Est-ce l’Église catholique qui nous a donné la Bible? (et comment sommes-nous sauvés?)

La Bible de Gutenberg (15e siècle). Photo par Mark Pellegrini
Fréquemment, les évangéliques parlent de la nécessité de joindre une Église qui est basée sur la Bible. On propose même des jeux-questionnaires utiles pour faire en sorte que vous alliez à une Église « basée sur la Bible ». L'Église catholique peut faire encore mieux: d’une manière très réelle, la Bible est basée sur l'Église catholique. Après que j’ai mentionné cela sur Facebook, un lecteur protestant a questionné cette revendication et m’a demandé ce que les catholiques croyaient qu’était le message du salut. Donc aujourd'hui, je vous propose deux articles réunis en un seul: (1) Est-ce l'Église catholique est à l’origine de la Bible? et (2) Quel est le message de l'Évangile au sujet du salut selon l'Église catholique?

I. Est-ce l’Église catholique qui nous a donné la Bible?

Il y a quatre principales raisons d’affirmer que l'Église catholique nous a donné la Bible:


  • Le Nouveau Testament a été écrit par l'Église. Les livres du Nouveau Testament ont été écrits par des apôtres ou d'autres « leader » du clergé dans l'Église. Rappelez-vous de 1 Corinthiens 12, 28, « Dieu a établi dans l'Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont les dons [de faire des miracles,] de guérir, d'assister, de gouverner, de parler diverses langues. »
  • Le Nouveau Testament a été écrit à l'Église. Tout comme l'Ancien Testament a été écrit à Israël, le Nouveau Testament a été écrit à l'Église. Nous voyons cela plus clairement dans les épîtres, qui ont tendance à être adressées soit à un dirigeant d’une église particulière (voir Philémon 1, 1) ou à une église locale (voir 1 Corinthiens 1, 2) ou à un groupe particulier de chrétiens (voir 1 Pierre 1, 1) ou à toute l'Église (voir Jude 1, 1).
  • L'Ancien et du Nouveau Testament ont été compilées par l'Église. Sans l'Église, vous ne disposez d’aucune manière claire de savoir quels livres appartiennent à la Bible et ceux qui ne le doivent pas. Historiquement parlant, l'Église catholique nous a donné la Bible. Logiquement parlant, il n'y a pas d’autre alternative, car aucune table des matières inspirée ne nous a été révélée. Théologiquement parlant, il n'y a pas d’autre alternative, parce qu'il n'y a pas d'autre autorité infaillible capable de définir cela avec un degré de certitude assez grand.
  • La mise en place de l'Église est mentionnée dans l'Écriture. Matthieu 16, 17-19 est l'endroit le plus évident. Jésus a mis en place une Église et a confié à cette Église le pouvoir de parler en Son nom et de proclamer Son Évangile jusqu'aux extrémités de la terre. Un des moyens par lequel l'Église a accompli cette Commission a été en créant la Bible, sous l'inspiration de l'Esprit Saint.


Il est devenu populaire de parler de la Bible comme étant une « lettre d'amour » de Dieu. C’est une bonne façon de voir les choses: une compilation d'une série de lettres d'amour écrites par Dieu à son peuple. Cela est vrai à la fois de l'Ancien et du Nouveau Testament, mais avec le Nouveau Testament, nous pouvons dire quelque chose d'encore plus profond: que ce sont des lettres d'amour écrites à son épouse (Éphésiens 5, 25-27):

Maris, aimez vos femmes, comme le Christ a aimé l'Église et s'est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier, après l'avoir purifiée dans l'eau baptismale, avec la parole, pour la faire paraître, devant lui, cette Église, glorieuse, sans tache, sans ride, ni rien de semblable, mais sainte et immaculée.

Donc, nous n’avons pas besoin d’essayer d'inventer une nouvelle Église, une nouvelle épouse pour le Christ, basé sur notre lecture de Ses lettres d'amour pour elle. Nous avons simplement à nous joindre à l’épouse qu'Il a déjà, celle à qui ces lettres ont été écrites en premier lieu.

La résurrection des morts et la pesée des âmes,
du Psautier de Blanche de Castille (13e siècle)

II. Comment sommes-nous sauvés?

Ayant maintenant parlé d’où la Bible nous est venue, regardons maintenant ce qu'elle a à dire sur la façon dont nous sommes sauvés. Bien que ce ne fût pas ce qui fut à l’origine de la Réforme, le salut est rapidement devenu l'un des sujets les plus chauds et il reste toujours aujourd’hui un sujet de controverse.

Classiquement, la réponse protestante est enracinée dans certains textes pauliniens sur l'importance de la foi pour le salut. Cela est merveilleux, mais il y a des problèmes avec la façon dont ces textes sont interprétés. Parce que Paul parle de l'importance de la foi et parce que (compte tenu de son auditoire et du contexte) c’est presque son seul accent, ils ont développé l'idée que la foi seule est ce qui est nécessaire pour la justification et le salut. Luther est allé jusqu'à « corriger » Romains 3, 28 qui dit que nous sommes sauvés par la foi, pour lui faire dire que nous sommes sauvés par la foi seulement. Dans le texte non corrompu, l'expression «la foi seulement» apparaît exactement une fois dans toute l'Écriture: Jacques 2, 24 : « Vous voyez que l'homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seulement. » Alors, la justification par la foi est une bonne réponse à la question. La justification par la foi seulement ne l’est pas.

Je dirais que si vous voulez une réponse complète, il faut regarder deux choses: (1) les endroits dans l'Écriture où les gens demandent comment nous sommes sauvés; et (2) les endroits où le jugement final ou le salut / damnation sont mentionnés.

Ce que vous trouverez est une image bien différente que celle de la « sola fide » : la description que Jésus fait du jugement dernier dans Matthieu 24 ne mentionne même pas la foi. Il ne regarde que les œuvres. Ne vous méprenez pas: Jésus ne dit pas que nous sommes sauvés par les œuvres sans la foi, pas plus que Paul dit que nous sommes sauvés par la foi sans les œuvres. Ce qui diffère est leur accent, compte tenu de leurs contextes respectifs. Dans Marc 16, 16, Jésus mentionne deux critères pour le salut: la foi et le baptême.

Pour terminer, je veux vous offrir deux «résumés» du salut:

A. Le Nouveau Testament témoigne que Jésus nous est offert comme notre Seigneur et Sauveur, mais on ne peut pas le prendre comme Sauveur en le rejetant comme Seigneur. Il ne suffit pas de simplement de l’appeler Seigneur. Nous devons réellement vivre cette réalité. « Ce n'est pas celui qui m'aura dit : " Seigneur, Seigneur ! " qui entrera dans le royaume des cieux, mais celui qui aura fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » (Matthieu 7, 21).

B. Le message entier du salut peut aussi se résumer en disant que nous sommes sauvés par l'amour. Nous voyons cela plus clairement dans les écrits de Saint-Jean et en particulier dans les réponses qu'il donne à ces trois questions:


  1. Pouvez-vous aller au ciel sans aimer Dieu et votre prochain?
  2. Pouvez-vous aimer Dieu sans garder Ses commandements?
  3. Pouvez-vous garder les commandements de Dieu sans faire de bonnes œuvres?


Si vous voulez en savoir plus à ce sujet, je l'ai écrit un article qui jette un regard plus attentif à la façon dont saint Jean répond à ces questions.


Cet article est une traduction personnelle de l’article « Did the Catholic Church Give Us the Bible? (And How Are We Saved?) » de Joe Heschmeyer.

0 commentaire:

Publier un commentaire