Jésus : Seigneur, menteur, fou ou légende ?

La crédibilité de Jésus-Christ est au centre de la foi chrétienne. Si il est crédible, nous pouvons lui faire confiance au sujet de ce qu'il a dit à propos de Dieu, y compris, par exemple, que Dieu est une Trinité de trois personnes: le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Tout se résume à la crédibilité de Jésus.

Certains ont essayé de dépeindre Jésus comme simplement un bon professeur, quelqu'un qui propose des enseignements moraux sages. D'autres l'ont vu comme un prophète ou un mystique. Mais Jésus a fait plus que cela.

Il a affirmé, comme pour les trois Personnes de la Sainte Trinité, qu’il est Dieu lui-même.

Cette revendication est frappante et elle est soit vraie ou fausse. Si elle est vraie, alors il est, en effet, le Seigneur de l'univers et la foi chrétienne est vrai.

Mais quelles sont les alternatives?

  1. Il était un menteur, un charlatan religieux qui a intentionnellement fait de fausses affirmations.
  2. C'était un fou, quelqu'un qui était sincère, mais qui délirait.
  3. Il n’était qu’une légende, car il n’a jamais existé.

Penchons-nous sur chacun de ces alternatives.

L’hypothèse du menteur

Si Jésus était un menteur, il s'ensuit donc qu'il était un homme mauvais, car il n'est pas bien de tromper intentionnellement les gens en ce qui concerne l’identité… et surtout afin qu’ils laissent tout pour vous suivre (Luc 5, 11) et que vous les encouragiez à vous adorer (Matthieu 28, 17).

Cependant, le problème avec cette option est qu’aucune personne après avoir lu la vie du Christ ne peut le considérer comme un homme mauvais. « Le Christ dit qu'il est doux et humble », dit Lewis  « et nous le croyons ; sans remarquer que, s'il était simplement un homme, l'humilité et la douceur sont les toutes dernières caractéristiques que nous pourrions attribuer à certaines de ses paroles ».

L’hypothèse du fou

Qu'en est-il de la deuxième option ? Peut-être que Jésus, sincèrement, mais à tort, croyait être Dieu.

Après tout, beaucoup de gens prétendent être Dieu. Les asiles d'aliénés sont remplis de ce genre de personnes.

Le problème avec cette option revient au même problème que celle de dire que Jésus était un mauvais homme : son caractère. Ceux qui le connaissaient et ceux qui ont lu sur sa vie croient qu'il était sage et éclairé.

En effet, ses enseignements moraux, tel que ceux sur l'amour et même l’amour de nos ennemis, sont considérés comme des classiques et comme étant parmi les articulations les plus élevées des valeurs morales de l'histoire.

Lisez les mots de Sermon sur la Montagne dans Matthieu 5, 1-10 et demandez-vous : cela pourrait-il vraiment être les mots d'un fou ?

L’hypothèse de la légende

Certains ont prétendu que Jésus n'a jamais existé, qu'il est une simple légende, ou que, s'il a existé, que la légende s’est tellement développé autour de lui, que nous ne pouvons pas faire confiance aux documents du Nouveau Testament qui décrivent sa vie et ses enseignements.

Je vais décrire brièvement trois raisons pour lesquelles cette hypothèse n'est pas vraie :

1. La fiabilité des documents du Nouveau Testament

Le Nouveau Testament a été écrit dans la première génération après la mort du Christ, tandis que les témoins oculaires étaient encore en vie. Nous avons donc de meilleures sources pour Jésus que nous en avons pour la plupart des grandes figures de l'histoire. Nos premières biographies d'Alexandre le Grand ont été rédigées par Arrien et Plutarque 400 ans après sa mort, mais les historiens ne doutent pas qu’Alexandre le Grand a existé ou que nous ayons des connaissances de base sur sa vie.

Aussi, les documents du Nouveau Testament sont mieux attestés que tout autres ouvrages de l'antiquité. Nous avons cinq cents manuscrits qui sont antérieurs à l’an 500. Le deuxième texte le plus attesté de l’Antiquité que nous avons est le poème épique l'Iliade d' Homère, dont nous n'avons que cinquante exemplaires qui datent de moins de 500 ans de son origine. Cette abondance de manuscrits du Nouveau Testament nous permet de les vérifier les uns avec les autres et de nous assurer qu'ils ont été fidèlement transmis jusqu’à nous avec très peu de variantes. Cela signifie qu'ils communiquent de manière fiable leur message d'origine et qu’ils ne sont pas un conglomérat de légendes qui s’est construit lentement au fil du temps.

2. Les Sources extrabibliques

Vous pouvez lire sur la vie de Jésus de Nazareth, de Ponce Pilate et même Jean-Baptiste à partir de sources non bibliques de l'époque, tels que les écrits de l'historien juif Flavius Josèphe (an 37 – 100). D'autres auteurs anciens font aussi référence à Jésus et aux premières communautés chrétiennes comme le fonctionnaire romain Pline le Jeune (an 61 - 112) et les historiens romains Tacite (an 56 - 117)  et Suétone (an 69 - 122).

3. Le martyre des Apôtres

Pour dire que les apôtres ont inventé l’histoire de la vie, la mort et la résurrection de Jésus, vous devez également être prêt à dire qu'ils ont enduré une mort horriblement douloureuse, y compris en étant écorché vif, crucifié, lapidé et décapité pour ce qu'ils savaient n’être qu’un mythe.

Cela et de nombreuses autres raisons explique clairement pourquoi, selon l'éminent historien Michael Grant, « aucun savant sérieux n'a osé postuler la non-historicité de Jésus, ou tout au moins très peu, et ils n'ont pas réussi à se débarrasser de la plus forte et abondante preuve du contraire ».

Conclusion

Mais si Jésus n'était pas un menteur, ni un fou, ni un personnage légendaire, alors nous devons être prêts à accepter qu’il est ce qu'il prétend être : le Seigneur de l'univers.

« Vous devez choisir. Soit cet homme était et est le Fils de Dieu, ou alors il s’agit d’un insensé ou quelque chose de pire. Vous pouvez Le considérer comme étant un idiot, vous pouvez Lui cracher dessus et Le tuer comme un démon; ou vous pouvez vous jeter à Ses pieds et L’appeler Seigneur et Dieu. Mais il serait absurde de Le traiter avec condescendance en disant qu’Il fut un grand maître pour les hommes. Il ne nous a pas donné ce choix. Ce n’était pas son intention. » - CS Lewis , Mere Christianity

Alors, quel choix avez-vous fait ?

Cet article est une traduction personnelle de l’article « Jesus: Lord, Liar, Lunatic, or Legend? » de Matt Fradd. Vous pouvez consulter l’article original en anglais ici.

4 commentaires:

  1. Ce que vous dites est tout à fait juste. Vous oubliez seulement une option : la vie du Christ relatée dans les Évangiles a été déformée et falsifiée par les chrétiens. Cette hypothèse est un peu plus complexe à démonter, car il faut alors montrer non seulement la fiabilité des témoignages, mais aussi son caractère absurde quand on sait que les hommes qui auraient déformé les propos du Christ ont ensuite donné leur vie pour ce qu'ils savaient être un mensonge.

    Cordialement,

    RépondreEffacer
  2. Bonjour,

    L’hypothèse que vous envisagez (celle où les Apôtres auraient menti sur l’identité du Christ) a le même problème que la légende (au point 3 sur le martyre des Apôtres), où on ne voit pas de motifs à savoir pourquoi les Apôtres auraient fait une telle chose. Ils n’avaient rien à gagner en faisant ainsi. Ils ont été rejetés par les chefs religieux de leur temps, exilés, flagellés, persécutés jusqu’à la mort pour la plupart, etc. C’est un choix encore plus absurde lorsqu’on considère qu’aucun des Apôtres n’a démenti ces affirmations en allant jusqu’à la mort pour cela.

    Aussi, vous dites que les Évangiles ont été falsifiés et déformés par les chrétiens. Je me demande où vous pouvez trouver des preuves de cela. La fiabilité des textes du Nouveau Testament est plus hautement accréditée que n’importe quels textes de l’Antiquité par la critique textuelle. On parle même de fiabilité de l’ordre de 99,97% (variant selon les sources). Mais je vous laisse tout de même la chance de présenter la preuve de ce que vous avancez.

    Que Dieu vous garde,
    Miguel

    RépondreEffacer
  3. Votre raisonnement sur "Jésus Fou?" est fallacieux. Vous assimilez être convaincu à tord à la folie. Mais être croire en une chose fausse n'est pas une folie, c'est simplement une croyance religieuse.

    Jésus a grandi en Palestine romaine, dans une culture millénariste qui annonçait le retour d'un Messie qui libérerait le pays. Il y croyait, tout comme tout aztèque croyait que le soleil avait besoin de sang, et comme vous croyez à la divinité d'un prédicateur bi-millénaire. C'est du à la famille et l'éducation. Cela ne fait pas de lui un fou, juste un croyant, et pas non plus un imbécile. Il a parfaitement pu développer ses propres idées, être tombé sous le coup de l'orgueil après qu'un prédicateur (Jean le Baptiste, par exemple) lui ait déclaré être le messie. Le fait qu'il y croie ne change pas ses grandes qualités, et ne fait pas de lui un fou ou une "mauvaise personne", juste une personne convaincue par une idée religieuse. Et cela ne donne aucune vérité divine à son message.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je crois que pour le cas de Jésus, on ne peut pas plaider le fait d’être convaincu « à tort » pour expliquer ses enseignements.

      Par exemple, disons que je plonge la main dans ma poche de pantalon et que je vous dis qu’il y a une clé dans ma poche. Vous pouvez me croire ou pas. Vous pourriez donc être convaincu « à tort » si vous me croyez et qu’il n’y a rien dans ma poche. Cependant, de mon côté, je ne peux pas être convaincu « à tort », puisque je suis celui qui affirme tout en ayant une expérience directe de ce que je prétends (avoir une clé dans ma poche). Donc, je suis sois menteur (si je n’ai pas de clé) ou sincère (si j’ai vraiment une clé).

      Il en est de même pour Jésus, car Jésus a une expérience directe de ce qu’il est. S’il est Dieu, il le sait nécessairement, puisque Dieu est omniscient. On voit donc que l’option où Jésus aurait été convaincu « à tort » ne fait pas vraiment de sens, puisqu’on ne peut pas être convaincu « à tort » d’une chose dont on a directement l’expérience. Les seules options pour de tels cas sont donc d’être menteur ou fou. Menteur, si l’on affirme le contraire de ce que notre expérience nous dit ou fou si on se laisse convaincre d’une chose qu’on sait par expérience ne pas être vrai.

      Qu’est-ce que vous en pensez?

      Effacer