Pourquoi Jésus dit-il à Marie-Madeleine de ne pas le toucher?

jesus-marie-madeleine
Alexandre Ivanov, Apparition de Jésus-Christ à Marie-Madeleine (1835)

Dans le récit de la Résurrection de Jean, il y a une rencontre confuse entre Jésus et Marie-Madeleine. Au début, elle ne le reconnaît pas, le prenant pour le jardinier. Quand elle réalise enfin qui il est, elle est ravie. Cependant, Jésus lui répond en lui disant de ne pas le toucher. Voilà comment cela est présenté dans Jean 20, 11-17 :

Cependant Marie se tenait près du sépulcre, en dehors, versant des larmes; et, en pleurant, elle se pencha vers le sépulcre; Et elle vit deux anges vêtus de blanc, assis à la place où avait été mis le corps de Jésus, l'un à la tête, l'autre aux pieds. Et ceux-ci lui dirent: "Femme, pourquoi pleurez-vous?" Elle leur dit: "parce qu'ils ont enlevé mon Seigneur, et je ne sais où ils l'ont mis." Ayant dit ces mots, elle se retourna et vit Jésus debout; et elle ne savait pas que c'était Jésus. Jésus lui dit: "Femme, pourquoi pleurez-vous ? Qui cherchez-vous ?" Elle, pensant que c'était le jardinier, lui dit: "Seigneur, si c'est vous qui l'avez emporté, dites-moi où vous l'avez mis, et j'irai le prendre." Jésus lui dit: "Marie!" Elle se retourna et lui dit en hébreu: "Rabboni!" c'est-à-dire "Maître!" Jésus lui dit: "Ne me touchez point, car je ne suis pas encore remonté vers mon Père. Mais allez à mes frères, et dites-leur: Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu, et votre Dieu."

Dans ce passage, Jésus dit-il qu'il y aurait une raison pour laquelle son corps ressuscité ne pourrait pas être touché avant l'Ascension? Cela ne fait pas vraiment de sens. Après tout, Jean poursuit en nous racontant la rencontre de Jésus avec l'Apôtre Thomas, qui doute. Il lui dit (Jean 20, 27), « Mets ici ton doigt, et regarde mes mains; approche aussi ta main, et mets-la dans mon côté; et ne sois plus incrédule, mais croyant. » Pourtant, la rencontre avec Thomas a lieu une semaine après Pâques, bien avant l'Ascension (Jean 20, 26; Actes 1, 3-11). En plus, il ne semble pas plausible que cela soit une contradiction, comme si Jésus (ou Jean l’évangéliste) aurait immédiatement changé de position au sujet de savoir, si oui ou non, il est correct de toucher le corps du Christ.

Une autre théorie, avancée par les athées comme Marshall Brain, est que les apparitions à Marie-Madeleine et à Thomas sont des « preuves » que Jésus est sexiste, « comme si le touché d'une femme serait en quelque sorte malpropre », quand seulement « quelques versets plus loin, Jésus est heureux lorsque Thomas le touche ». Bien sûr, cela n'a pas de sens non plus. L'apparition à Marie est la plus intime des apparitions de la Résurrection qui nous sont racontées. Jésus apparaît à Marie-Madeleine individuellement et il attend doucement qu’elle réalise qui il est. Il l’envoie ensuite annoncer la Résurrection aux Apôtres (Jean 20, 17-18), ce qui explique son surnom Apostolorum Apostola, « Apôtre des Apôtres ».

Et que penser de l'idée que Jésus gronde Marie-Madeleine, comme si elle doutait? C’est peut-être le cas, mais rien dans le texte ne semble suggérer qu'elle est punie de quelque façon.

Nous nous retrouvons donc avec un casse-tête: Jésus, qui a un vrai corps après la résurrection, un corps susceptible d'être touché, prévient Marie-Madelaine de se tenir à l’écart. Saint Thomas d'Aquin (celui qui a amené Apostolorum Apostola comme titre pour Marie-Madeleine) présente la solution la plus claire à cette difficulté dans la partie III, Question 55 de sa Summa Theologiae:

Ou bien encore, écrit S. Jean Chrysostome, " cette femme voulait continuer à vivre avec le Christ comme avant la passion. Dans sa joie, elle ne concevait rien de grand, bien que la chair du Christ, en ressuscitant, fût devenue d’une condition beaucoup plus haut ". Et c’est pourquoi le Christ lui dit : " je ne suis pas encore monté vers mon Père ". Comme s’il disait : " Ne pense pas que je mène encore une vie terrestre. Si tu me vois sur terre, c’est que je ne suis pas encore monté vers mon Père, mais le moment est proche où je vais monter. " Aussi ajoute-t-il : " je monte vers mon Père et votre Père. "

En d'autres mots, Marie ne doutait pas de la résurrection de Jésus. Elle ne comprend tout simplement pas la gravité de celle-ci. Elle était tellement ravie de voir à nouveau son ami qu'elle n'a pas pris conscience de la réalité radicale du fait qu'il est ressuscité d'entre les morts, qu'il a un corps glorifié, qu'il ne mourra jamais à nouveau, qu'il vient de démontrer sa divinité en termes clairs ou qu'il prépare ses disciples à son Ascension au Ciel.

Pour l'aider à en venir à ces vérités plus profondes, Jésus la prive de la facilité de s’accrocher à Lui. Il le fait pour l'appeler à quelque chose de plus grand: la mission évangélique d’être un témoin, même à Ses Apôtres. En d'autres termes, il lui refuse la possibilité de s'accrocher à son corps pour la même raison qu'il demande à Thomas de toucher ses plaies et son côté: pour les conduire plus profondément dans la foi. Comme il l’a dit à Thomas: « ne soyez pas incrédule, mais croyant » (Jean 20, 27).

Parfois, notre croissance dans la foi nous oblige à avoir quelque chose de tangible à nous accrocher; d'autres fois, nous avons besoin de lui pour nous débarrasser de nos roues d'entraînement. « parce que tu m'as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru » (Jean 20, 29). Ce n’est pas une contradiction et ce n’est pas sexiste. Il est le divin médecin prescrivant la médecine spirituelle dont chaque patient a le plus besoin.


Cet article est une traduction personnelle de l’article « Why Does Jesus Tell Mary Magdalene Not to Touch Him? » de Joe Heschmeyer.


8 commentaires:

  1. bonjour Miguel, finalement le texte ci dessous a soulevé un point qui n'a pas trouvé de réponse selon ma compréhension. c'est le Christ lui même qui dit à Marie " "Ne me touchez point, car je ne suis pas encore remonté vers mon Père. Mais allez à mes frères, et dites-leur: Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu, et votre Dieu." et cela crée finalement une confusion dans mon esprit. confusion par ce que Thomas a pu le toucher alors qu'il (JESUS) n'etait pas encore monté vers son Père

    RépondreEffacer
  2. Bonjour Christian, la réponse se trouve dans l'avant dernier paragraphe:

    Pour l'aider à en venir à ces vérités plus profondes, Jésus la prive de la facilité de s’accrocher à Lui. Il le fait pour l'appeler à quelque chose de plus grand: la mission évangélique d’être un témoin, même à Ses Apôtres. En d'autres termes, il lui refuse la possibilité de s'accrocher à son corps pour la même raison qu'il demande à Thomas de toucher ses plaies et son côté: pour les conduire plus profondément dans la foi. Comme il l’a dit à Thomas: « ne soyez pas incrédule, mais croyant » (Jean 20, 27).

    En fait, on peut voir que la question fondamentale n'est pas le fait de pouvoir toucher ou pas, mais de parvenir à une foi plus profonde. Pour l'un c'est en touchant qu'il y parvient, tandis que pour l'autre s'est en étant privé de toucher.

    Que la grâce du Ressucité soit sur toi

    RépondreEffacer
  3. Pardon Miguel, je n'arrive certainement pas à bien suivre le raisonnement. Alors je me demande quelle peut bien etre la portée de cette phrase du Christ et je cite : " "Ne me touchez point, car je ne suis pas encore remonté vers mon Père.."

    RépondreEffacer
  4. Bonjour Christian,

    Selon le commentaire de saint Jean Chrysostome cité ci-haut, quand Jésus dit « Ne me touchez point, car je ne suis pas encore remonté vers mon Père », il s’adresse à Marie-Madeleine, car « cette femme voulait continuer à vivre avec le Christ comme avant la passion. Dans sa joie, elle ne concevait rien de grand, bien que la chair du Christ, en ressuscitant, fût devenue d’une condition beaucoup plus haut »

    Ce n’est donc pas une règle valide pour tout le monde jusqu’à l’Ascension, car il est assez évident qu’elle ne pourra pas le toucher après l’Ascension non plus (du moins pas en cette vie). Elle pourra seulement vivre avec lui lorsqu’elle sera au Ciel et c’est à ces réalités plus grandes qu’il veut l’amener par cette privation.

    Est-ce que c’est un peu plus clair maintenant? Est-ce que je saisis bien votre question ?

    RépondreEffacer
  5. et pourtant il est resté 40 jours avant de monter vers son Père... dois-je comprendre que pour Marie, en particulier, elle n'aie pas pu le toucher jusqu'à l'ascension ?

    RépondreEffacer
  6. Nous ne savons pas si cette consigne a évoluée pendant ces 40 jours, car Marie-Madeleine pourrait avoir progresser dans la foi pendant cette période. L'Écriture ne nous donne pas d'autres précisions.

    RépondreEffacer
  7. Bonjour Miguel! j'aimerais savoir alors comment Marie-Madeleine a pu gérer ou comprendre ce mystère auquel elle n'avait "apparemment" pas part afin d'accéder à cette foi profonde? ou bien quel mécanisme de réflexion a bien pu se produire en elle à partir de ce moment?

    RépondreEffacer
  8. Bonjour Christian, nous n’avons pas beaucoup de précision dans l’Écriture sur cela, car ce passage est le dernier où Marie-Madeleine est mentionné de nom. Il faut se rappeler que la réaction décrite dans ce passage est la réaction qu’elle a eue « à brûle-pourpoint » devant le fait de la Résurrection. Il est possible de penser sans trop spéculer qu’entre ce moment, les 40 jours où Jésus leur apparaissait, la venue de l’Esprit-Saint à la Pentecôte pour leur rappeler ce que Jésus leur a enseigné et l’enseignement des Apôtres, que sa foi s’est surement approfondi.

    RépondreEffacer