Mariage homosexuel: nos accords règleront nos désaccords


Bonjour à tous,

À la demande de Miguel, c'est avec grande joie que j'ai accepté de contribuer à ce blogue que je connais depuis quelques années et qui m'a été plus d'une fois une belle source de références et de réflexions.

J'ai 25 ans et j'habite en périphérie de la ville de Québec depuis toujours - maintenant à Neuville depuis huit ans. Après avoir apostasié officiellement à l'aube de mes 18 ans, j'ai réintégré l'Église dans la foulée d'une quête de la vérité qui m'habitait depuis le début de mon adolescence et qui s'est soldée par une conversion intellectuelle à la foi catholique en 2011. Qui plus est, cette conversion intellectuelle a précédé une véritable rencontre avec le Christ de laquelle a jaillit des désirs profonds de me donner entièrement à l'évangélisation et à la prière par le sacerdoce et la vie consacrée. Après un cheminement de deux ans chez les Dominicains, une année de travail en pastorale paroissiale et d'enseignement religieux au secondaire, une autre année donnée pour la mission auprès de la paroisse Saint-Thomas d'Aquin et de la Communauté de l'Emmanuel à Québec, je suis au seuil d'une nouvelle étape de vie qui me mènera vers la poursuite de mes études en philosophie et en théologie et vers un lieu qui permettra d'engendrer concrètement mes deux vocations.

Pour ma première contribution à ce blogue, je souhaite vous partager ce texte de Trent Horn (Catholic Answers) intitulé « Same-Sex marriage: our agreements solve our disagreement » qui m'a semblé être très convaincant, très bien construit sur le plan logique et très à-propos avec les récentes décisions de nos voisins du sud concernant le mariage homosexuel.

Notez que cette traduction est la mienne et que j'y ai fait quelques petites modifications. Vos commentaires seront très appréciés afin d'améliorer la qualité de celle-ci ou de traductions ultérieures.
Merci et bonne lecture !


by Trent Horn

Au lieu de nous jeter des insultes et d’entrer dans l’examen d’arguments très controversés, j’aimerais proposer une meilleure solution au débat concernant le mariage pour les personnes de même sexe. Commençons avec les idées sur lesquelles les deux côtés du débat sont en accord. Ensuite, voyons quel point de vue sur le mariage explique le mieux cet accord.

En effet, il semble y avoir deux points de vue sur le mariage qui s’affrontent dans ce débat: la vision conjugale définit le mariage comme « l’union à vie d’un homme et d’une femme ordonnée à leur bien et au bien des enfants qu’ils engendrent ». L’autre vision pourrait être appelée la vision relationnelle qui définit le mariage comme « une relation à vie de deux personnes qui ont des sentiments l’un pour l’autre ».

Si les tenants de la vision conjugale, dont je suis, se trompent, alors j’espère que les critiques à venir pourront les corriger et ne les laisseront pas dans l’ignorance. J’espère également que les tenants de la vision relationnelle seront ouverts à la même sorte de correction fraternelle.

L’unique façon de régler ce débat sur le mariage homosexuel est de trouver laquelle de ces deux visions sur le mariage est correcte. Si la vision relationnelle est vraie, alors il est certainement injuste de ne pas permettre aux personnes ayant des tendances homosexuelles de se marier. Cela s’explique par le fait que, selon cette vision, l’union sexuelle, voire la capacité de faire un enfant n’est pas une part essentielle de la définition du mariage. Toutefois, si la vision conjugale est vraie, alors deux personnes ayant des tendances homosexuelles ne pourraient se marier, pas plus qu’un cercle ne pourrait avoir plus d’un côté. Un mariage homosexuel ne serait tout simplement pas un mariage.

Les argumentaires qui proviennent des deux visions semblent être d’accord pour dire que le mariage doit intégrer trois éléments:

1. Une union impliquant deux personnes
2. Une union à vie
3. Une union sexuelle

Je défends que la vision conjugale explique ces trois aspects du mariage alors que la vision relationnelle assume simplement qu’ils sont vrais sans aucune bonne raison. Dès lors que la vision conjugale aurait plus de pouvoir intrinsèque à les expliquer, elle devrait être la vision légale de ce qu’est un mariage et c’est la raison pour laquelle seulement deux personnes de sexe différent devraient pouvoir se marier.

Deux pour le Tango
Si le mariage est strictement un accord relationnel entre adultes consentants, pourquoi ne pas avoir plus que deux personnes ? Les avocats du mariage homosexuel argumenteront à ce moment que la polygamie, ou un homme ayant plus d’une femme, est un état conduisant à l’abus et à l’exploitation de la femme et c’est pourquoi le mariage devrait se limiter à deux personnes. Mais cette réponse est faible à plus d’un égard. Premièrement, cela n’expliquerait pas pourquoi la polyandrie, ou une femme ayant plusieurs époux, ou l’auto-mariage (se marier soi-même) serait mauvais, puisque le risque d’exploitation dans ces unions serait très bas. Cela ne montrerait pas non plus en quoi le mariage de groupes, ou les mariages impliquant deux époux et deux épouses, devrait être interdit. Cette relation ne serait pas abusive dans la mesure où elle permettrait un équilibre des pouvoirs dans le nombre et dans les genres impliqués.

La vision conjugale fait du sens en voulant limiter le mariage à deux personnes parce que c’est tout ce qui est nécessaire pour créer un enfant. Cette relation est aussi la meilleure pour l’enfant qui est créé puisqu’il est seulement attaché de manière légale à des adultes qui lui sont biologiquement reliés, lesquels sont montrés statistiquement comme étant les adultes les moins enclins aux mauvais traitements, et ce, quels qu’ils soient. (http://www.nbcnews.com/id/21838575/#.USP8WVdNFbo)

Jusqu’à ce que la mort nous sépare
Nous rions bien des mariages qui durent 72 jours, mais pourquoi ? La plupart de nos relations dans nos vies ne sont justement pas à vie. Nous nous « séparons » facilement des propriétaires, des enseignants, des employeurs, des blondes/chums, des avocats, des coiffeuses et de beaucoup de gens comme ceux-là. Si le mariage était seulement une question de relation, alors pourquoi ne pas avoir plusieurs mariages qui ne durent que 5 ou 10 ans ? Ces mariages pourraient être renouvelés s’ils vont bien ou être annulés dans le cas contraire.

La plupart des gens pensent que cette attitude va à l’encontre de ce qu’est un mariage, mais la vision relationnelle ne peut pas expliquer en quoi le gouvernement devrait pénaliser des personnes qui ne veulent plus être mariés. Cependant, la vision conjugale fait parfaitement le sens de cette exigence.

Le mariage devrait être pour la vie afin que l’enfant puisse avoir tout au long de sa vie, ou du moins durant la partie la plus critique et essentielle, des parents qui sont dans une union stable l’un avec l’autre. Cela inclut aussi la vie des enfants adultes parce qu’une union pour toujours crée une structure familiale stable pour les grands-parents et les petits-enfants. Nous avons vu sur notre société l’impact des divorces et des enfants sans parents, sans mère ou sans père, alors enlever cette exigence d’une union familiale à vie n’est vraiment pas une bonne idée pour le progrès de notre société.

Parlons maintenant de sexe
Prenons un exemple de Robert George: imaginons un couple qui vient de se marier et dont l’époux est pris en flagrant délit dans une aventure avec sa secrétaire. On le dit à sa femme et cette dernière rétorque que c’est acceptable parce qu’ils se sont promis d’être seulement des fidèles partenaires de tennis. Si l’un d’entre eux venait à jouer au tennis avec quelqu’un d’autre, il serait accusé d’infidélité. Une aventure avec la secrétaire ou avec le plombier ne serait pas si grave.

Ce type de « mariage » (ou de mariage ouvert) semblerait insensé, non ? Mais si le mariage est seulement un accord relationnel, alors pourquoi ne pourrait-on pas avoir un mariage comme celui-ci ? Qu’en serait-il alors de deux soeurs qui veulent s’aimer platoniquement et qui voudraient passer leur vie ensemble sans avoir de sexe ? Pourquoi leur relation amoureuse ne serait-elle pas moins valable et ne mériterait pas moins un mariage que deux autres femmes qui s’aiment, mais qui parfois, à la différence des deux autres, se stimulent sexuellement ?

Encore une fois, la vision conjugale explique pourquoi la sexualité est une part du mariage. Elle consolide les époux entre eux et engendre les enfants qui sont des signes concrets de l’amour réciproque des époux. Les couples homosexuels, en revanche, ne peuvent avoir des enfants seulement si d’autres unions conjugales cessent par le divorce, la mort, la maternité de substitution ou les expériences scientifiques frankensteinesques comme « l’embryon des trois parents ».

La vision conjugale du mariage devrait être préservée légalement parce qu’elle explique en quoi le mariage doit se limiter à une union sexuelle et pour toujours de deux personnes. Si le mariage homosexuel devient légal à l’échelle nationale, cela forcera la société à adopter la vision relationnelle. Si la vision relationnelle est endossée, il n’y aurait plus de raisons pour lesquelles le mariage devrait demeurer une union sexuelle à vie de deux personnes.


Redéfinir le mariage créerait une société instable et retirerait à l’enfant le droit d’avoir une mère et un père. Cette conception du mariage est ancrée dans la nature de nos êtres et de toutes les civilisations depuis la nuit des temps; admettre le mariage homosexuel, c’est modifier indirectement cette conception et ce serait du même coup venir démolir la cellule de base de la société, sans quoi la société elle-même ne saurait perdurer de manière saine.


1 commentaire:

  1. Merci pour ce texte! Au plaisir de lire tes publications, James.

    RépondreEffacer