Jésus est Dieu : Je suis (Jean 8)

Dans un article précédent, j'ai mentionné le passage de Jean 8, 51-59 où on y retrouvait le fameux «Je Suis» auquel la traduction (Bible de Jérusalem) ajoutait des lettres majuscules où la grammaire n'en requerrait pas. J'ai aussi expliqué pourquoi une telle emphase sur ce terme «Je Suis». Il y a dans Jean chapitre 8, trois mentions de  ce «Je Suis» (ego eimi). Je ne vais pas revenir sur Jean 8,58 car je l'ai déjà fait, mais j'aimerais examiner les deux autres endroits de plus près.

Jean 8, 24 :
Je vous ai donc dit que vous mourrez dans vos péchés. Car si vous ne croyez pas que Je Suis, vous mourrez dans vos péchés

Jean 8, 28 :
Jésus leur dit donc : "Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous saurez que Je Suis et que je ne fais rien de moi-même, mais je dis ce que le Père m'a enseigné, et celui qui m'a envoyé est avec moi ; il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui plaît."

J'ai toujours trouvé que ces trois passages qui mentionnent le «Je Suis» résumait toute l'identité et la mission de Jésus. Dans les deux passages cités ci-haut, on note une tournure de phrase assez étrange. Lorsqu'on prend le temps de les lire, on se rend compte que le «Je Suis» semble mal intégré dans la phrase et lui donne une tournure étrange. Jésus dit : «... si vous ne croyez pas que Je Suis, vous mourrez dans vos péchés.» Que veut-il dire? Veut-il dire que si on ne croit pas qu'il existe, alors nous allons mourir dans nos péchés? À notre époque, cela pourrait faire un peu de sens car personne ne l'a vu en chair et en os, mais pour les personnes avec lesquels ils discutaient, cela ne fait pas vraiment de sens. Comme ils discutent avec lui depuis un moment, ils savent bien qu'il existe. La même phénomène est utilisé dans le deuxième passage où il dit «Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous saurez que Je Suis ...» Le terme «élevé» dans ce passage a souvent été interprété par l'Église comme étant la crucifixion dans le sens d'élevé sur la croix.

Si on prend les deux «Je Suis» au sens habituelle, la phrase semble mal tournée. Cependant, j'aimerais proposé que ce «Je Suis» (ego eimi) qui réfère au nom de Dieu (Exode 3 ,14) est un procédé littéraire utilisé pour signifier la divinité. Vous allez voir en effet que si on complète les «Je Suis» par l'affirmation de la divinité de Jésus, qui je crois est implicite dans ces «Je Suis», la phrase prend alors tout son sens.
Si vous ne croyez pas que Je Suis Dieu, vous mourrez dans vos péchés
Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous saurez que Je Suis Dieu ...

On retrouve donc dans ces 3 «Je Suis» tout le mystère et la mission de Jésus-Christ. Il est Dieu (Jean, 8, 24.28.58), il est mort pour nos péchés (Jean 8, 24) et il est ressuscité (Jean 8,28).

30 commentaires:

  1. "Jésus donc leur dit : quand vous aurez élevé ( élevé à l'exemple du serpent dans le désert vers qui les Hébreux devaient se tourner pour être guérit)le Fils de l'homme, vous connaîtrez alors que je suis [l'envoyé de Dieu, le Messie, le Christ], et que je ne fais rien de moi-même, mais que je dis ces choses ainsi que mon Père m'a enseigné." Jésus ne s'est jamais pris pour son Père, celui qui l'avait enseigner depuis des temps immémoriaux et envoyer pour être rançon correspondant au premier Adam. L'apôtre Paul en parle comme si ce serait une usurpation, Vous savez, une usurpation d'identité! Ce serait un mensonge, un vol, à l'exemple du Père du mensonge...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Mme Lutor,
    Jésus s'est toujours présenté comme étant une personne différente du Père. Il n'y a donc pas confusion ou d’usurpation d'identité. Le dogme de la Trinité enseigne bien que Jésus et le Père sont deux personnes différentes.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour M. Morin,

    Jean 8, 24 :
    Je vous ai donc dit que vous mourrez dans vos péchés. Car si vous ne croyez pas que Je Suis, vous mourrez dans vos péchés

    Jean 8, 28 :
    Jésus leur dit donc : "Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous saurez que Je Suis et que je ne fais rien de moi-même, mais je dis ce que le Père m'a enseigné, et celui qui m'a envoyé est avec moi ; il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui plaît."

    Dans ces 2 versets, l'expression 'je suis' fait référence à son rôle de Messie, de Christ que les juifs devaient reconnaitre pour être sauvé. Cette expression semblable dans 'Je suis la porte des brebis' ne fait pas référence au Nom de Dieu révélé.
    Si , 'je suis' faisait (ce qu'elle ne fait pas, pour être clair) donc, faisait référence au Nom de son Père, ce serait une usurpation d'identité. Si certains 'pères' font ce constat, (que 'je suis' est relié au Nom de son Dieu et Père), alors ceux-ci attribueraient cette usurpation, ce péché au Christ. Or, cette usurpation n'est jamais venu au cœur de Jésus Christ.

    Quand je signe: 'Je suis moi-même', loin de moi l'idée de me prendre pour le Père! Même raisonnement applicable pour Jésus.

    (1 Corinthiens 11:3) [...] et le chef du Christ, c’est Dieu.

    Comme disait Jésus à Marthe, la sœur de Marie et Lazare: "(Jean 11:26) [...] Crois-tu cela ?  [...]"
    Merci encore M. Morin de prendre du temps pour me lire...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Mme Lutor,
    Je ne sais pas d’où vous tenez que ce « Je suis » fait référence au Messie? Pouvez-vous me pointer un passage dans l’Ancien Testament qui fait cette allusion?

    En revanche, des passages comme Exode 3,14 nous donne le nom de Dieu qui se nomme lui-même comme étant « Je Suis » (ego eimi). Jésus ne ment pas lorsqu’il parle de sa nature humaine lorsqu’il dit qu’il ne sait pas quelque chose dont il a accès que dans sa divinité. C’est aussi ce que dit Saint Paul sur Jésus : « bien qu'il fût dans la condition de Dieu, il n'a pas retenu avidement son égalité avec Dieu; mais il s'est anéanti lui-même, en prenant la condition d'esclave, en se rendant semblable aux hommes, et reconnu pour homme par tout ce qui a paru de lui (Ph 2,6-7)» Saint Paul doit faire cette précision puisqu’il croit qu’en « lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. (Col 2,9) »

    Que la grâce de Dieu soit sur vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jésus est le Messie, il le Dieu vivant. Dans le livre de Malachie 3 v1, Dieu dit" voici, J'enverrai mon messager, il préparera le chemin devant Moi..." Dieu nous dit qu'il allait venir peraonnellement puis cette revelation se réalise dand Matthieu 11 v10; Esaie 40v3 se réalise dans Jean 1v23; il ya plein de verset biblique qui montre que Jésus est Dieu, donc Je Suis, "Jésus nous dit que avant de se depouiller de sa gloire et de prendre un corps humain il était,Jean 8v58. Jean chapitre 1.... Que Dieu vous bénisse!

      Supprimer
  5. Monsieur Morin,

    Bonjour,

    Excusez pour le temps écoulé. Perte du lien…
    « Je ne sais pas d’où vous tenez que ce « Je suis » fait référence au Messie?’
    1. (Jean 8, 24) Car si vous ne croyez pas que Je Suis, vous mourrez dans vos péchés (cf Rom 10 : 4 ci-dessous. Christ = Messie = Fin de la Loi qui leur annonçait la venue du Messie.)
    2. (Matthieu 16:13-16) [...] “ Qui les hommes disent-ils qu’est le Fils de l’homme ? ” 14 Ils dirent : “ Les uns disent : Jean le Baptiste ; d’autres : Éliya ; d’autres encore : Jérémie ou l’un des prophètes. ” 15 Il leur dit : “ Mais vous, qui dites-vous que je suis ? ” 16 En réponse Simon Pierre dit : “ Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. ” (Est-ce que Pierre nous révèle que Jésus est le Messie, ou bien, nous révèle-t-il que Jésus est le «Je suis »?)
    3. (Jean 8, 28) vous saurez que Je Suis et que je ne fais rien de moi-même, mais je dis ce que le Père m'a enseigné, et celui qui m'a envoyé est avec moi ; il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui plaît." (Celui qui m'a envoyé , lui le Messie promis : Il se dit subordonné à son Père. / /« Que Je Suis et que je ne fais rien de moi-même », est-il le Père et, en tant que « Je Suis », qu’il ne fait rien de lui-même? Ça pas sérieux! Son humilité fait bien la référence avec : (Philippiens 2:8) [...] il s’est humilié lui-même et est devenu obéissant jusqu’à la mort [...]
    4. (Jean 8:30) 30 Comme il disait ces choses, beaucoup eurent foi en lui.
    5. (Romains 10:2-4) 2 Car je leur rends témoignage qu’ils ont du zèle pour Dieu ; mais non selon la connaissance exacte ; 3 en effet, ne connaissant pas la justice de Dieu, mais cherchant à établir la leur propre, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu. 4 Car Christ est la fin de la Loi, pour que tout homme qui exerce la foi ait la justice. (Il fallait accepter la nouvelle disposition du Père dans son administration de son dessein. Sinon, ne pas accepter la venue du Messie, préférant leur propre conception ( la leur propre) (impliquant qu’ils n’auraient pas la connaissance exacte (par orgueil, peut-être? ) et ne serait pas sous la justice de Dieu.
    6. Lui, fait aussi référence à la postérité promise dès le début de la rébellion : (Genèse 3:15) 15 Je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta semence et sa semence. Il te meurtrira à la tête et tu le meurtriras au talon. ” (La semence, la postérité, ce n’était pas Caïn, vous imaginez bien)
    « Je ne sais pas d’où vous tenez que ce « Je suis » fait référence au Messie? »
    Réponse : « Je suis » sur de cela comme 1 + 1… Ce que je ne comprends pas du tout, c’est que vous ayez de la difficulté avec cela. C’est tellement clair pour lui (oups, moi).
    Bien Vôtre, et en attente de votre réponse.
    A+

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Mme Lutor,

    Je suis content de vous revoir sur le blogue Je crois aussi que Jésus est le Messie. Mais, comme je le démontre plus haut, ce « Je Suis » est une référence directe à Exode 3,14.
    Je crois que vous tenez à dire que cela veut seulement dire qu’il est le Messie parce que dans votre conception du Messie, le Messie n’est pas divin. Cependant, je crois que vous êtes dans l’erreur sur ce point car Jésus le Messie est pleinement Dieu et pleinement homme.

    Je vous pose donc la même question que Jésus a posée :
    " Quelle est votre opinion au sujet du Christ ? De qui est-il fils ? "
    Ils lui disent : " De David. "
    " Comment donc, dit-il, David parlant sous l'inspiration l'appelle-t-il Seigneur quand il dit : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Siège à ma droite, jusqu'à ce que j'aie mis tes ennemis dessous tes pieds ? Si donc David l'appelle Seigneur, comment est-il son fils ? "
    Nul ne fut capable de lui répondre un mot. Et à partir de ce jour personne n'osa plus l'interroger.

    La réponse est pourtant simple, c’est que le Christ (le Messie) est le fils de David et que David l’appelle Seigneur parce qu’il est aussi son Dieu. Dans cet exemple, cela était trop à confesser pour ses interlocuteurs qui voulaient le faire (à leurs yeux) blasphémer (en se prenant pour Dieu) devant le peuple. Ils utilisaient cette question piège puisqu’ils savaient ce que Jésus disait qu’il était (divin) et ils voulaient le piéger pour l’accuser. Et vous Mme Lutor, que répondriez vous à cette question si Jésus vous la posait aujourd’hui?

    Que la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ soit sur vous,
    Miguel

    RépondreSupprimer
  7. 2013-07-18 01:38:42
    Bonjour M. Morin,
    Là, je suis dans la confusion.
    Je vous pose donc la même question que Jésus a posée :
    " Quelle est votre opinion au sujet du Christ ? De qui est-il fils ? "
    Ils lui disent : " De David. "
    " Comment donc, dit-il, David parlant sous l'inspiration l'appelle-t-il Seigneur quand il dit : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Siège à ma droite, jusqu'à ce que j'aie mis tes ennemis dessous tes pieds ? Si donc David l'appelle Seigneur, comment est-il son fils ? "
    « Le Seigneur a dit à mon Seigneur », qui sont ces deux protagonistes svp? Votre réponse peut aider.
    Merci de votre patience
    A+

    RépondreSupprimer
  8. Vous pouvez consulter cet article où l'Apôtre Pierre nous donne lui-même la réponse :
    http://www.foicatholique.com/2009/10/lenigme-de-jesus-reponse.html

    RépondreSupprimer
  9. 2013-07-18 18:43:09
    Bonjour M. Morin,
    « David appelle son fils « Mon Seigneur » car le fils de David et le Fils de Dieu est la même personne. La réponse figure dans le discours de Pierre dans Actes 2 :33-36.

    "Une fois élevé à la droite de Dieu, Jésus a reçu du Père le don qu'il promettait, c'est-à dire l'Esprit Saint, et il l'a répandu: c'est ce que vous venez de voir et d'entendre. David n'était pas monté au ciel, mais il avait dit: Le Seigneur a dit à mon Seigneur: Siège à ma droite, le temps que je fasse de tes ennemis un escabeau pour tes pieds. Toute la maison d'Israël doit donc savoir en toute certitude que Dieu a fait Seigneur et Messie ce Jésus que vous avez crucifié." Actes 2 :33-36 »
    Donc « Mon Seigneur est Jésus Christ ».
    D’où la question suivante : Qui est le Seigneur qui dit à Jésus « Assis-toi (pas assis-moi) … »?
    Merci de vos réponse
    Bien Vôtre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Alzasior Lutor
      Pardonnez-moi d'intervenir, mais je ne comprends pas bien votre interrogation.
      Le Seigneur qui dit à Jésus : "Siège à ma droite" est évidemment le Père, première Personne de la sainte Trinité (s'adressant à Jésus : le Fils incarné).

      ça me paraît tellement évident que je n'arrive pas à voir d'où peut venir votre interrogation ?

      Supprimer
    2. M. Vladubon,
      Vous avez tout compris. C'est le Père qui s'adresse à son Fils. Son Fils est le Seigneur de David. Normalement, dans le système Juif, l'ancêtre n'appelle pas son descendant "Seigneur". D'où la bonne question de Jésus déconcertant par le fait même ses détracteurs, les docteurs de la Loi.

      (Psaume 110:1) [...] “ Assieds-toi à ma droite [...] L'un dit à l'autre (ils sont deux ) Si le Christ est nommé en Hébreux: "Aʼdhoni". L'autre "Seigneur", en Hébreux, comment le Père est-il nommé? Comme je l'ai précédemment écrit: "D’où la question suivante : Qui est le Seigneur qui dit à Jésus « Assis-toi … »?"

      "Pardonnez-moi d'intervenir, mais je ne comprends pas bien votre interrogation." Donc, j'espère être plus clair, en d'autre mot: Quel est le nom du Père, si, le nom du fils est Jésus? Comme disait Jésus: "Que -ton- NOM soit sanctifié!" S'appelle-t-il "Bon Dieu"? Les musulmans ont, eux, 99 noms du genres. Et ils disent qu'ils respectent la Bible. J'espère que vos réponses seront plus fidèle à la Bible. (Et NON des tergiversations dans le but de noyer la réponse).
      J'espère que ma question --toute simple-- est claire et que votre réponse le saura aussi.

      Dans l'attente de votre réponse

      Supprimer
    3. Je crois que Jésus a toujours simplement utilisé Père (abba) pour parler du Père. La révélation nous donne aussi YHWH. Il est généralement traduit par Yahvé.

      Supprimer
    4. Bonjour M. Morin,

      En quelle langue St-Matthieu a-t-il écrit son évangile?

      Merci de votre patience.

      Note: Comment être prévenu par e-mail d'une réponse dans la discussion?

      a+

      Supprimer
    5. Selon certaines sources, Matthieu aurait d'abord écrit son évangile dans une langue hébraïque (hébreux ou araméen). Cependant, nous n'avons présentement sous la main que des écrits en Grecs qui seraient des traductions.

      Pourquoi cette question? Je crois que vous voulez aborder un sujet, mais que vous tournez un peu "autour du pot". J'aimerais que vous répondiez à la question que je vous avais posée dans un autre article et auquel vous n'avez toujours pas répondu: quel est Jésus selon vous? Quelle est sa nature?

      Pour recevoir des notifications, malheureusement, je ne crois pas que cela soit disponible sur blogger.

      Que le grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ soit sur vous

      Supprimer
    6. Oui, vous pouvez vous abonné au commentaires. Après une petite recherche, j'ai vu que cela était possible. Voici un lien qui explique comment : http://support.google.com/blogger/answer/79117?hl=fr

      Supprimer
    7. Bonjour M. Morin,
      Merci pour le lien de Google. J'ai pas encore réussit cette opération.

      "Selon certaines sources, Matthieu aurait d'abord écrit son évangile dans une langue hébraïque (hébreux ou araméen)."

      En fait, il n'y a pas de doute.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89vangile_selon_Matthieu#R.C3.A9daction_du_premier_.C3.A9vangile_de_Matthieu

      1-- Ainsi, Eusèbe de Césarée affirme : « Matthieu prêcha d'abord aux Hébreux. Comme il devait aussi aller vers d'autres, il confia à l'écriture, dans sa langue maternelle, son évangile, suppléant du reste à sa présence par le moyen de l'écriture, pour ceux dont il s'éloignait. »*
      *Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, éd. Bardy, Le Cerf, 2003, livre V, chap. VIII, n° 2-4.
      2-- Toujours selon Eusèbe de Césarée, Papias aurait écrit vers 125 : « Matthieu réunit donc en langue hébraïque les logia (les "dits" de Jésus) et chacun les traduisit (ήρμήνευσεν) (êrmêneusen) comme il en était capable. » (H.E. III, 39, 16).
      3-- De même saint Irénée avait écrit, vers 180 : « Ainsi Matthieu publia-t-il chez les Hébreux, dans leur propre langue, une forme écrite d'évangile, à l'époque où Pierre et Paul évangélisaient Rome et y fondaient l'Église. »*
      ( *Irénée, Adversus haereses, III, 1, 1, trad. Rousseau, coll. « Sources chrétiennes », Cerf.)
      4-- Pantène (v. 140-v. 206), docteur chrétien qui dirigea l'Académie d'Alexandrie, trouva à son arrivée aux Indes cet évangile en caractère hébreux. Il aurait été apporté par l'apôtre Barthélémy aux populations locales, qui l'avaient depuis précieusement conservé. *
      *(Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, éd. Bardy, Le Cerf, 2003, livre V, chap. X, n° 3, p. 40.)
      « Conclusion de Wiki » L'apôtre Matthieu, donc, aurait publié très tôt, en Palestine et en langue hébraïque (hébreu ou araméen), une forme écrite d'évangile, insérant surtout des discours, ou des sentences, de Jésus (…)

      Ainsi, le Nom de Dieu a été utilisé par Jésus sans ce laisser influencer par les traditions superstitieuses des pharisiens. Ainsi, "Yahvé", le Nom qui apparait 7000 fois dans sa Parole devrait être porté haut par les chrétiens (ceux qui ont la Pensée de Christ). Mais ce n'est pas le cas.

      "Je louerai ton nom dans l'assemblée" (Psaume). Jésus, lui, a assurément accomplie cette prophétie.

      A votre avis, qu'en est-il aujourd'hui? Le Nom de Dieu est-il glissé sous le tapis? Entend-t-on seulement Son Nom par ceux qui disent le représenter?

      Dans l'attente impatiente de votre réponse...

      À bientôt!

      Supprimer
    8. Bonjour Mme Lutor,

      je ne suis pas certain de comprendre le lien avec le nom de Dieu et l'Évangile de Matthieu en araméen ou en hébreux. Pouvez-vous me montrer un verset où Jésus prétend utiliser le nom de Dieu, parce que de mémoire l'Évangile de Matthieu est assez fidèle à la tradition juive qui consistait à éviter d’appeler Dieu par son nom.

      Supprimer
    9. @ Mme Lutor
      ça y est, je comprends où vous voulez en venir ! Comme vous êtes "témoin de Jéhovah" (n'est-ce pas, pourquoi ne pas l'avouer ?), vous pensez que le nom Jéhovah est très très important, et que c'est à ce nom que Jésus faisait allusion quand il disait "Que votre nom soit sanctifié". N'est-ce pas ?

      Le problème, c'est que, dans l'Évangile, Jésus nous révèle principalement Dieu comme Père. Relisez, c'est frappant : il a SANS CESSE ce nom de "Père" sur la langue. Et c'est justement par ce nom qu'il commence son "Notre Père".

      Pourquoi ? Parce que Jésus vient nous révéler ce grand mystère de la Paternité et de la Filiation en Dieu, le mystère de la Sainte Trinité.

      Vous demandez : "quel est le nom du Père ?" Mais "Père", justement ! ça paraît évident ! Et, en tout cas, certainement pas "Yahvé" (car ce nom désigne la nature divine, et non pas une des personnes en particulier : la preuve, il a été révélé avant que soit révélée la distinction des trois personnes en Dieu).

      Puisque vous êtes témoin de Jéhovah (sauf erreur de ma part), puis-je vous demander (à nouveau) ce que vous pensez de ceci : http://www.existence-dieu.com/eglise/faux-chretiens/les-temoins-de-jehovah-vrais-ou-faux-temoins/ ?

      Supprimer
    10. Bonjour M. Morin,

      J'ai relevé certain passage dans Saint Mathieu où Jésus cite les Écritures où apparait en Hébreu le tétragramme, qui, à l'époque, était prononcer couramment. Les voici:

      (Matthieu 4:4) 4 Mais en réponse il dit : “ Il est écrit : ‘ L’homme doit vivre, non pas de pain seul, mais de toute parole qui sort par la bouche de Yahweh. ’ ”

      (Matthieu 4:7) 7 Jésus lui dit : “ Il est encore écrit : ‘ Tu ne dois pas mettre Yahweh ton Dieu à l’épreuve. ’ ”

      (Matthieu 4:10) 10 Alors Jésus lui dit : “ Va-t’en, Satan, car il est écrit : ‘ C’est Yahweh ton Dieu que tu dois adorer, et c’est à lui seul que tu dois offrir un service sacré. ’ ”
      (Matthieu 5:33) 33 “ Vous avez encore entendu qu’il a été dit à ceux des temps anciens : ‘ Tu ne dois pas jurer sans tenir, mais tu dois t’acquitter envers Yahweh de tes vœux. [...]

      (Matthieu 22:42-45) [...] ” 43 Il leur dit : “ Comment donc se fait-il que David par inspiration l’appelle ‘ Seigneur ’, quand il dit : 44 ‘ Yahweh a dit à mon Seigneur : “ Assieds-toi à ma droite jusqu’à ce que je mette tes ennemis sous tes pieds ” ’ ? 45 Si donc David l’appelle ‘ Seigneur ’, comment est-il son fils ? [...]

      Pour ce qui est des photos des artéfacts, Ce lien en donne quelques-uns:
      www.areopage.net/name.html (Il faut fouiller un peu).

      Jésus a mentionné le nom de son Père, l'a utilisé, l'a glorifié, et ses disciples, de naissance juive, eux aussi l'ont utilisé.

      Proche de nous, selon Wikipédia: "1904, La Bible du chanoine Augustin Crampon : « L'abbé Crampon conserva la transcription Jéhovah du tétragramme YHWH Il essaye de préserver « une exactitude savante et minutieuse qui reproduise jusqu’aux nuances1. ». L'édition originale comportait six tomes avec le texte latin de la Vulgate en regard de sa traduction française. Une version en un seul volume (sans le texte latin), destinée à un large public, fut publiée dès 1904 et rencontra un grand succès auprès des catholiques jusqu'en 1950 (le but poursuivi était de concurrencer la Bible du protestant Louis Segond). "

      Bible approuvée officiellement par l'Eglise Catholique Romaine.
      La Bible Fillion est la meilleure des bibles catholiques en raison de ses très bons commentaires développés sur 6.100 pages, La Sainte Bible commentée d’après la Vulgate (8 volumes, 1888-1895),

      Dans ma jeunesse, il existait beaucoup de film où le Nom de Dieu était utilisé sous ses formes 'Yahvé' ou bien 'Jéhovah'.

      Si ce n'était de la tradition machiavélique juive de ne plus prononcer le nom de Dieu, on connaitrait la vrai prononciation.

      M. Morin, qu'en pensez-vous?

      Son nom est important:

      (Psaume 5:11) [...] et ceux qui aiment ton nom exulteront en toi.

      (Psaume 69:36) 36 La descendance de ses serviteurs en héritera, et ce sont ceux qui aiment son nom qui y résideront.

      (Psaume 119:132) 132 Tourne-toi vers moi et témoigne de la faveur à mon égard, selon [ta] décision judiciaire envers ceux qui aiment ton nom.

      Dans l'attente de votre réponse...

      A+

      Supprimer
    11. Bonjour Mme Lutor,

      Il y a longtemps que je désire écrire un article sur le nom de Dieu. Si vous me laissez quelques temps, je vais le faire et vous pourrez répondre ou critiquer mon article.

      Supprimer
    12. M. Morin,

      Bonjour,

      Le lien précédemment mentionné est extraordinaire pour ce sujet. J'ai acheté ses deux livres. C'est un vrai plaisir sans fin de les étudier.

      Il y a aussi 30% du livre (gratuit) sur Google book.

      Bonne lecture,

      A+


      Supprimer
    13. Bonjour Mme Lutor,

      J'ai lu le site que vous mentionnez. Malheureusement, il n'explique pas comment il arrive à traduire le YHWH à Jéhovah. Le nom de Jéhovah a déjà été utilisé dans certaines traductions qui ont été faites entre les années 1600 et 1940 (C'est le cas de la Bible Crampon proposé sur ce site). Depuis, la majorité des nouvelles traductions utilisent Yahvé, mais pas tous. De toute façon, presque tous les chrétiens s'entendent pour dire que cela n'est pas un enjeu majeur, puisque le nom qui sauve est celui de Jésus : « Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés (Ac 4,12). » Le problème pour les témoins de Jéhovah, c'est qu'il avait fait de cet enjeu un des piliers de leur théologie et qu'ils n'ont alors pas pu intégrer les nouvelles découvertes qui ont amené la plupart des traducteurs à rendre maintenant YHWH par Yahvé.

      De plus, aucun texte du Nouveau Testament grec que nous avons (et nous en avons beaucoup) ne contient la mention du tétragramme. Cet auteur dit qu'ils ont été remplacés par « Seigneur » et cela justifierait les témoins de Jéhovah de modifier le terme « Seigneur » du texte par « Jéhovah ». J'ai vu plusieurs raisons tout aussi loufoques les unes des autres pour justifier ce complot dans lequel on aurait réussi à modifier tous les textes du Nouveau Testament. Il reste que si on regarde uniquement les faits, tout ce qu'on peut prouver de façon certaine est le fait que les témoins de Jéhovah eux se sont permis de falsifier des termes du Nouveau Testament...

      Qu'en pensez-vous?

      Supprimer
  10. @ Alzasior Lutor
    Comme, apparemment, vous êtes "témoin de Jéhovah" (ou proche), permettez-moi de vous signaler le lien suivant :
    http://www.existence-dieu.com/eglise/faux-chretiens/les-temoins-de-jehovah-vrais-ou-faux-temoins/
    Bonne lecture !

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour M. Morin,

    Pour montrer que des manuscrit grecs LXX et autres datant du moins I siècle au plus IX siècle ont utilisés le nom de Dieu en hébreux. Pour les formats, j'ai ouvert un compte où est transcrit ma réponse à cette adresse: http://serrlussier.wordpress.com/2013/08/14/6/


    Qu'en pensez vous?

    Fin I ier sc. il y a eu un commencement de glissement progressif pour remplacer le nom de Dieu, d'abord par un espace vide, puis, plus tard, par Seigneur.

    Note: Pour moi, son livre de 350 pages, pas facile de tout lire en peu de temps.

    A bientôt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mme Lutor,
      Il est vrai qu'il est possible de retrouver le mot hébreu YHWH dans certains manuscrits grecs de la LXX (Septante). Cependant, il a y plusieurs autres façons que le complot pour expliquer cela. Ce fait n'enlève rien non plus au fait que nous n'avons jamais retrouver un manuscrit du Nouveau Testament qui contient le YHWH et que la grande majorité des citations du Nouveau Testament proviennent pourtant de la LXX. Étrange n'est-ce pas?

      Puis-je vous suggérer cette lecture : http://v.i.v.free.fr/wt/tmntetraf-chap11.html

      Que Dieu vous donne sa grâce

      Supprimer
    2. Excusez-moi M. Morin,

      je ne sais pas quoi répondre... C'est rare...

      Conclusion: Le Nom du Père a donc disparu avec la venue de son Fils.

      Ai-je bien conclue?

      Dans l'attente de votre réponse, et encore, excusez-moi pour le temps écoulé.

      A la prochaine.

      Supprimer
    3. Bonjour Mme Lutor,

      Personnellement, j'irais plutôt avec la conclusion que l'Apôtre Pierre fait lui-même dans son discours de Pentecôte : "Et le salut n'est en aucun autre, car il n'est sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. (Actes 4,12)". C'est à dire que c'est dans le nom de Jésus en lequel nous devons avoir confiance pour notre salut. Connaître son nom, c'est aussi savoir ce qu'Il est venu accomplir, connaître sa vrai nature et reconnaître l'Église qu'il a fondé. C'est ce que propose de faire ce blogue. Si le nom du Père vous préoccupe, vous pouvez tout simplement l'appeler « Père » comme nous l'a enseigné Jésus.

      Que la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ soir sur vous

      Supprimer
    4. Bonjour M. Morin,

      Le texte de l'apôtre Pierre que vous citez est corroboré par d'autres comme:


      (Matthieu 1:21) Elle mettra au monde un fils, et tu devras l’appeler du nom de Jésus, car il sauvera son peuple de ses péchés. ”

      (Actes 10:43) À lui tous les prophètes rendent ce témoignage, que tout homme qui a foi en lui reçoit par son nom le pardon des péchés. ”

      (Philippiens 2:9) C’est pourquoi aussi Dieu l’a élevé à une position supérieure et lui a donné volontiers le nom qui est au-dessus de tout [autre] nom,

      ----------------------------

      Si de nom du Père me préoccupe, je peux aussi l'appeler "Allah"? C'est un nom comme n'importe quel autre substitue. Donc, quand je prie, comme Jésus, "que ton Nom soit sanctifié", ça veut ainsi dire, que le Nom d'Allah soit sanctifié! Allah, c'est juste le Nom de Dieu dans une autre langue a incorporer dans un esprit œcuménique. Pourquoi pas? Un Nom en vaut un autre!

      (Jean 12:23-28) 23 Mais Jésus leur répondit, en disant : “ L’heure est venue pour que le Fils de l’homme soit glorifié. (...) Si quelqu’un veut me servir, le Père (Allah) l’honorera. 27 Maintenant mon âme est troublée, et que dirai-je ? Père (Allah), sauve-moi de cette heure. Toutefois, c’est pour cela que je suis venu à cette heure. 28 Père (Allah), glorifie ton nom[Allah]. ” Une voix vint donc du ciel [c'est Allah qui parle]: “ Et je [l’]ai glorifié, et je [le] glorifierai de nouveau. ”

      Note: Ne riez pas! J'ai lu le pendant de cette réflexion dans un site chrétien!

      Bien vôtre et dans l'attente de votre réponse!

      Supprimer
    5. Le problème ici, c'est que Allah ne réfère pas au Père mais a un Dieu qui n'est pas trinitaire.

      Je crois que l'on peut faire confiance aux écriture Saintes lorsqu'elle nous dise que nous sommes sauvé par le nom de Jésus. Qu'en pensez vous?

      Supprimer