Les religions sont-elles la plus grande cause de guerre?

Les événements tragiques du 11 septembre 2001 ont poussé certaines personnes à penser que les religions sont une des plus grandes sources de conflit dans le monde. En se basant sur ces allégations, certains vont aller jusqu'à penser qu'il y aurait beaucoup moins de guerres dans un monde sans religions.


Afin de voir si cela fondé, examinons les statistiques au sujet de la guerre. L'encyclopédie de la guerre « Encyclopedia of Wars » de Phillips et Axelrod, a répertorié 1763 guerres qui ont eu lieu au cours de l'histoire de l'humanité. Sur ces 1763 guerres, 123 reposaient sur des motifs religieux. Ce qui donne un peu moins de 7% du nombre de guerres.

Non seulement les guerres pour des motifs religieux ne sont pas si nombreuses que le pensent certaines personnes, mais aussi, toujours selon la même encyclopédie, le nombre de personnes tuées pendant la totalité de ces 123 guerres à caractère religieux serait équivalent à 2% du nombre total des personnes tuées pendant toutes les guerres. Ce qui veut dire que les guerres « religieuses » font généralement moins de victimes que les guerres qui sont faites pour d'autres motifs.

Soyons clairs, les guerres de religion ne devraient jamais avoir lieu et chaque personne tuée pendant ces guerres est une personne de trop. Cependant, lorsqu'on entend des gens dire que la majorité des guerres disparaîtraient s'il n'y avait plus de religion, je crois que cela est faux et un peu naïf. À vrai dire, je crois que même s'ils arrivaient à éradiquer toutes les religions de la planète, tout cela aurait bien peu d'incidence sur le nombre de guerres et le nombre de victimes de la guerre. Les luttes pour les frontières territoriales, le contrôle des ressources, les conflits internes contre l'autorité en place, l'injustice sociale, toutes ces raisons sont beaucoup plus susceptibles d'engendrer la guerre que les religions.

Lorsque je regarde le XXe siècle, une idée particulièrement sanglante a été celle de sociétés qui ont tenté d'interdire les religions à s'exprimer sur la place publique. Peu de gens savent qu'il y a plus de martyrs chrétiens au XXe siècle que dans tous les siècles précédents réunis. Je le répète, la liberté religieuse est la liberté d'exprimer sa religion autant en public qu'en privé. Dans les sociétés occidentales modernes, je m'inquiète de voir que de plus en plus de gens commencent à penser que la religion doit être une affaire strictement privée et qu'elle ne devrait pas avoir de place dans la sphère publique. Il reste à espérer que cette idée demeure à jamais une idéologie marginale.

28 commentaires:

  1. Paradoxalement, ce sont ceux ayant une haine envers les religions et particulièrement envers la religion chrétienne qui ont été la cause du plus grand nombre de morts (et de guerres). Par exemple, le communisme a fait plus de 60 millions de morts. Le libéralisme (ou relativisme), par l'avortement, a tué davantage que le communisme (et ça continue).

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. bel exemple, 60M de morts....comme chiffres pour les catholiques j'ai entre 180 et 500M ...un peu plus quoi :)

      l'avortement tue ? pas selon la loi !

      Effacer
    2. Bonjour Frank,
      Ces chiffres entre 150 et 500 millions pour les catholiques sont vraiment faramineux et irréalistes. Quel est votre source?

      Effacer
  2. La religion tue aussi beaucoup en temps de paix...

    RépondreEffacer
  3. Il n'est pas facile de comprendre pourquoi les hommes se font la guerre mais il m'est impossible de comprendre comment on peut faire la guerre au nom d'une religion. Comment peut-on tenter de minimiser le nombre considérable de morts et de souffrances causés par les guerres de religion ?

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour Joël,

      En fait, les hommes peuvent se faire la guerre pour à peu près n’importe quel raison et la religion n’y échappe pas. Pour éviter les guerres, je crois que cela passe par la prière, vivre la charité au quotidien, la tolérance et l’éducation.

      Le vrai héro de la foi est celui qui se fait tuer pour ne pas renoncer à Dieu et à son amour, et non celui qui tue au nom de Dieu.

      Effacer
  4. N'importe quoi ces chiffres !! On en parle des civilisations décimées ? Du nombre de personnes tuées car elles ne voulaient pas se soumettre ? Les génocides, les meurtres, les guerres ... Les savants tués ... Le temps ne doit pas excuser les actes immondes perpétrés par les religions. Les religions ne sont que des organisations criminelles ! Se faire la guerre pour de stupides religions inventées par l'homme lui-même c'est vraiment affligeant ! Nos lointains ancêtres mettaient un caractère divin aux éléments qu'ils ne comprenaient pas comme le vent par exemple. Ensuite grâce à son égocentrisme, l'homme a représenté les dieux à son image, tout comme nous mettions la planète au centre de l'univers ... Ils seraient temps d'arrêter avec ces foutaises !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour, `
      Cette encyclopédie est un ouvrage très sérieux. Est-ce que vous l’avez lu avant de critiquer ses conclusions ou sa méthode ?

      Effacer
    2. Si vous preniez le temps d'étudier sérieusement le christianisme, vous verriez à quel point il n'a rien de commun avec les religions naturelles. L'authenticité du christianisme a été prouvée par des miracles attestés par des sources fiables et l'excellence de sa doctrine démontre son origine divine.

      Effacer
    3. mais quelles sources fiables ???? comme Moise qui sépare l'eau en deux ???? et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d'alu aussi... ????? foutaise !!!! et vous allez me dire que les étoiles dans le ciel sont les âmes de nos proches, non ? dans les églises le sang du christ c'est tout simplement un cote du rhone acheté en promo chez leclerc... arrêtez maintenant avec vos mensonges ça fait 2000 ans que cela dur !!! les Dieux de n'importe quel religion n'existe pas c'est une invention de l'homme pour ne pas avoir peur de la mort, dès que nous sommes mort, nous sommes mort, nous n'avons plus de conscience tout comme avant notre naissance, nous sommes des êtres éphémère tout comme notre planète qui disparaitra d'ici 3-4 milliards d'années !!! Nous sommes uniquement le fruit d'une combinaison chimique produit dans notre système solaire durant des millions d'années et non d'une force divine quelconque! et tant que j'y suis vive le mariage gay, l'avortement, les préservatifs, et la protection des jeunes enfants violé par les prêtres catholique. A bon entendeur

      Effacer
    4. Des sources fiables: les témoins oculaires qui ont témoigné des miracles qu'ils ont vu. Que voulez-vous de plus? C'est assez pour condamner un homme devant un tribunal, mais pas assez pour une personne à la tête bourrée de préjugés.

      Effacer
  5. Liste des meurtres commis par Dieu d'après la Bible (ancien et nouveau testament):
    Genèse 6:7 La totalité de la vie sur Terre par noyade (sauf la famille de Noé, un couple de chaque animaux et les animaux marins)
    Genèse 19 La population de Sodom et Gomorrhe brûlée (y compris les bébés innocents)
    Genèse 19:26 La femme de Lot pour avoir désobéi à Dieu.
    Genèse 38:7 Er, premier-né de Juda, était méchant aux yeux de l'Éternel; et l'Éternel le fit mourir.
    Genèse 38:10 Ce qu'il [Onan frère de Er] faisait déplut à l'Éternel qui le fit mourir, lui aussi.
    Exode 11:10 mais le Seigneur avait fait en sorte que Pharaon s’obstine ; et celui-ci ne laissa pas les fils d’Israël sortir de son pays.
    Exode 12:29 Tous les premiers nés d'Égypte. (Avec préméditation, sachant que c'est Dieu qui a forcé Pharaon à ne pas laisser partir les hébreux)
    Exode 14:28 L'armée Égyptienne noyée.
    Nombres 16:32-35 250 Israéliens, et tous les gens de Koré (pas Corée)
    Nombres 16:49 14.700 Israéliens.
    Nombres 25:9 24.000 Israéliens.
    2 Samuel 24:15 70.000 Israéliens.
    2 Rois 2:23-24 Dieu envoie deux ours pour tuer 42 garçons qui s'étaient moqués des cheveux du prophète Élisée.
    2 Rois 19:35 185.000 soldats tués par un ange.
    Actes 1:18 Judas Iscariot mystérieusement coupé en deux.
    Actes 5:1-10 Ananias et Saphira pour ne pas avoir donné tout leur argent à Saint Pierre.
    Actes 12:23 Hérode tué par un ange.

    Voir plus: http://rationalwiki.org/wiki/Examples_of_God_personally_killing_people

    Sans compter tous les passages de l'ancien testament où Dieu livre aux Israéliens leurs ennemis lors de batailles.
    N'oublions pas tous les condamnés à cause des lois dont la sentence est la peine de mort comme Dieu les avaient définies dans l'ancien testament.
    Exode 32:28 3000 israéliens tués par Moïse pour avoir fait le veau d'or.
    Nombres 15:32-36 Un homme condamné à mort pour avoir ramassé du bois le jour du Sabbat.
    Exode 22:18 Peine de mort pour un crime imaginaire: la sorcellerie. A coûté la vie à de nombreuses personnes au moyen-âge.
    Lévitique 20:13 Peine de mort pour l'homosexualité.
    Il y a dans la Bible (ancien et nouveau testament):
    Au moins 45 passages qui supportent la peine de mort pour des crimes plus ou moins stupides.
    Au moins 25 passages supportant l'esclavage.
    Au moins 15 passages sexistes envers les femmes.
    ...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Il me semble que votre liste contient des actes de natures très différentes où la seule chose que l’on peut leur trouver en commun est que quelqu’un meurt. Vous semblez aussi étiqueter tout cela sous le terme « meurtre », alors que je ne crois pas qu’aucun de ces cas ne soit un meurtre proprement dit.

      Dieu ne peut pas par nature commettre de meurtre, car il est justice, mais il peut condamner quelqu’un à mort, ou de permettre que quelqu’un meurt, car il a autorité de le faire.

      Par exemple, diriez-vous que dans un pays où est encore valide la peine de mort, que le juge commet un meurtre lorsqu’il condamne un coupable? Ou que celui qui administre la sentence commet un meurtre? Moi-même, je ne suis pas un partisan de la peine de mort, mais il faut tout de même admettre que la nature de l’acte de celui qui administre ou condamne à mort et celui qui commet un meurtre est bien différente.

      Je ne peux pas passer tous les points de votre liste un à un, mais pour bien juger ces actes, il faut bien regarder les textes dans leur contexte. Comme le dit le dicton : un texte sans contexte est un prétexte. Je prends par exemple le cas des premiers-nés d’Égypte où vous dites : « Avec préméditation, sachant que c'est Dieu qui a forcé Pharaon à ne pas laisser partir les Hébreux ». En fait si on prend la peine de lire ce qui amène à cette sentence on se rend compte que c’est d’abord le Pharaon lui-même qui a endurci son cœur à plusieurs reprises et ce n’est qu’après avoir plusieurs fois fait de même que Dieu endurcit lui aussi son cœur. Voyez vous-même la « progression » de l’endurcissement du Pharaon :

      Exode 7,13 : Le cœur de Pharaon s’endurcit, et il n’écouta point Moïse et Aaron selon ce que l’Éternel avait dit
      Exode 7, 22 : … Le cœur de Pharaon s’endurcit, et il n’écouta point Moïse et Aaron, selon ce que l’Éternel avait dit.
      Exode 8,11 : Pharaon, voyant qu’il y avait du relâche, endurcit son cœur, et il n’écouta point Moïse et Aaron, selon ce que l’Éternel avait dit.
      Exode 8, 15 : … Le cœur de Pharaon s’endurcit, et il n’écouta point Moïse et Aaron, selon ce que l’Éternel avait dit.
      Exode 8,28 : Mais Pharaon, cette fois encore, endurcit son cœur, et il ne laissa point aller le peuple.
      Exode 9,7 : Mais le cœur de Pharaon s’endurcit, et il ne laissa point aller le peuple.
      Ce n’est qu’à partir d’Exode 9, 12 (après de multiples chances laissées par Dieu, qu’on dit que : « L’Éternel endurcit le cœur de Pharaon, et Pharaon n’écouta point Moïse et Aaron, selon ce que l’Éternel avait dit à Moïse » et que la plaie de la mort des premiers-nés s’abattit sur l’Égypte. Il faut aussi dire que le Pharaon exécutait déjà tous les mâles Hébreux depuis un certain temps… nous ne parlons donc pas ici d’un enfant de chœur…

      En bref, il y a plusieurs des points qui deviennent moins scandalisant s’ils sont considérés dans leur contexte et qu’ils ne sont certainement pas des « meurtres ». Qu’en pensez-vous ?

      Effacer
    2. Vous discutez d'un problème de vocabulaire plutôt que du fond:

      1) Dieu ne peut pas tuer par nature ?
      Dieu est un être moralement parfait et bon.
      Terminer la vie de quelqu'un est moralement mauvais (qu'elle qu'en soit la raison ou le contexte).
      Dieu par nature ne peut pas commettre d'acte moralement mauvais.
      La Bible nous dit que Dieu a tué des personnes : des actes moralement mauvais (d'autant plus que Dieu aurait pu trouver d'autres solutions que la mort).
      Soit la Bible s'est trompée, soit Dieu n'est pas moralement parfait et bon.

      2) Dieu ne veut pas intervenir avec le libre arbitre ?
      Vous écrivez dans un autre poste : http://www.foicatholique.com/2016/03/probleme-mal-dieu-athee.html
      "Dieu nous donne le libre arbitre, parce-que le libre arbitre est intrinsèquement bon."
      "Le libre arbitre implique la possibilité de faire ce qui est contraire à la volonté de Dieu (ce que nous savons être le mal)."
      Nous avons donc un exemple de Dieu qui interfère avec le libre arbitre de Pharaon.
      Dans vos citations, vous avez oublié la toute première : Exode 4:21 [...] Mais moi, je ferai en sorte qu’il s’obstine, et il ne laissera pas le peuple s’en aller.
      Dieu avait donc prémédité cela depuis le début, avant même que Moïse demande à Pharaon de laisser partir les Hébreux. Si le cœur de Pharaon s'endurcit, d'après la Bible c'est Dieu qui fait en sorte que cela se fasse.
      Peut-être que, à la fin, Pharaon en avait marre de voir son peuple souffrir et qu'il était prêt à laisser partir les Hébreux, mais Dieu le prive de son libre arbitre et le force à s'obstiner une toute dernière fois.
      Pourquoi Dieu n'est-il pas intervenu dans le libre arbitre de Pharaon pour l'apaiser plutôt que d'endurcir son cœur ?
      Dieu l'a bien fait avec Saint Paul. Ce dernier utilisait sont libre arbitre pour persécuter les Chrétiens. Mais Dieu l'en a privé en lui apparaissant, il a ensuite décidé de devenir lui-même Chrétien.
      Si un des plus grands persécuteurs a pu se convertir, peut-être que Pharaon aurait pu s'apaiser si Dieu ne l'avait pas forcé à s'obstiner et lui était apparu.

      3) Ce n'est pas un meurtre ?
      Lorsque Pharaon s'obstinait à ne pas laisser partir les Hébreux. Qu'aurait pu faire Dieu ?
      Il aurait pu dire aux Hébreux de partir et aurait pu empêcher les Égyptiens de les suivre. Ça n'aurait coûté la vie à personne et évité les plaies qui ont causé tant de souffrances aux Égyptiens.
      Au pire, au lieu de tuer tous les premiers nés d'Égypte, il aurait pu uniquement tuer Pharaon et ses successeurs s'ils s'étaient également obstinés.
      Dans les premiers nés, il y avait certainement des bébés innocents qui ne sont en aucun cas responsables des actes de Pharaon. Pour moi, tuer un innocent s'appelle un meurtre.
      De plus, condamner quelqu'un à mort pour les crimes d'un autre est un acte moralement mauvais.
      Dieu aurait également pu empêcher l'armée égyptienne de rentrer dans le passage formé par la séparation des eaux.
      Au lieu de cela, il a préféré les laisser faire et les tuer d'une des manières les plus douloureuses qui soient : par noyade.
      C'est ce qu'on appelle un meurtre de masse avec préméditation: https://fr.wikipedia.org/wiki/Assassinat

      4) La peine de mort
      Vous écrivez : "Moi-même, je ne suis pas un partisan de la peine de mort".
      Je suppose que vous considérez cet acte comme moralement mauvais.
      C'est un point sur lequel je suis d'accord avec vous.
      Cependant, Dieu semble n'avoir aucun soucis à en user. La plupart de ses 10 commandements sont d'ailleurs passibles de la peine de mort.
      Serions-nous moralement supérieurs à Dieu sur ce point ?

      Effacer
    3. Bonjour

      Le fait d’ôter la vie n’est pas quelque chose d’intrinsèquement mauvais. Il peut y avoir des raisons où cela est permis. Par exemple, lors de l’exécution d’une sentence, pendant les guerres, etc. Mais c’est certain que ces exemples sont tout de même des tragédies et elles sont les conséquences d’autres maux. Ce n’est pas quelque chose qu’on devrait vouloir rechercher. Il s’agit toujours de la notion morale du double-effet, où pour permettre un plus grand bien, on peut accepter un effet mauvais, si cela respecte certaines conditions pour qu’un tel acte demeure bon. Lorsque Dieu punit quelqu’un de mort, ce n’est pas que Dieu veut tuer quelqu’un par malice comme le fait un meurtrier. Le juge qui condamne un tueur en série à la chaise électrique n’est pas un meurtrier ni celui qui met le courant sur la chaise, même si de fait il « ôte » une vie. Cependant, je suis d’accord que la peine de mort dans des pays « développés » comme le Canada ou la France n’a pas de raison d’être, car il est relativement facile d’écarter les criminels dangereux de la société sans trop de risque qu’ils s’évadent sans avoir nécessairement à les mettre à mort. Cependant, cela n’était pas nécessairement le cas il y a quelques siècles.

      En fait, Dieu savait bien avant que Moïse n'aille voir le pharaon qu’il s’endurcirait. Le passage que vous citez (Exode 4, 21) est celui où il explique à Moïse comment tout cela se terminera. Dieu sait tout, car il est hors du temps (transcendant). Cependant, le fait de savoir ne veut pas dire que le pharaon n’a pas été libre de ses choix. Le libre arbitre n’est pas incompatible avec l’omniscience de Dieu. Dieu connaissait mieux que personne le cœur de Pharaon. Pharaon s’est endurcie et cœur et Dieu savaient qu’il ne changerait pas d’idée. Un peu comme nous dans cette vie où nous pouvons exercer notre libre arbitre pour choisir ou rejeter Dieu … ensuite viendra le jugement où Dieu ne fera que porter nos choix à leur aboutissement, comme pour Pharaon.

      On ne peut pas juger de Dieu de la même façon que l’on juge une personne humaine, car il est souverain et tout lui appartient. De plus, vous ne pouvez pas savoir comment Dieu a traité ces gens qui ont été punis à cause des péchés d’un autre. La mort n’est pas la fin de tout, car il y a la vie éternelle. Il est possible que ces innocents aient été compensés dans la vie éternelle. Ce n’est pas quelque chose que vous pouvons savoir. On ne peut juger à savoir si Dieu aurait pu faire telle ou telle chose. On ne dispose pas d’assez d’information pour évaluer tout ça et même si on en avait beaucoup, comment pourrait-on prétendre avoir pris une meilleure décision que Dieu.

      Effacer
    4. [§1/3] Je suis d'accord avec vous, ôter la vie n'est pas toujours mauvais. Dans certains cas, c'est même nécessaire.
      Je pense que c'est autorisé lorsque le mal engendré par cet acte est très largement inférieur au bonheur et à la diminution de souffrance engendré par ce même acte.
      Par exemple: quelqu'un qui souffre d'une maladie/blessure dont personne n'a jamais survécu et qui le fait souffrir, devrait avoir le droit de mourir si elle le veut. Afin d'apaiser ses souffrances.
      Une jeune fille tombée enceinte sans en avoir l'envie, doit avoir la possibilité d'arrêter la grossesse (jusqu'à une certaine date). Ça lui permet de se consacrer sur ses études afin d'avoir une situation confortable pour élever des enfants dans de bonnes conditions quand elle le souhaitera.
      Ce sont deux cas de maux qui sont acceptables car ils entraînent des plus grands biens.

      Dans le cas de la peine de mort, quand il est possible de mettre le condamné à l'écart de la société, ceci est a privilégié. Car le bien généré par l'exécution n'est pas suffisant pour contrebalancer la souffrance engendré par la mort du condamné (à sa famille par exemple).
      Dieu n'avait-il pas d'autre choix que de tuer les premiers nés Égyptiens ? Cet acte a augmenté la souffrance des familles des victimes Égyptiennes, supérieur à la diminution des souffrances chez les Hébreux.
      Dieu étant tout puissant, il a accès à des moyens que nous n'avons toujours pas aujourd'hui. Il y a tout un tas de choses qui me viennent à l'esprit et qui aurait évité la mort de ces innocents. Même l'exécution de Pharaon aurait été moins immorale.

      Dans un autre post (http://www.foicatholique.com/2016/03/probleme-mal-dieu-athee.html) vous affirmez l'existence d'une morale objective. Je ne suis pas d'accord, mais dans la suite de mon raisonnement je vais partir du principe que c'est vrai.
      Quelque chose d'objective est valable quelque soit l'observateur. Cette morale est donc valable pour nous les Hommes au même niveau que pour Dieu.
      Nous conviendrons que tuer des innocents est objectivement moralement mauvais.
      On peut donc en conclure que Dieu a commis un acte objectivement mauvais et contre sa nature en exécutant les premiers nés d'Égypte pour les crimes commis par Pharaon.
      Il ne s'agit pas d'une sentence qui serait la punition d'un crime commis par la personne exécutée.
      C'est comme si, après la seconde guerre mondiale, les juges avaient décidé de tuer tous les premiers nés Allemand pour les punir des camps de concentration.
      Quel genre de juge appliquerait ce genre de peine ? Un dictateur peut-être.

      Si on ne peut pas juger Dieu par les même lois morales que nous jugeons les Hommes, c'est que ces lois ne sont pas objectives.

      Effacer
    5. [§2/3] Ensuite, je pense que vous vous trompez dans votre interprétation du passage Exode 4:21. Relisez le passage en question : http://aelf.org/bible-liturgie/Ex/Livre+de+l%27Exode/chapitre/4
      Exode 4:21 Le Seigneur dit à Moïse : "Sur le chemin du retour vers l’Égypte, songe aux prodiges que j’ai mis en ta main. Tu les accompliras devant Pharaon. Mais moi, je ferai en sorte qu’il s’obstine, et il ne laissera pas le peuple s’en aller."
      À aucun moment Dieu dit que Pharaon va d'abord s'obstiner tout seul. Il ne dit pas non plus qu'il n'interviendra qu'à la fin pour endurcir le cœur de Pharaon. Il dit simplement que quand Moïse accomplira les miracles devant Pharaon, il fera "en sorte qu'il s'obstine".
      Dieu ne dit pas : "Pharaon ne laissera pas le peuple s’en aller puis je ferai en sorte qu’il s’obstine"

      Mais ce n'est pas la seule indication que votre interprétation est fausse.
      Dieu confirme avoir endurcie son cœur avant de tuer les premiers nés:
      Exode 10:1 Le Seigneur dit à Moïse : "[...] c’est moi qui l’ai rendu entêté"
      Cette phrase est au passé et est dite avant Exode 11:10 (où Dieu endurci le cœur de pharaon une dernière fois avant de tuer les premiers nés d'Égypte).

      Vous vous demandez peut-être quel motif Dieu aurait à entêter pharaon ?
      Il l'explique lui-même dans le verset d'après :
      Exode 10:1-2 "[...] afin d’accomplir mes signes au milieu d’eux, et afin que tu puisses raconter à ton fils et au fils de ton fils comment je me suis joué des Égyptiens et quels signes j’ai accomplis parmi eux. Alors, vous saurez que je suis le Seigneur."

      Pourquoi Dieu utilise-t-il le meurtre et intervient-il dans le libre arbitre de Pharaon pour montrer aux Hébreux qu'il est "le Seigneur" ?
      N'avait-il pas d'autres moyens de parvenir à ses fins ?

      Effacer
    6. [§3/3] Après avoir lu ceci, vous êtes probablement déjà choqué par l'immoralité des actions faites par Dieu, sachez que ce n'est pas encore fini.
      Pharaon laisse donc enfin partir les Hébreux, ils sont maintenant sains, saufs et libres. Et les Égyptiens pleurent leurs enfants tués par Dieu. Mais Dieu décide à nouveau d'influencer le libre arbitre de Pharaon:
      Exode 14:4 Alors, je [Dieu] ferai en sorte que Pharaon s’obstine, et il les poursuivra. Mais je me glorifierai aux dépens de Pharaon et de toute son armée, et les Égyptiens reconnaîtront que je suis le Seigneur.
      Exode 14:8 Le Seigneur fit en sorte que s’obstine Pharaon, roi d’Égypte, qui se lança à la poursuite des fils d’Israël
      Exode 14:17-18 Et moi, je ferai en sorte que les Égyptiens s’obstinent : ils y entreront derrière eux ; je me glorifierai aux dépens de Pharaon et de toute son armée, de ses chars et de ses guerriers. Les Égyptiens sauront que je suis le Seigneur, quand je me serai glorifié aux dépens de Pharaon, de ses chars et de ses guerriers. »
      Exode 14:24-28 Aux dernières heures de la nuit, le Seigneur observa, depuis la colonne de feu et de nuée, l’armée des Égyptiens, et il la frappa de panique. Il faussa les roues de leurs chars, et ils eurent beaucoup de peine à les conduire. [...] Le Seigneur dit à Moïse : « Étends le bras sur la mer : que les eaux reviennent sur les Égyptiens, leurs chars et leurs guerriers ! » [...] Les eaux refluèrent et recouvrirent les chars et les guerriers, toute l’armée de Pharaon qui était entrée dans la mer à la poursuite d’Israël. Il n’en resta pas un seul.

      Était-il nécessaire pour Dieu de forcer Pharaon à envoyer son armée, dans le but de le tuer, lui et tous ses soldats ?
      Était-il nécessaire d'utiliser une méthode d'exécution aussi douloureuse que la noyade ?

      Tout cela pour qu'au final les Israéliens chantent la gloire de Dieu:
      Exode 14:31 Israël vit avec quelle main puissante le Seigneur avait agi contre l’Égypte. Le peuple craignit le Seigneur, il mit sa foi dans le Seigneur et dans son serviteur Moïse.
      Exode 15:1-3 Alors Moïse et les fils d’Israël chantèrent ce cantique au Seigneur : « Je chanterai pour le Seigneur ! Éclatante est sa gloire : il a jeté dans la mer cheval et cavalier ! [...] Le Seigneur est le guerrier des combats ; son nom est « Le Seigneur ».

      Effacer
  6. Bonjour,

    Les deux exemples que vous donnez (l’avortement et l’euthanasie) ne sont pas moralement permissibles selon les règles pour qu’un acte causant un double-effet demeure moral. En fait, votre analyse semble plutôt promouvoir le fait que la fin justifie les moyens, ce qui est en fait un mauvais principe de morale. Voici en résumé les 4 règles en question qui peuvent admettre un effet mauvais non souhaité en vue d’un bien :
    1- Que l’acte soit en lui-même bon ou du moins moralement indifférent
    2- Que l’intention porte directement sur l’effet bon, non sur l’effet mauvais
    3- Que l’effet mauvais soit conséquent ou du moins concomitant à l’effet bon
    4- Qu’il y ait une raison proportionnée d’agir ainsi, malgré l’effet mauvais


    Sur les lois morales, vous dites « Si on ne peut pas juger Dieu par les mêmes lois morales que nous jugeons les Hommes, c'est que ces lois ne sont pas objectives. ». Je crois qu’il faut faire une distinction entre les lois morales objectives et le jugement d’une personne qui peut tenir compte d’une part de subjectivité (comme par exemple les circonstances atténuantes, l’immaturité, etc.). Il me semble qu’on n’a donc pas besoin de rejeter l’existence de lois morales objectives pour pouvoir juger de la culpabilité d’une personne différemment selon les situations.

    Je crois qu’il faut aussi faire une distinction entre les devoirs moraux qui sont différents entre Dieu et les hommes. Dieu détenant autorité sur toute la création peut en user comme il veut. On dit que les « hommes jouent à Dieu » lorsqu’ils créé ou termine la vie des gens, mais Dieu a bien le droit de jouer à lui-même (à Dieu). Si je roule à 100 km/h dans une zone de 50 km/h, un policier peut rouler à 130 km/h pour me rattraper et me donner une contravention. Cela ne veut pas dire que la règle n’est pas objective, mais simplement qu’un policier en fonction et qui a autorité sur ces règles de sécurité routière a le droit de faire quelque chose qu’une personne qui ne détient pas cette autorité ne peut pas.

    Vous voyez maintenant peut-être un peu pourquoi si les juges avaient décidé de tuer tous les premiers-nés allemands pour les punir des camps de concentration, alors ils auraient vraiment été de mauvais et méchants juges, car n’ayant pas autorité sur la vie, ces gens en auraient tout de même décidé de même. En ce qui nous concerne, tout est grâce, même notre propre vie. Nous n’avons rien fait pour la mériter. C’est un don gratuit de Dieu. C’est en fait la même raison pour laquelle on ne peut pas permettre qu’une personne se suicide, puisqu’un homme n’a pas autorité sur sa propre vie, cela appartient à Dieu seul.

    RépondreEffacer
  7. Avoir la foi, c’est croire que Dieu a pris la meilleure décision possible. En fait, Dieu ne peut pas agir contre sa nature qui est bienveillante. Nous ne devons pas tenter de tout juger à notre mesure et nous ne pouvons juger à la mesure de Dieu. Comme la vie terrestre n’est rien à comparer à l’éternité, Dieu peut avoir récompensé ses enfants morts à cause de pharaon dans l’éternité d’une façon que nous ne pouvons pas imaginer.

    Certainement, la question la plus embêtante de votre réponse est de me demander si Dieu n’avait pas d’autres moyens de parvenir à ses fins. À cette question je ne peux pas vraiment répondre pour Dieu. Je ne prétends pas pouvoir me faire le juge d’une action divine en me basant sur quelques lignes de textes… En fait je n’ai pas vraiment à le faire non plus, car pour réfuter votre argument qui se sert de cela pour prouver que le Dieu de la Bible est injuste, il n’y a qu’à prouver que ce qui s’est passé puisse être compatible avec la justice de Dieu, ce que je crois avoir fait plus haut.

    Pour ce qui est de l’endurcissement du cœur du pharaon, cet aspect mériterait un traitement plus long que je pourrai peut-être faire dans un article ultérieur, mais puisqu’on dirait que nous en sommes à compter les versets, j’aimerais vous présenter les conclusions d’une étude de Christopher Wright dans son livre « Knowing God the Father Through the Old Testament» à ce sujet :

    « Le pharaon a endurci son cœur à huit reprises avant que nous puissions y lire à nouveau l’implication de Dieu. En d’autres mots, la séquence est clairement celle d’un endurcissement de la part du pharaon face aux requêtes de Moïse et de celles de ses propres conseillers. En tout et partout, nous pouvons y lire que le pharaon a endurci son propre cœur à 12 reprises et que Dieu l’a fait à 6 reprises et de ces 6 reprises, 5 d’entre elles ont eu lieu vers la fin du récit alors que la résistance du pharaon était devenue irréversible.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. [§1/3] J'ai vérifié le nombre de versets, voici ce que j'ai pu trouver dans la traduction catholique française officielle : http://aelf.org/bible-liturgie/Ex/Livre+de+l%27Exode/chapitre/4

      Versets concernant le cœur de pharaon dans le livre de l'Exode.
      -> 4:21 Le Seigneur dit à Moïse : « Sur le chemin du retour vers l’Égypte, songe aux prodiges que j’ai mis en ta main. Tu les accompliras devant Pharaon. Mais moi, je ferai en sorte qu’il s’obstine, et il ne laissera pas le peuple s’en aller.
      -> 7:3 Mais moi, je rendrai le cœur de Pharaon inflexible ; je multiplierai mes signes et mes prodiges dans le pays d’Égypte, mais Pharaon ne vous écoutera pas.
      7:13 Cependant, Pharaon s’obstina ; il n’écouta pas Moïse et Aaron, ainsi que l’avait annoncé le Seigneur.
      7:22 Mais les magiciens d’Égypte en firent autant avec leurs sortilèges, et Pharaon s’obstina ; il n’écouta pas Moïse et Aaron, ainsi que l’avait annoncé le Seigneur.
      8:11 Pharaon vit qu’il y avait un répit ; il s’entêta ; il n’écouta pas Moïse et Aaron, ainsi que l’avait annoncé le Seigneur.
      8:15 Les magiciens dirent alors à Pharaon : « C’est le doigt de Dieu ! » Mais Pharaon s’obstina ; il n’écouta pas Moïse et Aaron, ainsi que l’avait annoncé le Seigneur.
      8:28 Une fois encore, Pharaon s’entêta et ne laissa pas le peuple partir.
      9:7 Pharaon s’informa, et voici : pas une seule bête des troupeaux d’Israël n’avait péri. Mais Pharaon s’entêta et il ne laissa pas le peuple partir.
      -> 9:12 Le Seigneur fit en sorte que Pharaon s’obstine ; et celui-ci n’écouta pas Moïse et Aaron, ainsi que l’avait annoncé le Seigneur.
      9:34 Pharaon, voyant que la pluie, la grêle et le tonnerre avaient cessé, persévéra dans son péché ; lui et ses serviteurs s’entêtèrent.
      -> 10:1 Le Seigneur dit à Moïse : « Rends-toi chez Pharaon, car c’est moi qui l’ai rendu entêté, lui et ses serviteurs, afin d’accomplir mes signes au milieu d’eux,
      ->10:20 Mais le Seigneur fit en sorte que Pharaon s’obstine ; et celui-ci ne laissa pas partir les fils d’Israël.
      ->10:27 Mais le Seigneur fit en sorte que Pharaon s’obstine ; et celui-ci ne voulut pas les laisser partir.
      ->11:10 Moïse et Aaron avaient accompli toutes sortes de prodiges devant Pharaon ; mais le Seigneur avait fait en sorte que Pharaon s’obstine ; et celui-ci ne laissa pas les fils d’Israël sortir de son pays.
      -> 14:4 Alors, je ferai en sorte que Pharaon s’obstine, et il les poursuivra. Mais je me glorifierai aux dépens de Pharaon et de toute son armée, et les Égyptiens reconnaîtront que je suis le Seigneur. » Les fils d’Israël firent ainsi.
      -> 14:17 Et moi, je ferai en sorte que les Égyptiens s’obstinent : ils y entreront derrière eux ; je me glorifierai aux dépens de Pharaon et de toute son armée, de ses chars et de ses guerriers.

      Il y a donc 7 passages où Pharaon s'obstine et 6 où c'est Dieu qui endurci le cœur de Pharaon.

      7:13 ; 7:22 ; 8:11 ; 8:15 ; "ainsi que l'avait annoncé le Seigneur" => Le seigneur avait annoncé (4:21 ; 7:3) qu'il ferai en sorte que Pharaon s'obstine. Dieu n'a pas annoncé que Pharaon s'obstinerait tout seul : "je rendrai le cœur de Pharaon inflexible".
      9:34 ne dit pas que Dieu est directement responsable de l'entêtement de Pharaon, pourtant, dans le verset d'après (10:1) Dieu affirme avoir rendu pharaon entêté. (lui et ses serviteurs)

      Au final il ne restent que 8:28 et 9:7 où il semble que Pharaon s'obstine tout seul.
      Ce qui ne fait 2 passages (dans le milieu) où Pharaon d'obstine et 11 passages où Dieu endurcit le cœur de Pharaon.
      Cependant, la cohérence du récit voudrait que ce soit Dieu qui ait fait en sorte que Pharaon s'obstine dans ces cas là également.

      Mais, quand bien même vous auriez raison, cela ne justifie pas les actions de Dieu immorales à nos yeux (endurcir le cœur de Pharaon aux moments où il était prêt à laisser partir les Hébreux, le meurtre d'innocents, ...). Seule la foi peut justifier cela.

      Effacer
    2. [§2/3] Je ne vois pas en quoi l'euthanasie et l'avortement vont à l'encontre de vos quatre règles. Il me semble que ces deux actes répondent à toutes. Pouvez-vous développer ? Vous dîtes dans un précédent message que tuer est permis "lors de l’exécution d’une sentence, pendant les guerres". En quoi, ces cas là répondent-ils à vos 4 règles ?
      En quoi le comportement de Dieu répond-il à ces règles ?
      Ensuite, d'où viennent ces 4 règles ? Sont-ce des règles morales objectives ou bien votre opinion ?

      Toute action que nous faisons a un but. Chaque fois que nous prenons une décision, nous employons des moyens pour arriver à une fin. Par exemple, si vous voulez manger de la viande, vous devez tuer un animal.
      Mais tous les moyens d'arriver à une fin ne sont pas égaux. Ce que je dis dans mon précédent commentaire, c'est que si le moyen provoque de la souffrance inutile (qui n'est pas nécessaire pour arriver à une fin qui compense cette souffrance), alors cet acte est immoral.
      Comme par exemple, faire souffrir l'animal avant de le tuer serait immoral. Le tuer sans souffrance serait acceptable.
      Dans le cas de l'euthanasie et de l'avortement, peu de souffrance est généré par le moyen, et une diminution des souffrances apparaît à la fin. Selon cette définition, on peut dire qu'il s'agit d'un acte moral. Selon cette définition, il devient même immoral de ne pas pratiquer l'euthanasie dans certaines conditions: la personne souffre beaucoup, n'a aucune chance de survie et le demande.

      La fin justifie les moyen est un principe que nous appliquons tous les jours. Jusqu'à aujourd'hui, l'humanité s'est très bien débrouillée avec.
      C'est exactement ce principe qui autorise les policiers à rouler à 130 km/h là où c'est interdit pour rattraper un chauffard.
      L'acte est contre la loi, mais est autorisé car la finalité est d'empêcher un chauffard de tuer quelqu'un.
      Les policiers le font en respectant des règles bien précises et connues de tous (gyrophare, sirène, en évitant au maximum de mettre en danger la vie d'autrui, ...). Le jour où un policier ne respect pas ces règles, il est puni proportionnellement à la gravité de ses actes.
      Quand vous écrivez que Dieu récompense les innocents qu'il a tué avec l'éternité. N'est-ce pas également "la fin justifie les moyens" ?

      Vous dîtes qu'un acte est immoral indépendamment des circonstances atténuantes. Tuer des innocents est immoral indépendamment des circonstances atténuantes. Même si Dieu en avait, ça ne changerait pas le fait qu'il a commis un acte immoral. Ça n'a aucun lien avec le jugement. Pensez-vous que tuer des innocents n'est pas un acte objectivement immoral ?
      Vous écrivez qu'il est autorisé à faire des actes immoraux car il a autorité et que la fin justifie les moyens, ce qui rend son acte moral.
      Kim Jung-un a autorité sur les habitants de Corée du Nord, quand il envoie quelqu'un en prison pour l'avoir critiqué, il est tout à fait dans le respect des lois qu'il a définies. Pourtant, cet acte est considéré comme immoral par la plupart des humains.
      Pour le cas des premiers nés Allemand, on peut faire une analogie en disant que les juges prononcent une sentence pour laquelle ils auraient autorité. Par exemple, les mettre en prison ou autre. Le fait qu'ils aient autorité sur leur liberté ne rend pas cet acte moral. Il est immoral de mettre des innocents en prison pour le crime d'autres personnes. L'autorité de Dieu ne justifie pas l'immoralité de ses actes.
      Tout comme en Corée du Nord, si celui qui détermine les lois morales est un être de nature maléfique, il donnera des lois morales subjectivement bonnes pour lui, mais potentiellement mauvaises pour nous.
      Sur quels éléments vous basez-vous pour déterminer que la nature de Dieu est bienveillante ? La foi uniquement ?

      Effacer
    3. [§3/3] La plupart des citoyens de Corée du Nord ont la foi en leur souverain suprême. Ils pensent qu'il est un sur-homme doué de capacités hors du commun. Ils pensent que c'est la personne la plus juste au monde, un sauveur qui les protège de l'oppression Américaine.
      Bien évidemment, c'est un dictateur qui fait subir un lavage de cerveau constant à ses citoyens. Il arrive à leur faire croire qu'il est bon, alors que quand on l'observe de l'extérieur, on s'aperçoit qu'il est en réalité un des êtres les plus abominables qui existent sur Terre.

      Il est tout à fait possible d'imaginer que Dieu ferait la même chose avec nous. On nous rabâche depuis notre naissance que Dieu est bon. Alors que quand on regarde les preuves de cette bonté, on s'aperçoit qu'elles sont très infimes, voire inexistantes. Comme dans le cas de la Corée du Nord. Le monde dans lequel nous nous trouvons est rempli de mal physique, qui n'est pas du tout adapté au bonheur des êtres qui y habitent.
      Il est possible que Dieu ait menti quand il a inspiré la Bible. Il est possible que Dieu se satisfasse de notre malheur. Il est possible que la vie après la mort soit un mensonge de Dieu dans le but de nous donner un espoir. Il est possible que Dieu n'existe pas et que tout ça ait été inventé il y a plusieurs siècles par des gens qui ne connaissaient rien à la science dans le but de contrôler les foules. Comme ça a été le cas pour les milliers de religions à travers l'histoire de l'humanité.

      Avec votre foi, quoi que Dieu fasse, vous penserez toujours qu'il fait une bonne action: comme par exemple noyer la totalité de la vie sur Terre. Donc quand Dieu nous demande de tuer quelqu'un, il est immoral de ne pas le faire par définition. C'est ce genre de raisonnement qui permet d'inciter des personnes morales à faire des actes immoraux au nom de Dieu tout en pensant faire le bien.

      Les croyants refusent de croire que Dieu n'existe pas parce-que il n'est pas possible de prouver qu'il n'existe pas. Ça s'appelle l'inversion de la charge de la preuve. C'est une argumentation malhonnête.
      Aujourd'hui, je vais user de la même méthode en vous demandant de me prouver que Dieu n'est pas immoral.
      Quoi que vos arguments soient, je trouverai toujours une explication qui montrera que Dieu est immoral. Et quand vous trouverez un argument valable, que je n'arriverai pas à expliquer, je vous dirai que Dieu est mystérieux et qu'on ne peut pas comprendre sa méchanceté. Ainsi, votre argument sera ignoré et mis de côté.
      Et tant que vous ne m'aurez pas prouvé que Dieu n'est pas immoral, je continuerai librement d'affirmer qu'il l'est.
      Vous comprenez qu'une telle argumentation n'est pas honnête, pourtant vous n'hésitez pas à l'utiliser à chaque fois qu'on vous présente un argument qui va à l'encontre de la vision que vous avez de Dieu.
      Montrez-moi que j'ai tort en me proposant un protocol de test qui pourrait montrer que Dieu n'existe pas en cas d'échec du test. En cas de réussite du test, je serai plus enclin à croire en son existence.

      Effacer
    4. Bonjour, je pourrais revenir sur l’histoire de pharaon et des règles morales du double-effets, mais je commence à croire que vous n’êtes pas vraiment disposé à les recevoir. Pardonnez-moi si je me trompe, mais après une phrase comme « Quoi que vos arguments soient, je trouverai toujours une explication qui montrera que Dieu est immoral », vous comprenez qu’on puisse commencer à douter. Je veux bien discuter avec des gens qui sont en recherche sincère, mais je n’aime pas vraiment m’obstiner avec des gens qui ne veulent absolument pas croire.

      Je vais néanmoins tenter de vous donner quelques pistes au cas où je me tromperais sur vos intentions. Si vous chercher des pistes qui pourrait vous mener à croire en l’existence de Dieu, c’est ce que vous auriez dû demander dès le départ et, idéalement, sur un article qui avait cela comme sujet… la discussion aurait été plus précise et peut-être plus facile.

      Vous semblez préoccupé par le fait de prouver que Dieu n’existe pas. Pour vous aider un peu, je crois qu’il y a deux façons d’y parvenir qui soient rigoureuses :

      1) De prouver que le concept même de Dieu est impossible, en y démontrant une contradiction interne (en opposant par exemple deux attributs de Dieu)

      2) De démontrer l’incompatibilité de l’existence de Dieu avec un autre fait constaté dans le monde (comme par exemple la présence de souffrance dans le monde)

      Ce sont à mon avis les deux meilleures façons. Plusieurs ont essayé de le faire au cours de l’histoire, mais personne n’a jusqu’à présent réussi à démontrer l’une de ces deux positions. Les penseurs chrétiens sont toujours parvenus les réfuter en démontrant leurs possibilités de comptabilité. Ce qui fait qu’il y a peu d’athées aujourd’hui qui prétendent pouvoir prouver que Dieu n'existe pas. Les athées se contentent généralement de tenter de réfuter les preuves avancées par les théistes ou de recourir à la pensée des « maîtres du soupçon » (comme Marx, Freud, Nietzsche) qui consiste plutôt à expliquer d’où pourrait venir la foi en supposant que Dieu n’existe pas… Je compte justement faire un petit article sur ce sujet bientôt, si vous voulez patientez un peu…

      De plus, il y a de bonnes raisons de croire que Dieu existe. C’est par là je crois qu’il faut commencer pour découvrir si oui ou non Dieu existe. Si cela vous intéresse, j’ai lu récemment un bon livre qui est très bien pour ceux désirant se lancer dans cette démarche. Il s’agit d’une démarche purement philosophique, qui ne fait pas appel à la Bible ou à quelconque révélation. C’est un livre qui devrait vous intéresser si vous aimez réfléchir à la question de l’existence de Dieu. Il s’agit du livre « Dieu existe : Arguments philosophiques (La nuit surveillée) » de Frédéric Guillaud (http://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/8603/dieu-existe). Je suis disponible pour échanger avec vous sur des éléments de ce livre si vous le souhaitez.

      Que Dieu vous guide

      Effacer
    5. Je m'aperçois de mon erreur en voyant votre interprétation de ma phrase. J'aurais dû utiliser le conditionnel plutôt que le futur dans ce passage.
      Mon idée était de vous montrer ce que je ressentais en discutant avec vous. D'après votre commentaire, il semble que c'est réussi, mais je ne pensais pas que vous alliez prendre cette phrase à la lettre.
      Vous n'acceptiez pas mes arguments et essayiez de les réfuter d'une manière qui ne me semblait pas correcte. Je voulais donc vous donner un exemple de raisonnement que j'aurais pu utiliser qui aurait été similaire au vôtre.
      À aucun moment, je n'ai eu l'intention d'affirmer que Dieu était immoral. Je voulais juste pointer du doigt des contradictions de la Bible.
      Je crois qu'il y a eu un malentendu à cause d'une mauvaise formulation de ma part, j'en suis désolé.

      Sur une échelle de 0 à 100%, j'estime mon acceptation de l'affirmation de l'existence de Dieu à 5%. (0% = je ne crois pas que Dieu existe / 100% = je suis absolument certain que Dieu existe)
      Je suis prêt à faire remonter ce pourcentage, mais il va me falloir plus d'indices. En l'absence de suffisamment d'indices, pensez-vous qu'il est raisonnable d'aller plus haut que 5% ?
      À quel pourcentage vous trouvez-vous sur la croyance au Dieu de la Bible ?

      5% ça fait 1 chance sur 20.
      Je ne parie jamais d'argent à moins d'être certain de gagner. Comment pourrais-je parier quelque chose d'encore plus important (la vie éternelle si elle est vraie) avec 1 chance sur 20 de me tromper ?
      Le seul moyen pour moi d'augmenter les chances d'avoir raison est de prouver du mieux que je peux que Dieu n'existe pas. Ou de prouver du mieux que je peux que Dieu existe.
      C'est en discutant avec des gens ayant différents arguments que mon pourcentage varie et me rapproche toujours plus de la vérité (je l'espère).

      Je vous remercie pour vos pistes pour prouver que Dieu n'existe pas.
      Si quelqu'un arrivait un jour à prouver d'une de ces manières que Dieu n'existait pas, continueriez vous à croire en Dieu ?

      Je ne pense pas avoir le courage de lire un livre de philosophie, pourriez-vous me donner le meilleur argument que ce livre donne pour l'existence de Dieu ?
      S'il me semble valable, peut-être vais-je considérer lire ce livre.
      J'attends votre article avec impatience, je serais intéressé de savoir d'où vous vient votre foi.
      Vous dîtes avoir de bonnes raisons de croire en Jésus, quelles-sont les raisons qui ont démarré votre foi ?

      Effacer
    6. Bonjour,

      J’accepte vos excuses et pardonnez-moi si je me suis montré trop « littéral » en interprétant vos paroles. Vous dites que vous êtes environ à 5% dans votre indice de croyance en Dieu, alors je crois que vous ne pouvez qu’augmenter cela en découvrant de nouveaux indices de l’existence de Dieu.

      Pour ma part, je trouve cela assez difficile à chiffrer, mais disons que je suis très convaincu de l’existence de Dieu et de la résurrection de Jésus-Christ. Pour ce qui est de ma petite histoire, je suis revenu au Christ suite à une période de questionnement durant mon adolescence, après quelques années de recherches et de discussions avec des gens de différentes religions. Je m’intéresse à l’apologétique chrétienne depuis maintenant près d’une 20e d’années.

      Pour ce qui est de prouver l’inexistence de Dieu, si vous prétendez pouvoir le prouver, il y a surement des dizaines de groupes athées qui attendent avec impatience qu’on leur fournisse ce genre de démonstration.

      Au sujet du livre que je vous ai proposé, il commence par un l’argument de la cause première et celui de la contingence. Ce sont des arguments classiques pour l’existence de Dieu qui sont toujours très valides aujourd’hui, même s’ils sont trop souvent mal compris et mal défendus. Ils font appel à la métaphysique (et donc à la philosophie). Il y a aussi d’autres types d’arguments qui sont abordés comme celui du kalam et celui de l’ordre du monde. La force du livre réside aussi dans le fait qu’il aborde plusieurs objections couramment rencontrées dans ce genre de discussion. Ce livre mérite certainement votre attention même si à première vue ces arguments vous semblent peu convaincants… et SURTOUT s’ils ne vous semblent pas convaincants.

      Concernant votre remarque : « Je ne pense pas avoir le courage de lire un livre de philosophie », cela est bien dommage, car je ne pense pas qu’on puisse prétendre pouvoir comprendre ou même discuter des preuves de l’existence de Dieu, si on n’a pas un minimum de connaissance du vocabulaire et de l’usage philosophique. Mon intérêt pour la philosophie a moi-même débuté en m’intéressant à la question de l’existence de Dieu et ce n’est que par la suite que j’ai eu la « piqure » de la philosophie.

      Bonne recherche et que Dieu vous guide,
      Miguel

      Effacer
  8. Personnellement, je ne suis pas croyant, mais je trouve que l'on attribue àaux religions (ou à d'autres idéologies) des guerres, des morts, des victimes en général qui ne sont pas la conséquence des religions elles-mêmes, mais d'un déviationnisme qui en a été fait à des fins d'intérêt politique ou autre en prenant les religions ou idéologies comme prétexte.
    Je voudrais bien savoir lors des massacres de la Saint-Barthélémy par exemple le pourcentage parmi les exécuteurs de ceux qui auraient pu citer les différences dogmatiques entre catholicisme et protestantisme.
    De même les innombrables victimes de régimes se déclarant communistes l'on été le plus souvent par des hommes qui n'en avaient plus de communistes que l'étiquette.
    Il est d'ailleurs à noter que l'essentiel de la plupart des religions repose sur le respect de l'autre et a été formulé à peu près dans les mêmes termes. Le reste a été souvent un "folklore" rajouté au fil des années par les ministres de ces religions.

    RépondreEffacer
  9. Je suis athée et ne prend donc position en faveur d'aucune religion, cependant je tiens a remercier l'auteur de cet article pour son ouverture et sa connaissance. Il est bien écrit, bien expliqué, et repose sur des données vérifiables et véridiques.
    Merci beaucoup pour votre travail.

    RépondreEffacer