Les âmes peuvent-elles être annulées par Dieu après leur mort si elles ne se repentent pas ?

Il y a une hérésie (mot signifiant choisir ou insister sur une vérité, parfois déformée, en excluant d'autres vérités) qui circule présentement sur l'Internet concernant le traitement réservé après la mort par Dieu aux âmes non repentantes.

L'hérésie est celle-ci :
Dieu ne punit pas. L'âme d'un homme non repentant n'ira pas en enfer.  Plutôt, cette âme sera annulée, c'est-à-dire qu'elle cessera d'exister, donc ne souffrira pas les peines de l'enfer. La miséricorde de Dieu est telle qu'il est impossible qu'une âme souffre éternellement après la mort. Donc l'âme non repentante, qui refuse l’existence que Dieu lui a donné, doit nécessairement être annulée.

C'est une hérésie condamnée par l'Église qu'il faut rejeter fermement et qui déforme la doctrine de la miséricorde que nous avons reçue de Notre Seigneur. Voici ce que le Christ lui même nous dit concernant le sort des âmes non repentantes (c'est-à-dire, des âmes refusant la miséricorde de Dieu en ne rejetant pas fermement leurs péchés) :
Le Fils de l'homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l'iniquité, et ils les jetteront dans la fournaise du feu : c'est là qu'il y aura les pleurs et le grincement de dents. (Mt 13,41-42) ...
... dans le feu qui ne s’éteint pas. (Mc 9,47)
C'est un châtiment éternel et extrêmement souffrant qui ne finira jamais. C'est la doctrine de Notre Seigneur, c'est la doctrine de l'Église, c'est la vérité. L’exhortation de Saint Paul est ici bien opportune :
Quand un ange venu du ciel vous annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème ! (Gal 1,8)

0 commentaire:

Publier un commentaire