jeudi 15 décembre 2011

La relation entre la foi et la raison


Pour mieux comprendre la relation entre foi et raison, je vous propose d’explorer les différentes possibilités logiques de leur relation. Comme toutes relations entre deux classes d’objets, il y a cinq cas possibles. Examinons ensemble ces possibilités.

1 - La foi est identique à la raison
Je ne crois pas qu’aucun théologien sérieux n’oserait tenir un tel discours. Bien qu’elle soit une possibilité logique, il y a une différence tellement évidente dans la manière de connaître de la foi et de la raison qui rend cette position impossible à défendre.

2 – Le dualisme foi et raison
Selon cette option, la foi et la raison seraient deux réalités ne possédant aucun élément commun. Cette position dualiste peut être valable seulement si l’on considère la raison comme étant la seule véritable façon de connaître le réel de façon objective et rationnelle et la foi comme quelque chose de complètement subjectif et irrationnel.

Cela pourrait être le cas pour certaines religions ésotériques orientales, mais cette position n’est pas compatible avec le christianisme. C’est cependant une erreur très répandue à notre époque moderne où règne le relativisme et où la foi est davantage perçue comme quelque chose d’uniquement sentimental.

3 – Le rationalisme
Le rationalisme est une position qui affirme que tout ce que l’on peut connaître par la foi peut aussi être compris, découvert et prouvé par la raison. Il peut se présenter sous deux formes :

  • Le rationalisme chrétien : le rationalisme chrétien prétend qu’il peut prouver tout le contenu de la révélation divine à l’aide de la raison. Il y a très peu de chrétiens dans l’histoire qui ont tenu un tel discours. Certains s’en sont cependant plus approchés que d'autres, comme par exemple Saint Anselme de Cantorbéry.
  • Le rationalisme moderne : Une autre forme de rationalisme plus moderne se caractérise par une volonté de vouloir réinterpréter le contenu de la révélation chrétienne pour l’adapter à sa propre philosophie. On peut retrouver cette position chez le philosophe Hegel ainsi que chez de nombreux exégètes modernistes.

Le rationalisme n’est pas une position compatible avec la foi chrétienne et a été condamné par l’Église.

4 - Le fidéisme
Le fidéisme affirme le contraire du rationalisme : tout ce que l’on peut connaître par la raison peut aussi être compris, découvert et prouvé par la foi. Par exemple, Pascal, avec son argumentation qui disait que la confiance en la raison demande en premier lieu la foi en un Dieu intelligent qui a placé en nous cette raison, peut se rapprocher de cette position. Ben que son argument soit défendable, celui-ci n’entraîne pas nécessairement un fidéisme pratique, qui refuse de prouver les doctrines de la foi avec l’aide de la raison. On ne pourrait donc pas dire que Pascal était fidéiste, comme le prouvent ses Pensées qui proposaient aussi plusieurs preuves rationnelles pour appuyer le contenu de la foi.

Le fidéisme n’est pas une position compatible avec la foi chrétienne et a été condamné par l’Église.

5- Le chevauchement partiel de la foi et de la raison
Le chevauchement partiel de la foi et de la raison affirme qu’il y a une partie de la connaissance que nous avons par la foi qui peut aussi être connue par la raison. Cependant, elles ont aussi tous deux des champs de connaissance qui leur sont propres. Le chevauchement partiel nous présente donc trois catégories de vérités :
A) Les vérités connues seulement grâce à la foi
B) Les vérités connues par la foi et la raison
C) Les vérités connues seulement grâce à la raison

La majorité des chrétiens voient cette option comme étant la plus réaliste. Cependant, tous ne s’accordent pas sur les éléments qui font parties des trois catégories. Voici quelques exemples qui sont généralement classés parmi chacune des catégories

A) Les vérités connues seulement grâce à la foi :
La Trinité et la Rédemption du Christ sur la croix
B) Les vérités connues par la foi et la raison :
L’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme
C) Les vérités connues seulement grâce à la raison :
La chimie et les mathématiques

Il est important de garder en tête que même si je parle ici de catégorie de vérité, il n’y a en réalité qu’une seule et même vérité. Leur catégorisation n’est donc que dans le mode de connaissance et non sur le contenu lui-même. Les vérités connues par la foi ne peuvent pas contredire les vérités connues par la raison.

Quel est donc le défi de l’apologétique ?
Étant donné le chevauchement partiel des réalités de la foi et de la raison, la tâche de l’apologétique (qui tente de prouver la foi par la raison) sera de prouver avec l’aide de la raison les propositions de la catégorie B (connus par la foi et la raison) et aussi tenter de répondre aux objections concernant la catégorie A (connus seulement grâce à la foi) afin de démontrer qu’elles ne sont pas irrationnelles tout en sachant qu’on ne peut pas entièrement les prouver uniquement à l’aide de la raison. Par exemple, on ne peut pas prouver la Trinité uniquement avec l’aide de la raison. Cependant, on peut démontrer que cela ne brime pas les lois de la logique.

2 commentaires:

  1. Excellente synthèse. C'est exact de dire que les théologiens considèrent que l'existence de Dieu peut être établie par la raison. Mais pour ceux comme moi pour qui n'arrivent pas, avec la raison seulement, à justifier l'existence de Dieu, il reste la foi. J'ajouterais aussi que la foi doit avoir une prépondérance lorsque la religion se prononce sur un sujet, même si la raison ne s'y oppose pas. Et lorsque la raison s'y oppose (par exemple au sujet des miracles, de la résurrection, etc.), il faut affirmer avec d'autant plus de force l'autorité de la foi.

    RépondreEffacer
  2. Bonjour M. Arseno,
    Merci pour votre commentaire. Étant donné que vous semblez avoir de la difficulté avec les preuves de l’existence de Dieu par la raison, je voulais vous proposer celle que j’ai écrite cet été (en 7 parties) à cette adresse : http://www.foicatholique.com/2011/07/existence-de-dieu-par-le-raisonnement.html
    Je n’ai rien inventé du tout dans cette preuve. Je n’ai fait qu’assembler différents éléments que j’ai pris ici et là chez les grands penseurs qui m’ont précédé. Je présente un peu les impasses des tentatives qui ont échoué, tout en regardant aussi ce que nous dit la tradition de l’Église. Je présente ensuite une des multiples preuves et je tente ensuite d’en faire une validation. Pour terminer, je donne quelques erreurs qu’on fait les philosophes plus modernes sur le sujet puis quelques autres précisions sur la preuve présentée.
    J’espère que cela vous aidera un peu. Vous devez déjà savoir une bonne partie de ce que je présente, car je crois que vous connaissez bien la Foi catholique. Si vous cherchez une « preuve » au sens du scientisme moderne, je ne crois pas pouvoir vous aider… Je ne crois pas cela réellement possible, car le scientisme aura toujours une cause matérielle à pourchasser avant d’admettre une cause efficiente à l’univers…
    Merci encore pour l’intérêt que vos portez à ce blogue et passez un joyeux Noël.

    RépondreEffacer