La crainte de Dieu, signe de Foi (1)

Ceci est la première partie d'un résumé du sermon intitulé "Le respect, signe de foi en la présence de Dieu" que vous pouvez lire dans son intégralité ici

Le baptême de l'Église nous permet (si la Foi est nourrie) de percevoir davantage la présence de Dieu, quoique de manière limitée. Notre mort levera complètement le voile et nous verrons Dieu, nous percevront entièrement sa présence (que nous soyions baptisés ou non).


Présentement, nous sommes réellement en présence de Dieu mais la plupart ne le percoivent pas, ou seulement très peu. Le fait de ne pas le percevoir ne change pas la réalité : Dieu nous voit et nous entend que nous nous en rendions compte ou non. 

Ne pas percevoir la présence de Dieu est, selon le cardinal Newman, la source du manque de respect (ou de crainte) de Dieu, même chez ceux qui sont supposément religieux. 

Aujourd'hui, le mot "crainte" n'a pas bonne presse. Est-ce vraiment sain de craindre Dieu ? Selon le cardinal Newman, et tous les saints de l'Église, la réponse est un grand oui. Mais qu'entendons-nous vraiment par le mot crainte ? Selon le cardinal Newman, il ne s'agit pas de déterminer si par crainte nous entendions peur servile ou au contraire vénération et respect. Non, il ne s'agirait pas des mots mais des choses. Hum ... est-ce clair ? Continuons pour comprendre un peu plus !

Par crainte, voici ce qu'entend le cardinal Newman. C'est un sentiment de réserve que l'on éprouve en présence de quelqu'un. Il nous donne l'exemple d'un ami qui serait absent et dont nous exposerions les opinions à d'autres. Aurions-nous un comportement différent si l'ami en question était présent ? Notre façon de parler de ses opinions, nos propos, etc. seraient plus nuancés. Notre ton serait plus respectueux. Nous ferions davantage attention de peur de se faire reprendre, et même nous éviterions peut-être de dire certaines choses. Même s'il était question de propos respectueux, notre attitude ne serait pas la même si notre ami était présent.

Un autre exemple que je donnerais (et dont le cardinal Newman ne parle pas) est celui-ci. Imaginons un homme qui haït tel ou tel président des États-Unis et que celui-ci ait l'habitude de parler en mal du président devant ses amis, ne changerait-il pas son attitude et ses propos s'il se retrouvait dans la Maison Blanche en présence du président et de ses gardes du corps ? L'attitude et les propos de cet homme seraient certainement très différents.

Le Cardinal Newman nous dit que s'il en ait ainsi de notre comportement envers des hommes mortels, comment est-ce encore plus vrai concernant Dieu Tout-Puissant et infini, Créateur et maître absolu de l'univers visible et invisible ! Et nous sommes toujours, en tout temps, en sa présence (que nous le percevions ou non).  Voilà pourquoi il est juste et nécessaire de craindre Dieu.

Cela est donc ce qu'on entend par crainte de Dieu. Pour moi, cela a été une découverte surprenante.

Dans la deuxième partie du résumé de ce sermon, nous verrons les deux catégories de personnes manquant de crainte envers Dieu.

0 commentaire:

Publier un commentaire