Essence, existence et informatique

J'écris cet article pour partager un petit truc pour aider à comprendre les notions d'existence et d'essence que je me suis donné pendant mes recherches philosophiques. Comme je suis programmeur analyste de profession, ce petit truc a un lien avec l'informatique. Comme plusieurs personnes sont plus à l'aise avec l'informatique que la philosophie, je trouvais qu'il serait pertinent de le partager. Il nécessitera un petit peu de connaissance en programmation et je suis désolé si cela ne s'applique pas à tout le monde. Ce petit truc n'est pas parfait et ne pourrait pas être soumis à un usage rigoureux philosophiquement parlant, mais il peut faire l'affaire pour aider à démêler existence et essence.

Voici une courte définition de l'essence :
Du latin esse, « être ». L'essence d'une chose, c'est sa nature, ce qui définit son être.

Voici une courte définition de l'existence :
L'existence désigne le fait d'être, d'être de manière réelle.

Premièrement, expliquons le parallèle avec l'informatique. Je vais utilisé les variables d'un programme informatique pour expliquer ces deux termes. En informatique, les variable que nous utilisons ont ce que l'on appelle un type. Le type d'une variable va définir ce qu'elle pourra contenir. Par exemple, une variable de type entier ne pourra contenir que des valeurs entières tandis qu'une variable de type booléenne ne pourra contenir que la valeur vrai ou faux.

Il est possible de faire un parallèle entre les types de variable et les essences. Dans les deux exemples proposés, le type entier et booléen sont des essences. En programmation informatique, avant de pouvoir utiliser ces types de variable, on devra d'abord les déclarer, c'est à dire les faire exister (existence). C'est lors de la déclaration que les variables se font assigner un espace mémoire et qu'ils sont nommées pour pouvoir y référer plus tard. Voici deux exemples de déclaration de variable (dans un langage de programmation fictif):

  • Définir UnEntier comme entier
  • Définir UnBooléen comme booléen

Par ces opérations, je viens de faire exister deux variables de type différent : la variable UnEntier de type entier et la variable UnBooléen de type booléen. Si je demande à un programmeur : « Montre-moi le type entier », il en sera incapable. Tout ce qu'il vous pourra faire, c'est de déclarer plusieurs variables de type entier et de leur assigner des valeurs différentes pour vous donner des exemples. En philosophie, il en va de même si on demande par exemple de voir l'essence d'une table. Tout ce qu'on pourra faire, c'est de présenter différents modèles de table pour tenter de vous faire comprendre ce qu'en est l'essence d'une table.

En quoi tout cela a rapport avec la religion et la révélation? Je veux vous amener à comprendre toute la richesse du nom que Dieu a utilisé lorsqu'il s'est nommé à Moïse au buisson ardent lorsqu'il lui a dit : «Je Suis celui qui Suis». Pour nous, les humains et toutes les choses crées, l'existence (la vie) est définie (limité) par notre essence (nature humaine). Un peu comme la variable de type entier qui ne pourra rien contenir d'autre qu'un nombre entier lorsqu'on l'aura définie.

Pour Dieu, c'est le contraire, c'est son essence qui est défini par l'existence ; son essence est l'existence. Lorsque Dieu se nomme comme étant « Je Suis celui qui Suis » (Exode 3, 14),  il ne peut donner meilleur réponse que se définir par l'existence à l'état pure et éternelle. Si on pousse le raisonnement un peu plus loin, on peut aussi conclure que si l'essence même de Dieu est l'existence, en Dieu les deux notions se confondent.

Je sais que cette analogie n'est pas parfaite, mais je crois que c'est quand même un bon exemple pour aider à comprendre les notions d'essence et d'existence. J'aimerais avoir vos commentaires sur cette analogie.

3 commentaires:

  1. Bonjour Miguel,

    Je suis très heureux de cet article car voyez-vous informaticien moi aussi, chrétien tout comme vous et m'intéressant à la théologie aussi tout comme vous. Et je suis parvenu un peu à la même analogie que vous mais en utilisant les concepts de la programmation orientée objet. En gros pour résumé, voilà à quoi je suis parvenu :
    1) un étant = une instance de classe
    2) une classe = une essence
    3) les classes sont hiérarchisées selon une notion d'héritage mère-fille => il y a une relation d'engendrement entre les essences
    4)la classe Objet = l'Etre
    5) On dit qu'une classe C existe ssi il existe au moins une instance de C => On dit qu'une essence E existe ssi il existe au moins un étant de l'essence E
    6) Passage à un point de vue plus élevé : comment construire un langage OO et non plus seulement l'utiliser. Introduction de la méta-class Class = Répondre à la question quelle est l'essence de l'essence. C'est une méta-essence Essence. Toutes les autres essences peuvent être vues être vue comme des étants de l'essence Essence. L'essence Essence est-elle même une essence => hérite de l'Etre. L'Etre étant un étant de l'essence. Par construction, il existe au moins un étant de l'essence Essence = > l'essence Essence qui permet à toute les essences d'exister et donc à tout d'exister existe grâce à deux éléments distincts un père et un fils, le père donnant l'existence et le fils l'essence.

    Si vous le voulez, j'ai du présenté un court exposé oral sur la méditation cinquième de Descartes (la "démonstration" de l'existence de Dieu selon Descartes). J'ai au format Word le support qui m'a servé pour cet exposé et reprend avec des schémas colorés au format UML ce que je viens de résumé et le rend beaucoup plus clair. Comme il s'agissait d'un exposé oral, ce sont seulement des notes mais si vous me donnez un e-mail je serais heureux de vous faire parvenir ce document.

    Cordialement,

    Ludovic

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Ludovic,
    J'aimerais bien lire ces notes d'exposé avec grand plaisir. J'ai moi aussi tenté de faire certain parallèles avec l'orienté objet, mais peut-être pas d'une façon aussi poussé que vous. Mon courriel est affiché au bas de la section « Pourquoi ce blogue » en haut à droite.

    Au plaisir de vous lire,

    Miguel

    RépondreSupprimer
  3. Si ce n'est pas trop indiscret, pourrais-je savoir en quelles cironstances vous avez "du" faire cet exposé oral ?

    RépondreSupprimer