La ruse de Satan à notre époque

Au Québec, ce que l'on entend souvent dire, c'est que la religion catholique, telle qu'elle est vécue dans les paroisses notamment, serait maintenant devenue joyeuse, plaisante, lumineuse et miséricordieuse dans son expression et sa réalité. Pour ce qui est des années de l'après guerre (1945-1960), au contraire, nous entendons souvent cette période qualifiée de "Grande Noirceur", où la religion catholique - toujours dans son expression et sa réalité - aurait été austère, sévère et déplaisante. Durant cette période «ténébreuse», les prêtres auraient notamment obligé les femmes à avoir des enfants, ce qui ne pouvait être que des plus scandaleux ! En effet, pour ceux tenant actuellement ce genre de discours, il est moins grave que des milliers d'enfants à naître québécois soient tués dans le ventre de leur mère par avortement. L'époque de «lumière et d'émancipation» que nous vivons actuellement serait de beaucoup préférable à l'ancienne qualifiée d'asservissante et d'obscurantiste .

Le bienheureux Cardinal Newman n'est pas de cet avis. Voici ce qu'il en dit :


Je n'hésiterai pas à proclamer ma ferme conviction que notre pays gagnerait à faire preuve de beaucoup plus de superstition, de sectarisme, de goût pour les ténèbres, d'agressivité dans sa religion qu'il n'en témoigne actuellement. Il est clair que je ne tiens pas pour désirables les dispositions d'esprit que cela implique, ce qui serait évidemment absurde ; mais je les tiens pour infiniment plus désirables et plus fécondes qu'une impénitence digne des païens, qu'une tranquilité d'esprit dépourvue de chaleur, satisfaite et béate. Certes, un esprit serein, une conscience en paix et un visage rayonnant sont un don de l'Évangile, et la marque du chrétien ; mais des effets identiques (ou plutôt apparemment identiques) peuvent résulter de causes fort différentes. Jonas dormait en pleine tempête, notre bienheureux Seigneur aussi. L'un dormait avec un funeste sentiment de sécurité, l'autre dans la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence. Il est impossible de confondre les deux états ; ils sont parfaitement distincts, aussi distincts que le sont la sérénité de l'homme du monde et celle du chrétien. Prenez le cas des marins sur le navire ; ils crièrent à Jonas : "Qu'as-tu à dormir ?" et de même les Apôtres dirent au Christ : "Seigneur, nous périssons". C'est là que nous retrouvons les superstitieux ; ils sont supérieurs au premier, mais bien inférieurs au second. Si j'applique ceci à la religion actuelle du monde instruit, bien qu'y règnent la sécurité, la gaieté, le sens des convenances et la bonté, je remarque que ces dehors peuvent avoir leur source aussi bien dans une religion intense que dans l'absence de religion ; ils peuvent être le fruit d'un esprit superficiel et d'une conscience obnubilé aussi bien que de cette foi qui trouve sa paix en Dieu à travers notre Seigneur Jésus-Christ. [...] il ne me fait aucun doute [que la mentalité de notre époque] a sa source dans le sommeil de Jonas ; ce n'est qu'un fantasme de religion, bien inférieur à l'alarme légitime des superstitieux, qui sont éveillés et voient le danger qui les menaces, mais n'ont pas encore acquis assez de foi pour accepter le remède qui l'écartera. [extrait des Sermons Paroissiaux, tome 1, sermon #24 intitulé "La religion du moment", Les éditions du Cerf]

Bien sûr, le cardinal Newman parle ici de la situation religieuse de l'Angleterre de la fin du 19e siècle, mais cela s'applique plus que jamais, à mon avis, à la situation du Québec d'aujourd'hui (la France étant aussi dans une situation similaire).

Il est intéressant de lire ce que le cardinal Newman disait de la religion et pouvant s'appliquer à notre époque. Il disait en effet que l'on avait ôté de la religion, dans son expression et son vécu, tous les aspects déplaisants pour garder seulement ce qui est joyeux, plaisant et beau. Selon lui, ceci est une ruse de Satan, qui est encore plus pernicieuse que dans le passé où l'accent était trop ou exclusivement mis, au contraire, sur les aspects déplaisants de la religion. Je vous invite à lire ce sermon en entier qui est très instructif sur le sujet (traduction française).

---

Miguel nous propose, à juste titre, de lire cet article concernant la "Grande Noirceur" au Québec. Il est concerné davantage par l'aspect économique et politique de la période.

1 commentaire:

  1. Je proposerais aussi cet article sur le même sujet : http://commeunpharedanslanuit.wordpress.com/2012/01/05/le-mythe-de-la-grande-noirceur/

    RépondreEffacer