Jésus 2.0

J’aimerais commencer par expliquer le titre de cet article. Dans le monde du développement de logiciel informatique, lorsqu’on crée un nouveau logiciel, on lui ajoute souvent le terme 1.0 à la fin de son nom en guise de numéro de version. Par la suite, certaines fonctionnalités sont ajoutées, enlevés ou modifiés au cours du temps. On conserve alors le nom du logiciel en ajoutant un numéro de version plus grand que le précédent, comme par exemple 2.0.

Je remarque que surtout depuis les 50 dernières années, une nouvelle version de Jésus tente de s’imposer dans la littérature. On présente Jésus comme une sorte de surhomme doté d’une grande sagesse et de pouvoir grandiose. Une sagesse et un pouvoir que tout homme peut espérer aussi posséder s’il acquiert une certaine connaissance ou accomplit certaines techniques. Un Jésus qui serait en quelque sorte une démonstration de l’homme accomplissant son plein potentiel. Cette version de Jésus est gravement intellectuellement malhonnête. Dans cet article, je vais référer à cette nouvelle doctrine sous le nom de Jésus 2.0.

La raison de cette nouvelle version de Jésus est bien simple et je vais vous montrer le cheminement qui a servi à édifier une bonne partie de cette fausse doctrine. Comme vous vous en doutez surement, la majeure partie de ce qu’on connaît de la vie de Jésus se retrouve dans les Évangiles. Si nous prenons ces Évangiles (Matthieu, Marc, Luc et Jean) et que nous retirons les trois éléments les plus importants, ils ne nous restent en effet que ce qui est proposé par ce que j’ai appelé dans cet article Jésus 2.0.

Les trois éléments qui ont été volontairement amputés aux textes des Évangiles pour arriver à Jésus 2.0 sont les suivants : Dieu, la notion de sacrifice et la notion de péché. Trois mots qui font frémir l’homme moderne. Soyons tout à fait clair, c’est seulement en lisant les Évangiles en ignorant complètement ces trois notions que nous pouvons aboutir à Jésus 2.0. Voici les raisons pour lesquels Jésus 2.0 a tant de succès : l’homme moderne ne croit souvent plus réellement en Dieu, il ne veut pas faire de sacrifice et ne veut pas entendre dire que ses actes peuvent avoir des conséquences éternelles ou être moralement répréhensibles.

Voilà précisément pourquoi Jésus 2.0 est malhonnête. Les trois éléments retirés sont en fait le cœur du message des Évangiles qui est : Jésus est Dieu et il s’est offert en sacrifice pour nous sauver de nos péchés. C’est d’ailleurs pour cela que plusieurs exégètes ont décrit les Évangiles comme un récit de la passion de Jésus avec une plus ou moins longue introduction. Parce que l’essentielle du message se retrouve dans la dernière semaine de la vie terrestre de Jésus où il dévoile publiquement sa divinité et s’offre en sacrifice pour nos péchés. C’est également pour cela que, généralement, les tenants de la doctrine du Jésus 2.0 ne citent que rarement les évènements de la dernière semaine de sa vie terrestre et se contente presque uniquement de parler de ses miracles et de ses discours. Ces discours cités sont d’ailleurs souvent interprétés hors contexte pour soutenir le but de l’auteur malhonnête.

Je vous rappelle pour finir la réelle version de Jésus qui est enseigné par son Église depuis le jour de sa résurrection : Jésus est Dieu et il s’est offert en sacrifice pour nous sauver de nos péchés.

2 commentaires:

  1. Bonjour Miguel,

    J'aime beaucoup ton analogie avec un numéro de version logiciel. Mais je crois que nous avons tous notre propre version de Jésus dans notre repository local, non ?

    C'est pourquoi l'Eglise, les communautés chrétiennes, la lecture quotidienne de la Bible, la prière quotidienne et le dialogue avec d'autres croyants sont essentiels pour approcher de Jésus, et donc de Dieux. Toute ces actions permettent de faire un "merge" à partir du repository de référence et d'avoir une version pas trop fausse.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Ludovic,

    Tu as tout à fait raison. L’Église demeure toujours la référence à consulter surtout dans les cas des dogmes officiellement déclarés. Comme il existe de nombreux autres aspects non officiellement définis, il est bien de consulter, d’échanger et de prier. Il peut être facile lorsque l’on accorde trop d’importance à ses idées de se refermer sur notre propre version de Dieu et de ne plus voir Dieu à l’œuvre aussi dans les autres qui ont aussi des choses à nous apprendre.

    Je suis allé lire ton blogue et je trouve tes articles intéressant. Cela fait toujours plaisir de voir qu’on est plusieurs à semer dans le grand champ de l’Internet.

    RépondreSupprimer