Est-ce que l'Église peut ordonner les femmes?


Cet article est une traduction française personnelle de l’article « Does the Church Have the Power to Ordain a Lady?», tiré du blogue de Matt Fradd.

Dans une récente interview que j'ai faite avec ABC (Australie), on m'a demandé: « Des hommes influents de l'Église catholique ont utilisé leur pouvoir pour empêcher les femmes de devenir prêtres pendant des siècles, alors comment pouvez-vous dire que vous vous comportez avec intégrité envers les femmes? »

Cliquez ici et faites défiler jusqu'à 45:00 minutes pour entendre ma réponse à brûle-pourpoint [En anglais].

Beaucoup de gens pensent que le pape pourrait se réveiller demain matin (ou n'importe quel autre jour) et, s'il le voulait, pourrait mettre fin d'un seul coup de plume à plus de 2000 ans de «tradition sexiste». Cette vidéo en est un bel exemple [En anglais] :



Pour une réponse très brillante au qualificatif « sexiste », je vous recommande l'écoute de la conférence de Peter Kreeft « Women and the Priesthood » [En anglais].

Dans cet article, je vais m’en tenir à résoudre le malentendu qu'il y a dans le pouvoir de l'Église à prendre une telle décision.

En 1994, le Pape Jean-Paul II a officiellement déclaré que l'Église n'a pas le pouvoir d'ordonner des femmes:
« Bien que la doctrine sur l'ordination sacerdotale exclusivement réservée aux hommes ait été conservée par la Tradition constante et universelle de l'Église et qu'elle soit fermement enseignée par le Magistère dans les documents les plus récents, de nos jours, elle est toutefois considérée de différents côtés comme ouverte au débat, ou même on attribue une valeur purement disciplinaire à la position prise par l'Église de ne pas admettre les femmes à l'ordination sacerdotale.
C'est pourquoi, afin qu'il ne subsiste aucun doute sur une question de grande importance qui concerne la constitution divine elle-même de l'Église, je déclare, en vertu de ma mission de confirmer mes frères (cf. Lc 22,32), que l'Église n'a en aucune manière le pouvoir de conférer l'ordination sacerdotale à des femmes et que cette position doit être définitivement tenue par tous les fidèles de l'Église (Ordinatio Sacerdotalis 4). »
En 1995, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, de concert avec le pape, a déclaré:
«Cette doctrine exige un assentiment définitif parce qu’elle est fondée sur la Parole de Dieu écrite, qu’elle a été constamment conservée et mise en pratique dans la Tradition de l’Église depuis l’origine et qu’elle a été proposée infailliblement par le Magistère ordinaire et universel (cf. Concile Vatican II, Constitution dogmatique Lumen Gentium, 25, 2) (réponse du 25 octobre 1995). »
C’est donc une affaire réglée.

J’aimerais connaître le point de vue de mes lectrices sur cette question? Percevez-vous l'Église comme sexiste? Pourquoi / Pourquoi pas?

7 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je vois mal comment qualifier l'Église de sexiste alors qu'elle affirme que la plus belle créature de Dieu (anges compris) est... le Vierge Marie, soit une femme. Ce serait un sexisme bien étrange que celui qui fait s'agenouiller des millions d'hommes, non pas devant une déesse, mais devant une femme, simple créature.

    Le sacrement de l'ordination s'inscrit dans le concept de succession apostolique. Or les apôtres étaient tous des hommes. Le Christ, qui était parfaitement libre des contraintes de son temps, ne l'a pas voulu autrement. L'Église ne se sent donc pas le pouvoir de faire ce que son Seigneur n'a pas fait.

    Fraternellement

    RépondreSupprimer
  2. Je suis d'accord avec vous. Comme le disait un prêtre dont je ne me rappelle plus le nom: ce n'est pas une question de compétence, mais une question de sens.

    RépondreSupprimer
  3. Il est trop facile de dire que la femme ne peut pas être prêtre parce qu'elle ne peut pas être prêtre.
    Il n'est pas question de sexisme mais de gros bon sens. Les véritables raisons pour lesquelles les femmes ne peuvent être ordonnées sont basés sur une société aujourd'hui obsolète. Si on regardait véritablement les enseignements de Jésus, on devrait encore laver les pieds de nos invités (par exemple). C'était la coutume dans ce temps là, ce n'est plus le cas aujourd'hui, il est temps d'évoluer.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour MrLukVance,

    Si je comprends bien votre objection, vous dites que si Jésus a choisi uniquement des hommes comme Apôtres, c’était pour suivre alors les conventions sociales de l’époque. J’ai déjà moi aussi envisagé que cela pouvait être une chose possible. Cependant, après avoir lu et médité les évangiles sur cette possibilité, j’en suis venu à la conclusion que cela ne pouvait pas être le cas. Voici la raison qui m’a poussé vers cette conclusion.

    Jésus n’était tout simplement pas quelqu’un qui laissait influencer son message par la mode de son temps. Si on regarde l’Évangile : il a critiqué sévèrement les autorités religieuses de l’époque en les traitants d’« engeance de vipère » ou de « sépulcres blanchis ». Il a renversé les tables des changeurs du Temple. Il a refusé de laisser lapider une femme adultère (ce qui était pourtant la loi de l’époque). Il a parlé avec autorité sur la Loi de Moïse et s’est prétendu être le maître du Sabbat à la fureur des autorités religieuses qui l’écoutaient. Il s’est présenté comme étant être lui-même Dieu à plusieurs reprises, un blasphème puni de mort à l’époque. Jésus n’avait donc rien d’un homme politiquement correct ou d’un conformiste social. Et ensuite, il faudrait accepter l’idée qu’il n’aurait pas osé brusquer les mœurs de l’époque en choisissant des femmes comme Apôtre? Pour ma part, cela ne fait pas de sens. Qu’en pensez-vous?

    Que la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ soit sur vous,
    Miguel

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, veuillez m'excuser de la qualité de texte, j'écris depuis un portable

    Tout ceci est très intéressant mais si l'église n'a pas le pouvoir de conférer l'ordination sacerdotale à des femmes, a-t-elle le droit de les en écarter?

    Deuxièmement on peut très bien vénérer une femme qui plus est une vierge et être sexiste. On peut dire qu'on a des amis noirs tout en étant raciste. Le sexisme ce n'est pas forcément détester une femme, c'est aussi décider à sa place de quel sera son rôle, et la on est en plein dedan!

    Miguel, vous dites que ''ce n'est pas une question de compétence mais une question de sens'' je n'ai pas compri ,vous pourriez expliquer s'il vous plait.

    Il est vrai que Jésus ne se laissait pas influencer par des conventions sociales, mais tout monde n'est pas Jésus, je dirais meme que personne n'est Jésus, pas même les personnes qui ont écrit à son sujet ni même celles qui ont traduit ces écrits aussi touchés de l'espit saint soient ils.

    Je ne sais pas si toute la vie de Jésus a pu être écrite dans
    Les quelques pages des évangiles, notamment son rapport avec les femmes.Alors a-t-on le droit de Décider d'emblée d'exclure la moitié de l'humanité du sacerdoce?

    Que se passerait il si il pouvait y avoir des prêtres de sexe féminin? Dieu serait il mécontent? Les messes seraient elles différentes? La bonne nouvelle serait elle altérée?

    Je me pose toutes ces questions parce que vraiment je ne comprends pas les raisons d'une telle ségrégation en fonction du sexe. On vis à une époque ou on n'accepterait pas ce genre d'arguments si il s'agissait de caractéristiques physiques. Personne ne s'est demandé siil était juste d'ordonner les roux ou les blonds, on l'a fait tout simplement.

    Cordialement,
    Lillis

    RépondreSupprimer
  6. Cher Lillis,

    Que se passerait-il s'il pouvait y avoir des prêtres de sexe féminin?

    Rien, et c'est précisément le problème. Rien ne se passerait, pas de transubstantiation, pas de messe.

    C'est comme si on posait la question: "Pourquoi ne peut-on pas substituer une galette de riz aux osties pour accomoder les personnes qui sont allergiques au gluten?" La réponse est théologique: Parce qu'il faut du froment de blé pour que la consécration soit valide. Cela peut paraître absurde: Dieu n'est-il pas capable de changer du riz en corps du Christ? Évidemment, mais il a décidé de ne pas le faire.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Lillis,

    Merci de votre participation sur ce blogue. Permettez-moi de vous suggérer deux choses pour approfondir la notion du sens de la prêtrise. Premièrement, voici un extrait d’un texte de l’abbé Pagès qui traite précisément de cette question :

    Déjà dans l’Ancienne Alliance le peuple élu était aimé de Dieu comme une épouse adultère l’est toujours de son mari fidèle (Os 1.3 ; Jr 2), et dans la Nouvelle Alliance le Christ Se présente comme cet Époux… le Nouvel Adam (1 Co 15.20+), venant épouser l’humanité rachetée au prix de son Sacrifice (Mc 2.19 ; Mt 22.1-14 ; Jn 3.29 ; 2 Co 11.2 ; Ep 5.22-33 ; Ap 19.7, 9). C’est par ce langage de l’Écriture qui exprime l’homme et la femme dans leur identité profonde que nous est révélé le mystère de Dieu et du Christ… C’est dire que ces symboles de l’époux et de l’épouse sont donc essentiels : sans eux la Révélation nous serait inintelligible ! C’est pourquoi le respect de la Création telle que Dieu l’a faite s’explique non seulement par respect du Créateur, mais encore par souci d’intelligibilité de la Révélation… et du sacrement lui-même. L’économie sacramentelle est en effet fondée sur des signes naturels, sur des symboles inscrits dans la psychologie humaine, en sorte nous dit St Thomas d’Aquin que «Les signes sacramentels représentent ce qu’ils signifient par une ressemblance naturelle.» (In IV Sent., dist 25, Q. 2, art. 2). On ne peut pas par exemple signifier l’amour par une fourchette, mais bien par un cœur, ni la paix par une hyène, mais bien par une colombe ou un agneau… Ainsi, parce que l’évêque ou le prêtre n’agissent pas en leur nom propre, mais in persona Christi, c'est-à-dire en tant que représentants du Christ (2 Co 5.20 ; Ga 4.14) qui agit, Lui, par eux, cette nécessaire «ressemblance naturelle» entre le signe et ce qu’il signifie demande que le signe du Christ qui est un homme, soit lui-même un homme, aussi vrai que la grâce ne vient pas détruire la nature, mais la sauver !… Ce n’est pas plus compliqué !


    Je vous suggère aussi cette petite vidéo qui traite aussi de la question du sens : http://www.dailymotion.com/video/xeeqzy_pourquoi-pas-des-femmes-pretres_people#.Ud6VT_kz18E

    J’aimerais que vous me disiez ce que vous pensez de ce texte et de cette vidéo. Est-ce que cela vous fait comprendre un peu mieux de ce j’entends par des raisons de sens et qui ne sont pas des raisons de compétences qui mériterait effectivement, je crois, d’être qualifiées de sexiste.

    Que la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ soit sur vous,

    Miguel

    RépondreSupprimer