l'un après l'autre, ce qui implique la troisième situation. Je pense qu'en lisant attentivement la Bible, la deuxième explication semble être plus valable. Donc nous sommes sauvés quand nous croyons et quand nous sommes baptisés.
    Par ailleurs, Jésus lui même le dit à Nicodème que personne ne peut être sauvé s'il ne naît pas de nouveau ( de l'eau et de l'Esprit). Pourquoi priver nos enfants cette porte du Salut, alors que c'est un don gratuit de DIEU.
    Un jour je discutais avec un Pasteur, il me disait que le baptême est comme un diplôme, comme un témoignage que nous avons réussi quelque chose ( repentir, conversion,...), mais je lui ai fait remarqué que le Salut est un don gratuit qu'il faut savoir accueillir et qu'il faut confirmer dans la vie de tous les jours. Bien sûr quand on est adulte, il faut être conscient de ce don et se repentir d'abord.

    RépondreEffacer
  49. Bonjour , oui le baptême des enfants chez les cathos est hors bible. Mes parent l'on fait pour moi, j'etais meme encore un bebe mais ce n'est pas ça qui m'a sauvé ni qui m'a raproché du Seigneur. Comme si le bapteme pouvais sauver. J'ai mené une vie sans Dieu dans la perdition jusqu'a ce qu'un jour a l'age de 24 ans ou l'on m'offrit une bible et que je cru, que je me repentisse et la je ressus son Esprit. Et c'est la seulement que j'eux l'assurance de mon salut, c'est la que j'ai vraiment reçu Christ puis je pris la decision de me faire baptiser . Là était le vrai baptême.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Je ne sais pas trop si vous avez pris le temps de bien lire tous les commentaires, mais je cois que le baptême des enfants est biblique. Néanmoins, je suis heureux que vous ayez eu cette expérience de conversion et que vous êtes revenu vers le Christ. Que la grâce de Notre Seigneur soit sur vous.

      Effacer
    2. salut Miguel Morin! vous avez besoins de donner votre coeur, votre temps, et vos talents a Dieu. et vous savez bien que le bapteme des bebes est hors de la Bible que c'est bien les pretres catoliques pour detourner les gens de servir le Dieu createur, ils infultraient ces genres de choses a l'eglise. et les pretes catoliques travailles d'un comme un accord avec satan le diable pour ruiner les enfants de Dieu

      Effacer
    3. je suis a la lettre tout.les commentaires il y a une personne qui a poster les 10 ommandements de Dieu sur le mur. puisque c'est la verite une personne retire

      Effacer
  50. salut a tous!
    parvenu a l'age adulte, Jesus alla vers Jean Baptiste et demanda le Bapteme, Mathieu 3:14-17

    Apres la naissance de Jesus Marie et Joseph le presenterent au temple Luc2:22-24 c'est ce qu'on ns devons faire a nos enfants de les presenter au Seigneur.

    La circonsicion de Jesus apres 8 jours Luc 2: 21
    Si on est disciple de Jesus on doit suivre sa trace et ses preceptes au lieu des commandements qui sont des hommes. si on Croit en Jesus comme dit Jean 3:16 on doit marcher comme il marche. Jesus a recu le bapteme par immersion dans un jourdain amen!

    RépondreEffacer
  51. je n'ecris pas trop bien le francais mais je comprend tres bien. Et puisque c'est une affaire de Jesus et on a tous besoin de savoir la verite et je jugais bien aider

    RépondreEffacer
  52. Jesus dit: si vous m'aimez gardez mes commandements. vous les pretes catoliques n'egligent les lois de Dieu et ne prechent pas la verite aux gens a cause de leur manque de temps ils negligent de lire la sainte Bible qui peut les epargnes de vos propre traduction et vos commandment qui sont des commandent d'homme. c'est pourquoi la sainte Bible nous enseigne que beaucoup de gens vont perir a cause de manquer conaissances dans la sainte parole du Dieu vivant. le Bapteme des enfants n'est pas biblique et jamais il ne sera jamais. et non plus le pape ne sera jamais egal a Dieu si satan le Diable ne pourait egaler Dieu et vous qui sont mortelles. il faut obeir a Dieu plutot qu'aux hommes, leur souffle s'en va et leur dessein perisse. Dieu vous aimes et il veut vous sauver. mais pour etre sauve il faut avoir une soumission totale. aimer Dieu avec tout votre coeur vos pensees et votre ame et ensuite aimer vos prochains comme vous aime vous mm.

    RépondreEffacer
  53. Bonjour,
    J’ai donné plusieurs arguments en faveur de cette pratique dans les commentaires ci-haut. Y-a-t-il un argument en particulier avec lequel vous n’êtes pas d’accord?

    RépondreEffacer
  54. salut Miguel!
    vous etes en contradiction avec la Bible. les parents de Jesus le presenterent au temple lorsqu'il etait bebe.
    A l'age mur Jesus Baptisait. si on est disciple de Jesus on doit lui suivre a la lettre. okay my dear!

    RépondreEffacer
  55. Bonjour,

    Vous dites que le baptême des enfants est en contradiction avec la Bible. Est-ce que vous connaissez un passage de la Bible où on demande de ne pas baptiser les enfants?

    Je ne crois pas que l’âge du Baptême de Jésus ne soit un exemple à suivre pour nous, car le baptême de Jean n’était pas de la même nature que le Baptême chrétien et que Jésus a attendu que l’heure de son ministère public soit venue pour se faire baptiser.

    Alors, est-ce que vous connaissez un passage où on demande de ne pas baptiser les enfants? Ou si non, sur quelle directive de Jésus ou des Apôtres vous basez-vous pour affirmer qu’il ne faut pas baptiser les enfants?

    De mon côté, j’ai présenté plusieurs arguments dans les commentaires ci-haut où cette possibilité est envisageable.

    Miguel

    RépondreEffacer
  56. Intéressante discussion!

    Pour les Protestants, je crois que la doctrine qui pose problème en général n'est pas celle du péché originel, mais celle de l'oeuvre salvatrice du baptême. Ils croient (sauf les Réformés) que, tout comme la Sainte Cène n'est qu'un symbole, le baptême n'est qu'un symbole et ne peut en aucun cas avoir un effet réel sur la personne baptisée, ou l'amener au salut d'aucune façon. Pour eux, le baptême est une façon d'extérioriser quelque chose qui s'est déjà passé à l'intérieur: la conversion personnelle.

    Outre le verset que vous avez mentionné, Miguel, Jean 3:5 "Jésus lui répondit: "En vérité, en vérité, je te le dis, nul, s'il ne naît de nouveau, ne peut voir le royaume de Dieu.", il y a quelques autres versets qui associent le baptême au salut, ou à la purification des péchés.

    -Tite 3:5: "il nous a sauvés, non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint Esprit."
    Ici, les Protestants diront qu'il s'agit du baptême du Saint-Esprit et non du baptême d'eau, qui n'a aucune puissance selon eux.

    - 1 Pierre 3:21: "Cette eau était une figure du baptême, qui n'est pas la purification des souillures du corps, mais l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu, et qui maintenant vous sauve, vous aussi, par la résurrection de Jésus Christ,"
    Dans ce verset, les Protestants auront tendance à omettre le fait que le baptême "sauve" pour mettre en relief le fait qu'il faut s'engager d'une bonne conscience envers Dieu.

    - Actes 2:28: "Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint Esprit."
    On pourrait objecter qu'il faut se repentir pour être baptisé... mais on pourrait aussi y lire que ceux qui sont baptisés le sont pour le pardon de leurs péchés, et qu'ensuite ils reçoivent le Saint-Esprit.

    - Actes 22:16: "Et maintenant, que tardes-tu? Lève-toi, sois baptisé, et lavé de tes péchés, en invoquant le nom du Seigneur." Ce verset suggère que le baptême lave les péchés.

    -Ephésiens 5:25: "comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau [...]." Selon ce verset, le baptême d'eau purifie.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je vous suis et je pense que le débat reste ouvert

      Effacer
    2. Je suis le débat très intéressant.

      Effacer
  57. Je suis triste, de constater qu'à cause de faux raisonnements et de fausses doctrines; les chrétiens qui devraient gagner le monde à JÉSUS CHRIST notre Sauveur, se font la guerre au sein même du corps du CHRIST
    Si il y a bien une chose dont je suis sûre c'est que rien dans la bible ne doit être ôté ni rajouté. Donc ne lui faisons pas dire, penser ou interpréter autre chose que ce qui est en elle.

    Deutéronome 4:2 : Vous n'ajouterez rien à ce que je vous prescris, et vous n'en retrancherez rien ; mais vous observerez les commandements de L’Éternel, votre Dieu, tels que je vous les prescris.

    1 Timothée 6
    3Si quelqu'un enseigne de fausses doctrines, et ne s'attache pas aux saines paroles de notre Seigneur Jésus-Christ et à la doctrine qui est selon la piété, 4il est enflé d'orgueil, il ne sait rien, et il a la maladie des questions oiseuses et des disputes de mots, d'où naissent l'envie, les querelles, les calomnies, les mauvais soupçons,…

    1 Corinthiens 1:10-13
    Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment.… Nous devons tous tenir un même langage qui est celui de la saine parole de DIEU et non des suppositions, des interprétations et des raisonnements charnels

    Tite 1:9
    attaché à la VRAIE PAROLE TELLE QU'ELLE a été enseignée (c'est à dire de manière scripturaire et non interpréter), afin d'être capable d'exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs.

    Du livre de la Genèse, jusqu'à Apocalypse, il n'est fait aucune mention du baptême des bébés, et puisque nous devons suivre l'exemple de Christ qui fut PRÉSENTER à Dieu à sa naissance, on doit faire de même. Nous devons faire extrêmement attention et discerner la culture, les traditions et les rites de la parole de Dieu. Paul nous exhorte à cela
    Colossiens 2:8
    Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.

    Étymologiquement baptême veut dire : plonger, immerger, laver. il n'y a pas un autre sens ni une autre interprétation à cela et ce n'est certainement pas un symbole comme le pensent les protestants, ni une aspersion, mais une immersion.

    j'ai lu plus haut que le baptême des nouveaux nées est lié à l'expiation du pécher originel; jusqu'à preuve du contraire aucun verset biblique ne le dit ou ne le sous-entend.

    Matthieu 19
    13Alors on lui amena des petits enfants, afin qu'il leur IMPOSÂT LES MAINS et PRIÂT pour eux. Mais les disciples les repoussèrent. 14Et Jésus dit: Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi; car le royaume des cieux est pour CEUX QUI LEUR RESSEMBLENT. 15Il leur imposa les mains, et il partit de là.

    Jésus Christ a-t-il demandé aux enfants de se confesser, de croire en lui, ou d'être baptisé? Non, pour quoi ? Parce que le royaume des cieux leur est acquis d'office. Le bébé à une conscience incorruptible dépourvu de pêchers. L'enfant ne maitrise pas les notions du bien et du mal, car jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de raison, ses parents vont l'enseigné à en faire la différence



    RépondreEffacer
  58. Jean 3:3 Si quelqu’un ne naît de nouveau il ne peut voir le Royaume de Dieu .ce verset nous montre clairement, que le Royaume de Dieu ne peut être vu que par les nouveau nés en Christ, mais si JÉSUS CHRIST dit que le Royaume de DIEU est pour les enfants et tous ceux qui leur ressemblent; pour quoi les baptise-t-on?

    Actes 17: 30 nous dit que DIEU ne prend pas en compte le temps d’ignorance. Ce qui veut dire que de 0ans jusqu'à l’âge de raison, Dieu n'imputera pas à justice les fautes commises par un enfant, à plus forte à un nouveau. Soyons bibliquement logique

    Soyons bénis dans le précieux nom de notre Seigneur et Sauveur JÉSUS CHRIST , et puisse le St Esprit, l'Esprit de Vérité, le Paraclet qui nous a été envoyé par le Seigneur comme consolateur; lui seul et personne d'autre, nous enseigner sur LA vérité de la PAROLE DE DIEU en qui nous avons le salut et la vie éternelle

    RépondreEffacer
  59. Bonjour Anonyme,

    Même si les enfants n’ont pas péché personnellement, ils sont tous de même affectés par le péché originel, que seule la grâce de Dieu peut effacer. Nous les baptisons aussi pour qu’ils entrent dans l’Alliance avec Dieu et qu’ils reçoivent sa grâce pendant que leur conscience sera formée pendant leur croissance, tout comme les petits israélites de 8 jours entraient dans l’Ancienne Alliance par la circoncision.

    À vrai dire, je crois qu’à cause de ce lien entre la circoncision et le baptême comme entré dans l’Alliance (que saint Paul souligne dans Colossiens 2), je me demande s’il ne faudrait pas plutôt prouver le contraire pour réfuter le baptême des enfants. Pourriez-vous prouver par les Écritures que le baptême de la nouvelle Alliance n’est pas pour les enfants, comme l’était l’Ancienne Alliance? Sinon, pourquoi alors postuler qu’il y ait eu un changement d’exigence… sans indication dans les Écritures ?

    Que la grâce de Notre Seigneur soit sur vous,
    Miguel

    RépondreEffacer
  60. Je vous salue bien aimé dans le Seigneur, je suis celle qui vous a répondu précédemment

    J’ai remarqué que vous revenez souvent sur le péché originel, et vous parlez même de la doctrine du péché originel. Prétendre que les enfants sont affectés par le péché originel, reviendrait à déconsidérer l’importance que représente la mort de Jésus Christ.
    Que nous dit la parole sur l'impact de la crucifixion de notre Sauveur:
    Colossiens 2; 14
    Il a effacé l'acte (le péché que la première alliance avec Moise ne pouvait effacer) dont les ordonnances (conséquence) nous condamnaient (à la mort) et qui subsistait (de par son origine, Adam et Eve) contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix; 15il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix.

    - Cet acte qu'il a effacé, il l'a effacé pour l'humanité tout entière…
    1 Jean 4
    14Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde. 15Celui qui confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu.…
    1 Jean 2:2
    Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.

    -….Une fois pour toute
    Hebreux9
    26autrement, il aurait fallu qu'il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice

    Je comprendrais votre doctrine du péché originel, si tous ceux qui croient en cette « doctrine », n’étaient pas des terriens ; mais si vous êtes un citoyen du monde, je vous informe que quelqu’un a expié le péché du monde entier depuis son origine et c’est Jésus Christ.
    Ce n’est pas le baptême qui hôte le péché originel, mais c’est l’œuvre salvatrice de Jésus Christ à la croix qui, par le sang qu’il a versé nous sanctifie et nous justifie, et qui par sa mort a crucifié la péché. Cependant, si la crucifixion et pour le monde entier, le baptême est une exclusivité chrétienne, pour tous ceux qui font le choix personnel et volontaire de suivre Jésus Christ et de marcher selon ses voies.

    Aussi je vous prierez de méditer se verset
    1 Corinthiens 7
    14Car le mari non-croyant est sanctifié par la femme, et la femme non-croyante est sanctifiée par le frère; autrement, vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils(les enfants) sont saints. Donnez-moi maintenant l’intérêt de baptiser un nouveau-né sanctifié (Sanctification : processus par lequel une personne se libère du péché « ORIGINEL aussi » et devient pure et sainte par l'expiation de Jésus-Christ. Être sanctifié signifie être mis à part pour Dieu…..) Par des parents qui, grâce à la mort de Jésus Christ et aux eaux du baptême, ont été sanctifié ?????

    RépondreEffacer
  61. Pour ce qui est de la circoncision, il est clair que Paul fait mention ici de la circoncision spirituelle. En effet il existe 2 types de circoncisions :

    - la circoncision charnelle : qui fut instituée dans
    Genèse17
    10C'est ici mon alliance, que vous garderez entre moi et vous, et ta postérité après toi: tout mâle parmi vous sera circoncis. 11Vous vous circoncirez; et ce sera un signe d'alliance entre moi et vous.

    Mise en pratique dans
    Genèse34
    15Nous ne consentirons à votre désir qu'à la condition que vous deveniez comme nous, et que tout mâle parmi vous soit circoncis.
    Exode 4 :25 ; 12 :48
    Luc 2
    21Le huitième jour, auquel l'enfant devait être circoncis, étant arrivé, on lui donna le nom de Jésus, nom qu'avait indiqué l'ange avant qu'il fût conçu dans le sein de sa mère. 22Et, quand les jours de leur purification furent accomplis, selon la loi de Moïse, Joseph et Marie le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur.

    -circoncision spirituelle
    Deutéronome 30
    6L'Eternel, ton Dieu, circoncira ton cœur et le cœur de ta postérité, et tu aimeras l'Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme, afin que tu vives.
    Jérémie 4:4
    Circoncisez-vous pour l'Eternel, circoncisez vos cœurs, Hommes de Juda et habitants de Jérusalem, De peur que ma colère n'éclate comme un feu, Et ne s'enflamme, sans qu'on puisse l'éteindre, A cause de la méchanceté de vos actions.
    Jérémie 9:26
    L'Egypte, Juda, Edom, les enfants d'Ammon, Moab, Tous ceux qui se rasent les coins de la barbe, Ceux qui habitent dans le désert; Car toutes les nations sont incirconcises, Et toute la maison d'Israël a le cœur incirconcis.
    Romains 2
    …27L'incirconcis de nature, qui accomplit la loi, ne te condamnera-t-il pas, toi qui la transgresses, tout en ayant la lettre de la loi et la circoncision? 28Le Juif, ce n'est pas celui qui en a les dehors; et la circoncision, ce n'est pas celle qui est visible dans la chair. 29Mais le Juif, c'est celui qui l'est intérieurement; et la circoncision, c'est celle du cœur, selon l'esprit et non selon la lettre.

    S’il me faut trouver, selon la bible, une différence entre la circoncision charnelle et le baptême, je dirai ceci :

    Circoncision :
    -il n’est nul par fait mention d’une confession pour être circoncis
    -Dieu a spécifiquement établi un âge de départ à la circoncision
    Genèse17
    12A l'âge de huit jours, tout mâle parmi vous sera circoncis, selon vos générations, qu'il soit né dans la maison, ou qu'il soit acquis à prix d'argent de tout fils d'étranger, sans appartenir à ta race

    - C’est une alliance qui n’efface pas le péché, nous demeurons tels que nous sommes
    -C’est un acte obligatoire, imposé, exclusivement réservée aux hommes. Les femmes en héritent par affiliation
    Genèse17
    12A l'âge de huit jours, tout mâle parmi vous sera circoncis, selon vos générations, qu'il soit né dans la maison, ou qu'il soit acquis à prix d'argent de tout fils d'étranger, sans appartenir à ta race. 13On devra circoncire celui qui est né dans la maison et celui qui est acquis à prix d'argent; et mon alliance sera dans votre chair une alliance perpétuelle.

    - Son institution est plus charnelle que spirituelle. Ceux qui ne rentraient pas dans cette alliance, devaient mourir physiquement.
    Genèse17
    14Un mâle incirconcis, qui n'aura pas été circoncis dans sa chair, sera exterminé du milieu de son peuple: il aura violé mon alliance.

    - Elle ne concerne qu’Abraham, sa descendance, toute sa maison et pour tous ceux qui voulaient s’affilier à eux par le mariage Genèse 34
    -Elle a été établi pour attester l’attachement d’Abraham, de sa postérité et de sa maison à Dieu, et pour garantir la royauté de sa descendance et l’acquisition du pays de Canaan.



    RépondreEffacer
  62. Baptême :
    -La bible dit qu’il faut croire et confesser Jésus Christ pour recevoir le baptême
    -Il efface l’ardoise de notre vie passée, pour nous conférer une nouvelle identité, une nouvelle nature, une nouvelle vie
    2 Corinthiens 5
    17Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.
    Galates 6:15
    Car ce n'est rien que d'être circoncis ou incirconcis; ce qui est quelque chose, c'est d'être une nouvelle créature.
    Romains 6:4-6
    Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.…

    -Il n’est pas exclusif au hommes de la lignée d'ABRAHAM et tout le monde peut en bénéficier
    Galates 3
    …27vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. 28Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. 29Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse

    -C’est un choix individuel et personnel
    Marc 16
    16Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.
    Jean 12:46
    Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres.
    Jean 1:12,13
    Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu,…

    -Son institution est exclusivement spirituelle, la mort n’étant pas charnelle mais spirituelle
    Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu.
    Romains 8:1,9
    Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.…
    Marc 16:16
    Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné

    -Il restaure l’entente entre Dieu et les Hommes
    2 Corinthiens 5:19,21
    Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.…

    -Déconsidère la circoncision
    Galates 5:6
    Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l'incirconcision n'a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité.

    J’espère avoir répondu au mieux à votre demande, et vous avoir apporté quelques éclaircissement

    Puisse Dieu vous être favorable,
    Alphonsine

    RépondreEffacer
  63. Bonjour,

    Vous énoncez la plusieurs sujets qui sont connexes au baptême des enfants et qui ont pour la plupart été déjà énoncés ci –haut : la régénération (ou non) du baptême, sa nature, ses conditions, le péché originel, etc. Idéalement, ce sont tous des sujets qui doivent être un peu abordés (et donc avoir une certaine base commune) avant de pouvoir poser la question du baptême des enfants.

    Je crois que la plus grande différence entre nos positions est sur la nature même du baptême. Pour les catholiques, le baptême a une valeur régénérative, il nous purifie de nos péchés (originel et aussi personnels dans le cas de baptême d’adultes). Il marque aussi l’entrée dans la Nouvelle Alliance, dans l’Église, dépose en nous la grâce sanctifiante et fait de nous une nouvelle créature.

    Maintenant, j’aimerais savoir si pour vous le baptême « change » réellement quelque chose dans l’état du croyant ou si ce n’est qu’un symbole qui n’a pas d’effets réels. Cette question est primordiale avant de parler du baptême des enfants, car si cela ne change rien et puisque les enfants ne sont pas vraiment consciences de leur baptême, alors il est probablement vain de les baptiser. Mais, si cela change quelque chose, alors là la porte peut être ouverte à la question des « prérequis » au baptême et à un « effet » bénéfique réel sur les enfants.

    Miguel

    RépondreEffacer
  64. les apôtres annonçaient le baptême et des familles entières ont accepté le baptême, évidemment eux aussi étaient baptisés...Jésus lui même a été baptisé mais Marie sa mère Marie mère de Jésus a t'elle été baptisée...?

    RépondreEffacer
  65. Bonjour,
    Je crains de ne pas pouvoir répondre à votre question du baptême de Marie, car cela n’est pas mentionné dans le Nouveau Testament.
    Au sujet du baptême de Jésus, c’était le baptême de Jean Baptiste, ce qui n’est pas la même chose que le baptême chrétien (voir Actes 19,1-7).

    Que la grâce de Dieu soit sur vous,
    Miguel

    RépondreEffacer
  66. VRAIMENT MERCI POUR CET ENSEIGNEMENT SI ÉDIFIANT.TROP RICHE ET CELUI QUI LIT ET QUI CONTEXTE CELA A VRAIMENT DE SERIEUX PROBLEMES.MERCI TRES CHER.

    RépondreEffacer