Quiz : À la crucifixion

Afin de vérifier et approfondir vos connaissances théologiques, j’ai pensé faire à l’occasion des petits quiz. Cette question est une traduction d’une question qui a parue dans un ancien magazine de «This Rock» publié par «Catholic Answers». Voyons voir si vous pouvez trouver l’énoncé vrai.

À la crucifixion :

  • a) La nature humaine de Jésus est morte sur la croix
  • b) Seulement la personne humaine de Jésus est morte sur la croix, la personne divine n’est pas morte
  • c) Dieu est mort sur la croix
  • d) La nature humaine et divine de Jésus sont mortes sur la croix et l’univers a été maintenu par le Père et le Saint-Esprit jusqu’à la résurrection de Jésus.
  • e) Aucune des ces réponses


Réponse et explication :

  • a) Faux : Les natures ne peuvent pas mourir, seul les personnes le peuvent. Quand quelqu’un meurt, ce n’est sa nature qui meurt mais sa personne distincte.
  • b) Faux : Il n’y a pas de personne humaine en Jésus-Christ. Il est une seule personne divine, qui a donc par définition une nature divine et qui a aussi assumé la nature humaine.
  • c) Vrai : Comme c’est la personne de Jésus-Christ qui est morte sur la croix et qu’il est une personne divine (le Fils de Dieu), il est correct de dire que Dieu est mort sur la croix. Il ne faut cependant pas en faire une conclusion hâtive et en venir à penser que Dieu a cessé d’exister entre la mort et la résurrection de Jésus, ce qui n’est absolument pas le cas.
  • d) Faux : Comme pour l’énoncé A, seulement les personnes peuvent mourir et non les natures. En plus, cet énoncé semble insinuer que Jésus n’était plus Dieu, parce qu’il ne pouvait plus maintenir l’univers entre sa mort et sa résurrection, ce qui est aussi faux.
  • e) Faux : Parce que l’énoncé C est vrai.


Ne vous en faites pas si vous n’avez pas réussi car cette question avait suscitée beaucoup d'étonnement lors de sa publication. Plusieurs personnes s’y étaient fourvoyées en grande partie parce que l’énoncé correct (C) nous semble un peu étrange à prime abord.

0 commentaire:

Publier un commentaire